Compte rendu – “Pour un changement de regard sur les mobilités africaines ; Terrains partagés Journalistes, Chercheurs et Société civile”

Compte rendu de l’Atelier MOVIDA “Pour un changement de regard sur les mobilités africaines :

RABAT du 2 au 5 octobre 2017

 

Compte-rendu réalisé par Ndèye Coumba DIOUF (IPAR) et Alice JEANNELLE (MOVIDA)

Participants : M. Abdelaziz Benjouad, vice-président de la recherche et du développement de l’UIR, M. Adbelghani Chehbouni, représentant de l’IRD au Maroc, M. Helmut Redfied, représentant du Konrad Adenauer Stiftung au Maroc

Chercheurs :

– Mehdi Alioua, enseignant-chercheur permanent à Sciences Po Rabat de l’Université Internationale de Rabat et chercheur au LePoSHS de l’UIR. Co-responsable de l’Axe 3 du LMI MOVIDA.
– Sophie Bava, socio-anthropologue, chercheur à l’IRD-LPED et actuellement en accueil au LePoSHS à l’Université Internationale de Rabat (UIR). Elle est membre du comité de direction du LMI MOVIDA.
– Sylvie Bredeloup, socio-anthropologue, directrice de recherche à l’IRD/LPED. Coporteuse du LMI MOVIDA, Dakar.
– Zoubir Chattou, enseignant-chercheur au Département des Sciences de l’Ingénierie de Développement Rural, Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès (Maroc).
– Bernard Coyault, anthropologue, directeur de l’Institut Al Mowafaqqa, Rabat.
– Mamadou Dimé, sociologue au GERM et enseignant-chercheur au Département de sociologie de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal).
– Marie-Laurence Flahaux, démographe, chargée de recherche à l’IRD/LPED, Marseille.
– Charles Grémont, historien, chargé de recherche à l’IRD-LPED (Marseille).
– Jérôme Lombard, géographe, Directeur de recherche à l’IRD/PRODIG, Coresponsable de l’Axe 2 du LMI MOVIDA.
– Harouna Mounkaïla, enseignant-chercheur au département de Géographie à l’Université Abdou Moumouni de Niamey, GERMES, Niger. Coresponsable de l’Axe 1 du LMI MOVIDA.
– Augustin Palé, anthropologue, département de Sociologie, UFR/SH, Université de Ouagadougou 1/LSME.
– Delphine Perrin,  juriste, titulaire de la Chaire d’études méditerranéennes du LabexMed et chargée de recherche à l’IRD/LPED, Marseille.
– Aly Tandian, Maître de Conférences à l’UGB, fondateur du Groupe d’Etudes et de Recherches sur les Migrations & Faits de Sociétés (GERM), est coporteur du LMI-MOVIDA, Saint-Louis du Sénégal.
– Marie-Dominique Aguillon, doctorante contractuelle en Sociologie LPED-IRD / Aix Marseille Université (2016-2019) – Ecole Doctorale Espaces, cultures, sociétés
– Ndèye Coumba Diouf, doctorante, allocataire de recherche IRD/LPED/GERM à Saint-Louis du Sénégal.
– Nadia Khrouz, juriste, CNDH, Maroc.

Journalistes, documentalistes, chargées de communication :
– Hamidou Anne, correspondant au Sénégal du Monde Afrique.
– Youssef Aït Akdim, journaliste freelance : youssef.aitakdim@gmail.com (correspondant le Monde Afrique), Maroc.
– Alice Jeannelle, chargée de communication du LMI MOVIDA, Sénégal
– Salaheddine Lemaizi, journaliste “LesEco.ma”, salah.journaliste@gmail.com (journaliste présentation Gadem), Maroc.
– Onésiphore Nembe, journaliste, Afrique Progrès Magazine, Maroc.
– Latifah Tayah, Coordinatrice direction des études et développement à la Haute autorité de communication audiovisuelle au Maroc.
– Stéphanie Wenger, journaliste freelance. Correspondante du Figaro et de la Deutsche welle, Rabat Maroc.

Membres d’association de défense des droits des migrants :

– Moustafa Kébé, coordonnateur de la plate-forme REMIDEV, Dakar Sénégal.
– Hicham Rachidi, fondateur et membre du CA du Gadem, Rabat, Maroc.
– Hicham Houdaïfa, journaliste et écrivain, responsable des éditions En Toutes Lettres, Casablanca, Maroc.

