Compte-rendu de la 8ème séance des Ateliers de MOVIDA : Enfants migrants en Afrique de l’Ouest

Enfants migrants en Afrique de l’Ouest : quelles pratiques, quelles politiques pour leur protection ?

Aperçus d’enquêtes récentes le long du « Corridor Abidjan – Lagos »

Mélanie Jacquemin, IRD/LPED & Dorte Thorsen, University of Sussex et IRD/LPED

Compte-rendu de la présentation par M. Jacquemin et D. Thorsen (chercheurs associées MOVIDA), issue du croisement de leurs terrains respectifs de recherche sur la mobilité des enfants en Afrique de l’Ouest.

Contexte socio-historique

La mobilité des enfants en Afrique de l’Ouest est un phénomène ancien. Le « confiage » (ou fosterage en anglais) est une pratique ancienne, qui permet la circulation des enfants au sein de la parenté élargie. C’est le fondement structurel de la mobilité des enfants dans la région.

Dès les années 1970 et 80 des sociologues, anthropologues, se sont penchés sur ces formes de solidarités communautaires, familiales, au sens large.

Evolutions

Il est difficile à dire si le phénomène s’est intensifié, renforcé. Il est certain en revanche qu’il s’est diversifié, depuis 30 / 40 ans. Par exemple : la mobilité des filles. Auparavant, les filles circulaient surtout pour des raisons matrimoniales. Aujourd’hui, ces raisons ne sont plus qu’une part minoritaire de la mobilité des filles (mais il est n’est pas certain que leurs mobilités soient plus nombreuses pour autant).

On constate par ailleurs une augmentation des « migrations urbaines », ainsi que des « migrations scolaires » (les entrées dans le secondaire). Les enfants partent pour se former, et pas seulement à l’école. Cela mobilise alors des réseaux plus larges qu’auparavant : sortie du cadre familial. Il faut alors sortir du cadre analytique du « fosterage traditionnel ».

Enfin on constate que les dynamiques de genre jouent fortement. Elles impliquent des différences dans les trajectoires, les conditions de la mobilité, et les aspirations personnelles.

Contexte institutionnel et médiatique

Des grandes affaires médiatiques dans les années 2000 ont amené la mobilité des enfants comme un « nouveau » sujet d’actualité, et ont suscité une intense activité institutionnelle. L’une des conséquences a été de se concentrer sur la traite / le trafic des enfants, qui n’est qu’une part minoritaire de leurs mobilités, et de réduire la perception de la mobilité des enfants à une vision pathologique.

Le regard complètement univoque porté sur la mobilité des enfants par la plupart des acteurs institutionnels (largement relayé par les grandes organisations internationales) a eu des effets considérables sur la façon dont la question a été traitée. Les enfants sont vus comme des acteurs passifs, des victimes. Par la suite, cette perception s’est infiltrée partout, s’est glissée dans le discours commun (ce qui n’était pas le cas voilà 15 ans). Le regard a changé, aujourd’hui les termes les plus utilisés sont « esclavage moderne » et « trafic ».

Par ailleurs, les politiques de protection sont fondées sur les standards occidentaux de l’enfance : le double-paradigme école / famille (dans son sens restreint), ainsi qu’une approche sédentarisée.

Il faut dépasser cette vision dichotomique : ne pas romantiser la pratique ancienne du confiage (qui pouvait aussi donner lieu à des maltraitances), et l’opposer à un présent diabolisé (la traite des enfants). C’est un gros enjeu pour la recherche.

Peu de données chiffrées

Selon les chiffres de l’UNICEF, 33% des migrants en Afrique de l’Ouest sont âgés de 0 à 19 ans. Cependant, la difficulté à définir les termes, appliquer des catégories (aux mobilités de façon générale) rend très compliquée la précision statistique. Les termes, très vagues, causent de gros problèmes d’amalgames. Ce phénomène existe déjà pour la migration des adultes, c’est exacerbé pour les enfants.

Seule évidence statistique (confirmées par des études empiriques) : le phénomène de la mobilité des enfants n’est pas marginal.

Recherche qualitative en expansion

L’augmentation de la recherche qualitative permet de déconstruire les approches culturalistes, et de mieux appréhender toutes les disparités (la pauvreté, la féminisation, la mondialisation, la scolarisation, l’opposition rural/urbain…).

Les nouveaux travaux partent d’une approche « child-focused » (mettant l’enfant au centre des recherches, faisant de lui un acteur social à part entière), avec des méthodologies participatives. (Voir à ce sujet les travaux du MOOP : http://migratingoutofpoverty.dfid.gov.uk/)

Les travaux de recherche, historiquement, s’intéressent beaucoup aux lieux de départ. Ils observent les motivations des enfants et de leurs familles. Mais il y a peu d’enquêtes sur ce que vivent les enfants en migration, ainsi qu’à « l’arrivée ».

