DAKAR – Les ateliers de la pensée

Réunis à Dakar, des intellectuels ont tenté de trouver des réponses à l’exode qui touche le continent, alors que l’Europe s’enferme dans un « désir d’entre-soi » . Avec la participation de Mehdi Alioua, sociologue et chercheur à Movida.

Résumé de la communication de Mehdi Alioua.

Comment rendre compte aujourd’hui en Afrique de l’exil dans un contexte contemporain paradoxal où prolifération des différents régimes de mobilités, liés à la globalisation, et renforcement des contrôles migratoires, notamment du fait de la pression de l’UE, se superposent ? Les fortifications des frontières un peu partout en Afrique, et surtout à ses frontières extérieures limitrophes de l’UE, participent à rallonger la durée des migrations et à en durcir terriblement les conditions pour certaines catégories de populations sans pour autant les stopper. La migration devient un temps social plein, sa durée une épreuve moderne. Un effet de temporalité submerge alors les marqueurs spatiaux, que cela ait été anticipé ou pas, faisant de l’exil une expérience contemporaine de plus en plus partagée par des catégories de populations très différentes en Afrique. Ces êtres, parfois « étranges » mais qui ne nous sont pourtant pas étrangers, sont-ils seulement des déracinés, des mal-intégrés, des rejetés que la terre a vomi, ou bien participent-ils aussi, malgré eux, malgré nous, à écrire une mémoire africaine commune ? Mémoire collective qui serait aussi, peut-être, celle d’une autre modernité…

Dans un monde en mouvement où les déplacements sont la réalité de tous mais où tous ne se meuvent pas avec la même facilité ni comme ils le désireraient, l’exil est devenu une forme de socialisation dans lequel déterritorialisation et reterritorialisation s’alternent dans l’espace-temps des mobilités. Concernant les migrations africaines contemporaines, venir d’un même endroit, ou qui se ressemble par certains aspects, passer par les mêmes couloirs, les mêmes corridors, circuler avec les mêmes pratiques et stratégies, éprouver les mêmes répressions, résister à l’adversité des frontérisations, contourner les assignations identitaires, c’est au fond sortir de la même matrice pour se diriger vers le même lieux-monde. C’est au minimum faire partie du même mouvement historique. Le sentiment subjectif que les trajectoires exiliques tendent à se confondre produit, avec le temps, au fur et à mesure des mouvements et des images médiatiques qu’ils engendrent, une mémoire et une conscience collective. La communication se basera sur l’expérience des exilés venus des pays d’Afrique Subsaharienne et s’installant en Afrique Méditerranéenne pour y travailler, y commercer, y étudier et parfois pour y « brûler » les frontières européennes, et qui ont dû se battre pour y faire reconnaître leurs droits. Mais s’ils sont exclus de l’Europe, vivant dans ses marges, proposons d’inverser le regard : ne seraient-ils pas plutôt les acteurs contemporains du rapprochement entre les deux rives du Sahara ? Le cas du Maroc, de son retour au sein de l’UA et de sa diplomatie migratoire est certainement le plus parlant.

Des retours sur ces ateliers de la pensée sont à retrouver dans la presse, comme cet article du Monde.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search