Argumentaire

Placée ces dernières années sur le devant de la scène, la thématique articulant migration et sécurité a conduit à criminaliser les migrants africains (maghrébins, sahariens, sahéliens et plus largement ouest-africains) et à en faire des victimes. Ce double processus de délégitimation a ainsi occulté à la fois des réalités statistiques (la majorité des migrations ouest-africaines demeurent intracontinentales) et des comportements migratoires qu’il importe de resituer dans la longue durée. Plus que l’augmentation des volumes, la diversification des courants migratoires et la multiplication des figures de migrants constituent les mutations les plus remarquables. Ces changements dans les régimes de mobilité doivent être interrogés à l’aune de processus aux effets potentiellement contradictoires : durcissement des politiques migratoires, modernisation des transports et processus d’individualisation dans un contexte de globalisation économique et culturelle accéléré.

Le laboratoire MOVIDA se structure autour d’une prise de position épistémologique appelant à dépasser les approches classiques par aire culturelle et d’une question scientifique centrale : d’abord, dans un monde en mouvement nous ne pouvons plus séparer aussi catégoriquement l’Afrique subsaharienne de l’Afrique méditerranéenne et ne pouvons nous limiter au seul miroir déformant de l’Europe pour comprendre les phénomènes liés aux migrations internationales. Notre objectif de comprendre dans quelle mesure les formes de mobilités contemporaines (migrations économiques, politiques, voyages initiatiques, touristiques ou d’affaires, navettes, circulations transfrontalières et marchandes exils, nomadismes, transits, pèlerinages, retours volontaires ou forcés…) participent à la redéfinition des appartenances et hiérarchies sociales, à la recomposition des territoires et à la transformation des gouvernances politiques. Réciproquement, une seconde question se pose : à quelles conditions, ces configurations sociales, spatiales et politiques façonnent-elles les mobilités et migrations en Afrique ?

Dans ce cadre et afin de contribuer au changement de regard à porter sur les migrations africaines et les migrants africains, ce réseau de chercheur du laboratoire Movida organise des plateformes de connaissances et de débats afin de revenir sur les idées reçues, tout en renforçant les capacités d’analyse et aiguisant l’esprit critique des ONG, des politiques, des journalistes, des migrants eux-mêmes. Nous souhaitons grâce à ce réseau construire ensemble une expertise Sud-Sud.

Dans ce contexte, nous proposons de réfléchir lors de cet atelier journalistes-chercheurs, à la question du regard médiatique sur les migrations, en collaboration avec d’autres acteurs : politiques, journalistes, membres de la société civile.

Une première rencontre organisée à Dakar en octobre 2016 en partenariat avec l’IPAR (https://movida.hypotheses.org/category/les-ateliers-itinerants-de-movida), réunissant des journalistes et des chercheurs, nous a permis de partager nos regards sur les migrations et de soulever quelques questions relatives à nos méthodes. Plusieurs points ont été soulevés : le temps du journaliste n’est pas celui du chercheur, les journalistes travaillent plutôt aux frontières, alors que les chercheurs se concentrent davantage dans les lieux d’ancrage, comment évoquer la parole du migrant (directement ou indirectement ?), comment évoquer les droits des migrants ? La question du temps de travail est récurrente. Pour un journaliste, comment suivre d’un bout à l’autre le processus migratoire, quand on est soumis aux contraintes temporelles inhérentes à la presse ?

Le positionnement épistémologique de nos travaux est aussi une des pierres angulaires de la réflexion. Tidiane Kasse, de l’institut Panos au Sénégal, l’évoquait en ces termes : “La manière dont on parle de l’immigration en Europe influe beaucoup sur la manière dont on en parle dans nos pays. Il y a un problème de victimisation que les journalistes développent dans nos différents pays“. Pour les journalistes, la façon de traiter ces questions est aussi modelée par la ligne éditoriale de leur journal, ainsi que son lectorat. Mais il est un fait indéniable : les journalistes sont aussi les médiateurs de nos recherches, ils font le lien avec la société civile et les différents publics, alors que nos articles et ouvrages sont restreints à une audience académique.

Enfin, si les journalistes se demandent comment faire pour documenter leurs observations, les chercheurs souhaiteraient apprendre à résumer une information dense collectée sur plusieurs années. Quels sont les documents dont les journalistes ont besoin pour approfondir un thème et comment cet échange peut-il se faire en respectant le travail des uns et des autres pour déconstruire les idées reçues et pour avancer ensemble sur la construction d’un autre regard sur les migrations ? Autant de questions auxquelles nous chercherons ensemble les réponses pendant cet atelier.

 

Lundi 2 octobre 

Ouverture : allocutions du vice-Président de la recherche et du développement de l’Université Internationale de Rabat, M.Abdelaziz Benjouad, le Représentant de l’IRD au Maroc, M. Abdelghani Chehbouni, et le Représentant de la Fondation Konrad Adenauer Stiftung au Maroc, M. Helmut Retfield.

Sophie Bava (IRD/LPED/UIR) : présentation des objectifs et de l’agenda de l’atelier.

Communications de Sylvie Bredeloup, directrice de recherche à l’IRD/LPED et co-porteuse du LMI Movida et de Salahhedine Lemaizi, Journaliste « LesEco.ma » Maroc.

Sylvie Bredeloup présente le LMI Movida, excuse l’absence de Tidiane Kasse, consultant à l’Institut Panos. Elle met l’accent sur les passerelles à mettre en place entre journalistes, acteurs de la société civile et chercheurs.

Dans une communication intitulée « De la nécessaire collaboration entre chercheurs et journalistes pour briser les frontières », elle revient sur un exemple concret de confrontation des méthodes de travail entre chercheurs et journalistes dans le cadre d’une enquête pluridisciplinaire menée à Minot, en France dans les années 1970. (A lire ici : https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/francoise-zonabend-une-ethnologue-de-la-france-3-les-dames-de-paris)

Cet exemple illustre les difficultés d’échange qui peuvent exister entre chercheurs et journalistes. Appliqué aux recherches sur les mobilités, en découlent les interrogations suivantes : comment restituer les histoires que les migrants racontent, sans être pris au piège de leur parole ? Comment conserver la distance, ne pas reprendre à son compte l’image que les migrants veulent donner d’eux-mêmes ? Comment ne pas isoler les paroles d’un individu ? Comment restituer, mettre en ordre les matériaux utilisés et les contextualiser ? Quel style d’écriture adopter pour éclairer au mieux la réalité sociale ?

Salahhedine Lemaizi, présente la deuxième communication, intitulée: « Le traitement médiatique de la « migration » par la presse marocaine. Pour un changement de regard  sur les mobilités africaines : les risques de l’invisibilité ».

Il pose le contexte d’un mauvais traitement des informations sur la migration par les médias, dû, entre de multiples raisons, à une crise économique des médias.

L’échec du traitement médiatique des mobilités est mondial.

Par ailleurs, plutôt qu’une crise migratoire, il dénonce une crise de la solidarité internationale. Mise en place de politiques migratoires au prisme de politiques sécuritaires (“Effet Trump” ; “Effet Marine Le Pen” ; “Effet Geert Wilders”).

Contraintes internes au journalisme :

  • Absence au Maroc d’une ligne éditoriale claire. Alignement du discours médiatique sur le discours politique. Journaux ont du mal à se positionner.
  • Une couverture essentiellement évènementielle, le choix de la controverse et le conflit au lieu de « l’information »
  • Des reportages, quand ils sont réalisés, qui se concentrent sur les lieux de conflits.
  • Une doctrine de la proximité qui tend à marginaliser l’international.
  • Absence de formation des journalistes. Sur la question migratoire, utilisations de termes non adéquats, qui n’encouragent pas l’ouverture aux autres. Exemples : ‘’l’Africain’’, ‘’Le subsaharien’’, ‘’ils envahissent’’, ‘’ils débarquent’’, etc. Références aux discours insultants, stigmatisants, haineux en augmentation.
  • Le migrant est sujet passif : “Bénéficiaire d’actions humanitaires”, “explusés”, “intégrés”, “arrêtés”, “intégrés”. Et jamais témoin direct, toujours des porte-paroles : ONG, OI, Etats.

9 septembre 2013 : « Le CNDH exhorte les médias et les journalistes marocains  à s’abstenir de diffuser tout message incitant à l’intolérance, à la violence, à la haine, à la xénophobie, au racisme, à l’antisémitisme ou à la discrimination envers les étrangers ». Extrait des Conclusions et recommandations du rapport : «Etrangers et droits de l’Homme au Maroc: pour une politique d’asile et d’immigration radicalement nouvelle ».

Il défend un journalisme d’investigation, une attitude d’interrogation plutôt que de stigmatisation.

Il termine en alertant sur la progression d’un discours raciste sur les réseaux sociaux et en proposant des recommandations : 6 dérives majeures à éviter.

– sensationnalisme

– exploitation des peurs

– stéréotype

– émotion

– simplification / généralisation

– complaisance / silence

Points abordés dans la discussion

Chercheurs

De plus en plus, c’est la parole des experts qui est prise en compte, au détriment de celle des chercheurs. Pose le problème de la visibilité du travail des chercheurs

Les mécanismes d’expertise précèdent les recherches sur cette question, il faut voir comment les experts précisent les termes de référence de manière à orienter les résultats, c’est comme cela qu’ils sont instrumentalisés.

Comment les chercheurs peuvent résister à l’énorme marché de la migration ? Comment répondre aux sollicitations ? Beaucoup d’argent pour l’expertise et les bureaux d’études, mais très peu pour l’appui à la recherche.

On ferait fausse route si on se cantonnait à ce qui divise chercheurs et journalistes, il faudrait parler de ce qui nous unit. Echanger régulièrement mais de manière informelle avec les journalistes, les acteurs de la société civile, pour arriver à changer des choses. Il faut travailler à une meilleure compréhension des termes : migrant, migration, mobilité, etc. lesquels pour partie relèvent de constructions politiques.

Journalistes/militants

Absence de travail de fond de la part des journalistes   avant tout due au manque de moyens et de temps : c’est surtout la veille sur Internet qui est privilégiée. Les journalistes ne prennent pas toujours la peine de recouper leurs informations. Par ailleurs, certaines informations sont produites sur une base très minimaliste, avec reprise des informations publiées par d’autres journalistes.

A creuser aussi: la communication autour des résultats de recherche. Est-ce que les journalistes sont conviés aux publications ? (–> réponse mise en avant : c’est aussi à la presse d’aller chercher les info dans toutes les sources, y compris académiques. La responsabilité est partagée).

Contre-pied : Eviter de mettre en avant que les chercheurs vont sur le terrain et les journalistes n’y vont pas, certes il y a des différences dans le temps, l’espace mais des journalistes font du terrain. Différence des journalistes est qu’ils sont polyvalents, travaillent et écrivent sur plusieurs thématiques.

Souligné par certains journalistes : les chercheurs refusent de leur accorder des interviews de peur d’être instrumentalisé / mal compris.

Point mis en avant : veiller à ne pas opposer frontalement les acteurs (chercheurs, journalistes, militants). La base du métier est la même : partir du terrain et enquêter.

Dernier point soulevé : gare à ne pas trop s’indigner à ce qu’on lit dans la presse. La presse n’est pas hors-sol. Elle est l’émanation d’une société, le reflet d’une société qui se replie sur son “identité”.

Tour de table

Les uns et les autres présentent des anecdotes sur les relations de travail entre journalistes / chercheurs / membres de la société civile. (Voir montage vidéo – bientôt en ligne).

Communications de l’après-midi

Harouna Mounkaila, enseignant-chercheur à l’Université de Niamey et responsable du laboratoire GERMES : « Chercheurs, journalistes et société civile au Niger. Comment travailler ensemble »

Hicham Rachidi, responsable de l’ONG marocaine GADEM : « Liens militants/journalistes : de l’instrumentalisation mutuelle vers la consolidation de la confiance. L’enjeu de l’adéquation entre politiques migratoires, justifications des politiques publiques, et protection des droits. Exemple de l’AFVIC et du GADEM ».

Harouna Mounkaïla rappelle l’existence de relations étroites entre trois mondes : chercheurs, journalistes, activistes. Un certain nombre de journalistes au Niger travaillent sur cette question, ainsi que l’ONG très active Alternatives Espace Citoyen.

Il y a plusieurs méthodes de collaboration possibles entre les deux catégories d’acteurs. Se pose pour les chercheurs la difficulté de  restituer au mieux les résultats de leurs recherches auprès des journalistes. Comment arriver à synthétiser un long travail de recherche pour qu’il soit compris et accessible ? Comment les journalistes peuvent-ils aider les chercheurs à mieux rendre compte des résultats de leurs recherches ?

Des échanges qui ont suivi est ressortie l’idée de mettre en place une plateforme pour le partage de ressources documentaires pour faciliter cette collaboration.

Mardi 3 et du mercredi 4 octobre : terrains partagés entre chercheurs, membres de la société civile et journalistes.

Plusieurs groupes sont formés, sur différentes thématiques. Objectif : confrontation des pratiques, des méthodes d’enquête.