Tous les travaux mettent l’accent sur le fait que les trajectoires des enfants en mobilité ne sont pas linéaires. De plus, les conditions de la mobilité dépendent aussi beaucoup des caractéristiques des enfants (âge, genre, génération, etc.).

Le programme CORAL

Nom complet : Protection des enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos (2017-2020). Un programme mené conjointement par Terre des Hommes-Lausanne ; le Mouvement Africain des Enfants et Jeunes Travailleurs et ENDA. Financé par l’Union Européenne.

L’étude de base est réalisée par Mélanie Jacquemin, Dorte Thorsen et Neil Howard (anthropologue, Université d’Anvers. Sa thèse portait sur le trafic des enfants au Bénin, mais avec un regard déporté : il montre comment ce phénomène est aussi une construction médiatique).

Plusieurs raisons pour lesquelles le programme est une opportunité intéressante : il comporte toute une dimension portant sur la protection des enfants en mobilité. Or la question de la protection est un angle mort de la recherche quand il est abordé du point de vue de l’enfant. De plus, c’est une occasion de déconstruire le discours institutionnel. Sachant que pour le moment, la politique des organisations internationales est une politique de « retour à la case départ » : empêcher les enfants de bouger, privilégier les réinsertions familiales, ou même les bloquer en cours de route.

Par ailleurs, le programme laisse une vraie ouverture pour faire des recherches empiriques et utiliser les nouvelles méthodologies participatives : nouvelles façons d’avoir accès à la parole des enfants (activités de dessin, jeux de rôles, etc). Manières innovantes.

Question du « corridor » : Le projet porte sur 5 pays : Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin, Nigéria. Le « corridor » Abidjan-Lagos est un gros axe routier. Il est partiellement encore en latérite, mais l’autoroute est déjà bel et bien là. Haut lieu de la mobilité.

Pourquoi les enfants migrent ?

La question même du « pourquoi », toujours posée, avec des réponses attendues (la pauvreté…) est à déconstruire. Elle fait trop écho à la question ancienne des « push factors ». Mais faut-il chercher à tout prix une bonne raison au départ ?

Les déterminants sont pluriels et imbriqués. Le lien classique entre la migration et la pauvreté détermine les politiques de développement. Mais la question est à creuser davantage. Qu’est-ce qui dans la pauvreté pousse les enfants à bouger ?

De plus, il y a des intérêts non-économiques à la migration. Quand on prend le temps d’interroger les enfants, ils mettent en avant toute une série de facteurs non-économiques. On se rend compte qu’ils pensent aussi la migration comme un espace de liberté. (Est un discours qu’ils ont souvent a posteriori). Mais si c’est le cas, de quoi se sentent-ils libérés ? Et de quelle forme de liberté parlent-ils, dans des conditions de voyage et de travail souvent très dures ?

L’un des objectifs du programme est d’établir la « cartographie des routes migratoires des enfants ». Cela n’a pas vraiment de sens pour les chercheurs. Les trajectoires sont multiples, changeantes et complètement aléatoires. Les seules routes repérables, à la rigueur, sont celles empruntées par des enfants qui suivent les voies tracées par leurs ainés, issues donc d’une certaine tradition.

Conditions de vie des enfants migrants

Où se situe le curseur de la vulnérabilité, de la sécurité ?

Les enfants dorment beaucoup dans les rues, les marchés, les gares routières (surtout au Ghana). Mais même dans ces lieux, la vie peut être organisée. Il y en a qui ont des moustiquaires, il a des accès à des douches, à des toilettes (services payants). Parfois, ils dorment dans des écoles publiques (et payent le gardien).

Pose la question de l’argent : d’où vient-il ? C’est un équilibre entre une rémunération et de l’épargne. Beaucoup de ces enfants travaillent. Il y a aussi de nombreuses filières pour placer les enfants. Ce n’est pas du trafic : ils ont des papiers, leurs parents savent où ils sont. En revanche, ils ne récupèrent pas toujours l’argent gagné. Parfois, il est gardé par l’employeur, parfois, il est envoyé directement à la famille.

De plus en plus, pour garder (et protéger) leur argent, les enfants ont des téléphones portables et ont recours au « mobile money ».

Temporalité de l’expérience migratoires : certains ne partent que le temps des vacances, mais il est plutôt rare que ce soit temporaire.

Comment tu vois ta vie dans 10 ans ?

Dessins de filles et garçons 12 à 17 ans Aflao, Ghana sur le thème leur futur

Premier constat : les enfants ont les mêmes rêves / désirs, qu’ils soient scolarisés ou non. De plus, ils reprennent le discours du succès propre aux adultes : devenir avocat, médecin, avoir une grosse voiture, une grosse maison…  Ne parviennent pas à se projeter à court terme.

