IdéeReçue#7 Les migrants ne mesurent pas les risques qu’ils encourent à partir

Prendre le risque de migrer ?

Migrer est synonyme de changement d’espace de vie. Si les personnes qui font ce choix mobilisent des connaissances, un imaginaire pour construire le processus de décision du départ, le déroulement de leur voyage, de leur séjour et de leur installation n’est jamais totalement maîtrisé.

 

#1 Les migrants ne mesurent pas les risques qu’ils encourent à partir

Si l’on définit la migration interne ou internationale comme un changement d’espace de vie, il est difficile pour un individu qui fait ce choix d’en maîtriser complètement les conditions. Ainsi, du point de vue individuel et collectif, les migrants sont exposés au risque et à l’incertitude.

Classiquement, on associe le risque à des éléments connus, alors que l’incertitude est associée à des éléments non connus, non maîtrisables avant leur survenue. L’incertitude est proche du hasard. Par exemple, les migrants nigériens qui utilisent le pèlerinage annuel pour se rendre en Arabie Saoudite et y séjourner sans les papiers requis, connaissent parfaitement le risque qu’ils encourent d’être expulsés au cours de leur séjour. Une fois en Arabie Saoudite, ils mettent en œuvre des stratégies pour limiter ce risque : au quotidien, ils vont éviter certains quartiers, certaines catégories d’emplois, mettre en place des systèmes de circulation de l’information afin de connaître au mieux les localisations des services de police et de contrôle.

Également, l’incertitude ou le hasard peuvent être transformés, reconstruits selon les stratégies et ressources propres à chaque migrant, et ce malgré le caractère soudain et non prévisible de leur survenue. Les aléas de certains parcours obligent les migrants à reconsidérer leur choix. Par exemple, des expulsés nigériens d’Arabie Saoudite tentent d’entrer de nouveau dans ce pays, en passant par le Nigeria où les filières sont mieux organisées qu’au Niger. Mais l’éclatement du conflit avec Boko Haram, notamment les attentats à Kano, ont contraint certains à abandonner ce projet et de se replier au Niger. Pour faire face à ce retour imprévu, les migrants peuvent mobiliser des ressources sociales et économiques leur permettant soit une installation au Niger, soit un nouveau départ vers l’Arabie Saoudite ou ailleurs. De même qu’ils n’ont pas toujours la maîtrise de leur parcours, ils n’ont pas non plus la maîtrise de leurs choix ni des possibilités qui s’offrent à eux.

 

#2 Les migrants ne sont pas des victimes passives sur leur parcours

Malgré la difficulté de certains parcours, être migrant ne signifie pas pour autant être victime ou en situation de grande vulnérabilité. En effet, les migrants s’appuient sur des savoirs-faire pour construire leur voyage, comme leur installation à l’extérieur. Ces savoirs-faire et compétences s’acquièrent d’une part tout au long de la trajectoire migratoire individuelle, et d’autre part grâce à des processus de transmission de connaissances qui s’effectuent du départ jusqu’à l’arrivée.

Ainsi, lorsqu’ils sont en Arabie Saoudite, les migrants nigériens disposent généralement déjà d’un réseau social qui facilite leur installation (accès à un logement, un travail…). Ils peuvent aussi avoir simplement la connaissance de lieux, de points de repère, à partir duquel ils pourront construire un réseau social. Lorsqu’ils sont expulsés, après un long séjour, d’Arabie Saoudite vers le Niger, le processus d’installation (ou de construction d’un nouveau départ) est proche : ils mobilisent leur ancien réseau social, mais aussi les compétences qu’ils ont pu acquérir à l’étranger. Par exemple, nombreux sont ceux qui s’insèrent dans l’enseignement coranique (y compris lorsqu’ils n’ont pas la formation requise), en faisant valoir leur expérience de vie en Arabie Saoudite.

Y compris lorsqu’ils sont dans des situations complexes, les migrants sont souvent à même de mobiliser des savoirs-faire, des compétences et des expériences, qui vont leur permettre soit de poursuivre leur route, soit de s’installer, plus globalement de faire face aux risques et incertitudes propres à cette expérience.

 

Florence Boyer, Géographe


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.