Différents terrains :

Groupe 1 : Ambassade du Sénégal au Maroc

Groupe 2 : lieux de culte

Groupe 3 : centres d’appel 

Groupe 4 : colporteurs et marchants ambulants

Groupe 5 : gares routières, marché sénégalais de Casablanca

Jeudi 5 octobre : Restitution des travaux de terrains

Objectif : les différents groupes expliquent leurs méthodologies de travail, les points communs et les divergences.

Il est ressorti de ces deux jours qu’il arrive que les méthodes de préparation diffèrent : le chercheur part sur des questions de recherches assez ouvertes, prend contact avec des personnes cibles, alors que le journaliste suit plutôt un protocole d’interview. Les chercheurs sont plus “libres” dans la conduite des entretiens et dans l’écriture.

Le journaliste part d’un un angle pour traiter de son sujet et guider son interlocuteur (ce qui ne veut pas dire qu’il ne peut pas l’abandonner par la suite) ; le chercheur, s’il a un fil conducteur dans ses entretiens, se donne plus de latitude pour laisser son interlocuteur aborder plusieurs sujets à la fois.

Comment travailler sur un terrain quand on entretient des relations privilégiées ou de proximité avec les interviewés?

Comment se présenter ? Qui présente t-on en premier ? Chercheur se présente selon sa discipline (sociologue, géographe…), il peut rester vague. Il y a des termes qu’il évite (“enquête…”). Le journaliste, une fois qu’il a dit qu’il était journaliste, devient un personnage beaucoup plus suspect, dont on se méfie. On attend de lui qu’il décline le nom du journal, l’audience, l’objectif de l’article… Journaliste peut aussi dissimuler son métier, se faire passer pour l’un des personnages du terrain. Exemple : dans le groupe sur les centres d’appel, se faire passer pour quelqu’un qui cherche à se faire recruter.

Une méthode qui pose non seulement des questions au niveau de l’éthique (c’est une façon détournée de faire parler la personne. Jusqu’à quel point peut-on exploiter les informations ainsi récoltées ?), mais qui n’est également pas tenable sur la durée.

Comment rendre étranger ce qui nous est familier ? Comment s’approcher de quelque chose qui nous est étranger ?

Suite à la restitution des travaux de groupe, élaboration d’un projet de charte: « Eléments de charte entre Chercheurs-Journalistes-Activistes dans le domaine des migrations ». Il met en avant l’indépendance des acteurs concernés, l’éthique, la nécessité d’instaurer des relations de confiance, enfin la nécessaire constitution d’une base de données qui contribuerait aux efforts de vulgarisation des résultats de recherche. La charte suggère aussi la tenue d’ateliers d’échanges méthodologiques entre chercheurs, activistes et journalistes.

Quelques idées pour permettre de travailler en commun

Travailler sur les termes à utiliser (lexique).

Mise en place d’une plate-forme juste pour partager des informations et des ressources documentaires.

Idée d’un observatoire des pratiques journalistes, et d’une plateforme sur les questions de migration et de mobilité (veille alimentée par les membres élargis du réseau Movida : tout type d’acteurs confondus).

Formation de groupes de travail pour concrétiser dans le temps les pistes abordées à Rabat

Groupe qui travaille sur la charte.

Groupe qui travaille à produire des “fiches” synthétique sur les idées reçues afin d’alimenter soit la future plate-forme, soit des rubriques du blog MOVIDA (exemple : la rubrique qui présente les “idées reçues sur la migration”).

Groupe qui travaille sur la création et l’animation d’une plate-forme d’échanges.

Groupe qui travaille à la création d’un think tank ou FabLab  sur les questions de mobilités en Afrique.

 

Voir le compte-rendu de la Konrad Adenauer Stiftung : http://www.kas.de/marokko/fr/events/74861/

Sophie Bava (IRD/LPED en accueil à l’IUR), Helmut Reifeld, représentant de la KAS, Abdelaziz Benjaouad, vice-président de l’Université Internationale de Rabat

 

Chercheurs (ici, Augustin Palé, anthropologue) et journaliste (ici, Salahhedine Lemaizi) en terrain partagé

 

Déjeuner offert par l’IUR

 

Photo de terrain – Rabat octobre 2017

 

Une partie de l’équipe MOVIDA.  Debout, de gauche à droite : Charles Grémont, Mehdi Alioua, Delphine Perrin, Jérôme Lombard Assis, de gauche à droite : Sylvie Bredeloup, Aly Tandian, Sophie Bava, Marie-Dominique Aguillon, Moustapha Kébé (du REMIDEV)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.