Les acteurs de protection

Il n’existe aucune structure formelle spécifique, établie, pour les enfants en mobilité. (Sauf s’ils sont réfugiés, et tombent alors dans les catégories prises en charge par le HCR ou l’OIM). En revanche il y a de nombreux acteurs informels. Comment relier protection formelle et informelle ? La question est ancienne.

Les solutions avancées par les organisations internationales sont les solutions classiques : ramener les enfants chez eux, en espérant que ce sera mieux pour eux.

Les « acteurs informels » font surgir un autre type d’ambigüité. Ce sont les membres de la famille élargie, les employeurs, les maîtres d’apprentissage, les maîtres coraniques, les tuteurs… Mais comment évaluer le degré de « protection » ? Et qu’en pensent les enfants ?

Eléments de conclusion

Le contexte institutionnel est en mutation. Il faut réajuster les politiques de protection aux perspectives des enfants migrants.

Il faut aussi développer les connaissances scientifiques, avec plus de données quantitatives, et poursuivre le nouvel élan de recherche participative.

Enfin développer une réflexion sur les questions d’éthique.

La migration des enfants est à la fois un facteur de vulnérabilité et le support de construction de l’autonomie. Elle n’est ni bien ni mal, ni blanche ni noire.

La question – trop posée – du « pourquoi la migration » obtient toujours comme réponse : la pauvreté. Une réponse qui doit pourtant être déclinée de 1000 façons différentes. Sortir de la pauvreté, c’est aussi parfois sortir des pressions familiales, etc. L’expérience migratoire fait partie de l’expérience humaine.

Echanges avec la salle

– Quel est le rôle des nouvelles technologies d’information et de communication dans les motivations de la migration, le désir d’aller voir ailleurs ?

– Quel rôle, quelle responsabilité joue la compétition entre familles ?

– Comment les enfants migrants communiquent-ils entre eux ? Est-ce qu’ils apprennent à adapter leur discours ? (en fonction des critères des potentiels acteurs de l’aide, de l’assistance..).

– Qu’est-ce qu’ils font comme métiers ?

– Qu’est-ce qu’on peut faire à l’avenir ? Comment changer les choses ?

– Comment financent-ils leur départ ?

– Est-ce qu’ils parlent d’un éventuel retour ?

– Quels sont leurs contacts avec leurs familles ?

Eléments de réponse :

Une partie des enfants, notamment ceux investis auprès de mouvements comme le MAEJT, a très vite intégré toute la terminologie et les mots-clés attendus par les acteurs de l’aide. Ce ne sont pas ces réponses qui sont intéressantes pour les chercheurs.

Les acteurs de protection sont aussi tributaires de leurs bailleurs : ils ont souvent des quotas à respecter. Exemple : davantage de fonds sont débloqués si 1700 enfants sont rapatriés en 6 mois.

Les activités des enfants sont multiples. Celles qui reviennent le plus souvent : service domestique, porteurs de bagages, commerce ambulants, petit commerce de produits agricoles, couture et coiffure pour les filles ; cireurs, porteurs, menuiserie, couture pour les hommes.

L’une des recommandations des chercheurs : pourquoi continuer l’immense chantier politique d’identification des enfants en mobilité ? Au lieu de cela, il vaudrait mieux partir des enfants, travailler avec eux pour comprendre ce dont ils ont besoin.

Concernant l’argent, c’est souvent la famille qui finance le départ. Parfois les filières de placement payent le transport et l’hébergement, mais l’enfant est alors endetté, parfois pour plusieurs années. C’est peut-être là qu’on trouve les plus grands déséquilibres dans le système de rémunération.

Par rapport aux retours : les conditions difficiles de la mobilité suscitent parfois l’envie de rentrer, surtout chez les filles. Envie de rentrer au village, aux jeux, à la camaraderie. Et contrairement aux adultes qui sont souvent « empêchés » de rentrer par des questions de « honte » (retour = aveu d’échec ?), ce problème ne se pose pas chez les enfants. Souvent, ce qui les empêche de rentrer, c’est qu’ils ne savent pas comment faire, ou encore leurs familles qui leurs disent de « tenir bon » au téléphone.

Les contacts avec la famille ont beaucoup changé en une quinzaine d’années. Maintenant, la plupart des enfants a un portable (notamment au Ghana, où ils s’en servent beaucoup pour le mobile money). Parfois, ils n’ont pas de téléphone, mais ils ont toujours un numéro où ils peuvent joindre leur famille.

Coordonnées des chercheurs :

Mélanie Jacquemin, Sociologue, IRD/LPED

melanie.jacquemin@ird.fr

Dorte Thorsen, Anthropologue, Sussex, IRD/LPED

d.thorsen@sussex.ac.uk

 

 

Sylvie Bredeloup (coporteur de MOVIDA), Laurent Vidal (Représentant de l’IRD au Sénégal) et Aly Tandian (coporteur de MOVIDA)

Mélanie Jacquemin (IRD/LPED ) et Dorte Thorsen (University of Sussex, IRD/LPED)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *