Compte-rendu de la 5ème séance

Discutante : Marie-Dominique Aguillon est doctorante contractuelle en sociologie à l’IRD et l’Université Aix-Marseille. Sa thèse est réalisée sous la direction de Sylvie Bredeloup et Sophie Bava.

Auparavant, elle a travaillé pendant dix ans dans une organisation française de défense des droits des étrangers, la Cimade. Son travail portait essentiellement sur l’analyse des politiques européennes et leurs conséquences aux frontières sud de l’Europe, en lien avec des acteurs des sociétés civiles au Maroc, Algérie, Tunisie, Mauritanie, au Mali et au Sénégal.

 

Introduction générale à l’ouvrage « Des Francenabé aux Modou-Modou »

Cet ouvrage est le fruit de quinze années de recherche du Prof. Pape Demba Fall auprès de plus de 500 personnes rencontrées au gré d’un travail de terrain, à Hann ou Thiaroye sur mer, auprès de la communauté Lébou.

On suit pas à pas les reconfigurations, les dynamiques et stratégies multiformes de la mobilité internationale des Sénégalais. Des Haalpulaar, Toucouleurs, Soninké (de la Vallée du Sénégal), aux Manjacks du Sud du pays jusqu’au aux Wolofs (Mourides), on observe leurs aspirations migratoires. L’auteur montre comment la restriction de la liberté de circulation a contribué à l’élargissement du champ migratoire sénégalais et l’éclosion de réseaux informels, ethniques, familiaux, religieux, etc. et comment de nouvelles catégories de migrants, comme les commerçants ambulants, sont entrées en scène (p. 53).

Comparé à d’autres pays africains comme le Cap Vert ; l’Erythrée ou la Guinée Equatoriale, le Sénégal n’est pas un grand pays d’émigration (moins de 5% de migrants). Les principales destinations des Sénégalais sont des destinations africaines (chiffres de 2007) comme la Gambie (300 000 Sénégalais) ou la Côte d’Ivoire (97 000 Sénégalais).

S’ensuit une analyse des déterminants historiques et actuels de l’émigration sénégalaise vers plusieurs pays africains (comme le Gabon, plus importante destination d’Afrique centrale) et une analyse des changements d’attitude dans le traitement des étrangers par les différentes autorités concernées. L’auteur montre comment « quitter n’est pas synonyme de rupture définitive avec le pays » (p.33). L’ouvrage multiplie les données sur les migrations sénégalaises vers la Cote d’Ivoire, le Maroc, l’Afrique du Sud et au-delà de la France, l’Europe du Sud (Italie, Espagne) et les Etats-Unis.

En discussion, Marie-Dominique Aguillon choisit d’aborder un angle particulier : celui de la prise en charge politique de la question migratoire. Elle est étudiée dans la deuxième partie et questionne la question migratoire : comment est-elle traitée par l’Etat du Sénégal ?

 

Prise en charge politique de la question migratoire

Questions autour de la notion de « Partenaires au développement »

Vous soulignez que les actions allant dans le sens d’accompagner les migrants sont conduite sans véritable conviction (p. 346), qu’elles sont le plus souvent adoptées au gré des recommandations des partenaires au développement (p. 346). Plusieurs interrogations sur ce point :

Vous mentionnez à plusieurs reprises ce terme générique de « partenaires au développement », notamment dans la section consacrée à la place de la diaspora dans les programmes des partenaires au développement. Que recouvre ce terme de « partenaire au développement » ?

Par exemple, des acteurs des société civiles euro-africaines comme le GRDR (plate-forme des ONG européennes au Sénégal) ou le Gadem au Maroc sont-ils considérés comme des partenaires au développement au même titre qu’une organisation interétatique comme l’Organisation internationale pour les migrations ?

Une multitude d’acteurs

En ce qui concerne les différents ministères et la multitude de directions qui suivent de près ou de loin les questions migratoires, pourquoi considérez-vous que la Direction de l’assistance technique[1] est la direction « la plus en vue » ?

Est-ce parce qu’elle dépend directement des services présidentiels[2] et/ou parce que c’est cette direction qui héberge des programmes comme le PAISD (Programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement) au titre de la coopération franco-sénégalaise[3] (p.343) ?

 

Outils (ateliers, groupe de travail technique, etc.) et production de données sur la migration

Dans la section consacrée à la place de la diaspora dans les programmes des partenaires au développement, vous saluez certaines actions développées en lien avec l’OIM (dans le cadre d’une « bonne gestion de la migration ») notamment :

  • les ateliers, séminaires ;
  • la création d’un groupe de travail technique national ad hoc, sur les migrations (p. 356) ;
  • la mise en place d’un fonds de garantie pour soutenir l’investissement des migrants.

Sur le groupe de travail technique national ad hoc, vous précisez que des « experts et points focaux migration de tous les ministères, des institutions universitaires, des partenaires au développement, et des membres de la société civile » y participaient.

N’est-ce pas un processus consultatif similaire qui a été adopté récemment pour l’élaboration du document de politique migratoire ?

Enfin, vous mentionnez la pertinence d’instituer une structure interministérielle de coordination que vous nommez aussi « structure de gestion concertée » : n’est-ce pas la même demande qui a été formulée dans le profil migratoire Sénégal de 2009 et le dernier document de politique migratoire élaboré en 2016 ?

Dans la continuité de cette section, vous évoquez des documents destinés à produire une connaissance plus fondée des migrations sénégalaises (p. 356). Vous remettez « la palme » à l’OIM pour sa production d’une vingtaine de publications sur diverses questions (transferts financiers, protection sociale des migrants, etc.)

Ce point rejoint une question que vous soulevez : la nécessité de produire une connaissance plus fondée des migrants internationaux au double plan : statistique et géographique. Et cela nous mène à la question de qui produit les données sur la migration ? : les chercheurs ou les organisations internationales ou les chercheurs pour les organisations internationales avec les biais que cela peut comporter en termes d’ambivalence, de dilemmes ?

Politique de retour, pour qui ?

Enfin, parmi les pistes de réflexions proposées, vous évoquez la mise en place d’une politique de retour et de réinsertion en collaboration avec les partenaires au développement.

Question : mettre en place une politique de retour pour qui ?

On se réfère notamment ici au plan d’action de l’UE en matière de retour, de septembre 2015. C’est un plan d’action qui vise à renforcer les retours de migrants en situation irrégulières (avec un budget de 800 millions d’euros pour la période 2014-2020). Il vise également à encourager les retours volontaires des migrants en situation irrégulière et en assurer deux fois plus que les retours forcés, des programmes menés avec des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux comme l’OIM. Ces programmes ne concernent pas les migrants hautement qualifiés.

Il est clairement indiqué : « les migrants qui ne retournent pas volontairement dans leur pays doivent y être contraints » (p. 4) et le Sénégal est un des pays prioritaires.

Or, on le voit côté Sénégal, les débats dans le cadre de la politique migratoire en cours d’élaboration et les programmes de retour au Sénégal semblent portent leur attention surtout vers une diaspora hautement qualifiée. Une diaspora idéalisée parfois. Quid des retours contraints ?

Réponses de l’auteur, Prof. Pape Demba Fall :

Protectionnisme migratoire : le Sud subit un diktat du Nord sur les questions des migrations internationales

Il faudrait ré-africaniser l’étude de la question migratoire. Il faut également penser la migration par rapport à son espace de déploiement : il y a une complémentarité régionale et sous régionale.

Sur la question des « partenaires au développement » : on retrouve une conception du développement qui est la leur. Le GRDR est obligé de faire avec les moyens de l’UE.

L’OIM, c’est comme une ONG comme les autres.

Ça produit une littérature que nous ne devons pas ignorer.

Notre rôle (chercheurs) : servir de médiateur entre le maire et les autorités locales.

Au-delà de l’Etat : Il faut en arriver à mettre en phase les migrants, les associations de base.

Le fait migratoire est partout, il est à nos portes, il est sous nos yeux.

Le Sénégal est un espace éclaté, un Sénégal nouveau : on met bout à bout des îles, ça devient un archipel. Les migrants ont essayé de contourner cela : l’engagement politique du migrant.

Programme mis en avant : le PAISD (programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement) : les migrants versent 30%.

Débat avec la salle 

Remarques de Cheikh Oumar Ba :

  • Migration avant tout africaine
  • Déclin des migrations vers la France
  • Le temps des « Afriquenabé » : mouvement qui s’est enclenché depuis un certain temps.
  • Les migrants se sont insérés dans les processus électoraux.

Remarques de Mansour Tall :

  • La diaspora est « la quinzième région » du Sénégal
  • Les migrants et les politiques nationales
  • Ce document de politique migratoire doit s’appuyer sur la recherche.
  • Ce livre (ouvrage de Pape Demba Fall) doit aussi servir aux politiques.
  • On est trop rentrés dans le spectaculaire.
  • Institut universitaire de Florence : occidentalisation des questions migratoires.
  • Les plus gros montants de transferts ne viennent pas d’Europe mais d’Afrique.

Remarques de Sylvie Bredeloup :

Les documents mis en place dans les documents de politiques ne prennent pas en compte les recherches sur les migrations intra-africaines, sur les questions de « citoyenneté en mouvement », qui pourtant sont étudiées. Sur ce point les chercheurs ne sont pas entendus.

Remarques d’Aly Tandian :

Question : Comment la migration contribue au sous-développement de nos sociétés ? Des jeunes qui ont perdu l’habitude de travailler.

Faire une gouvernance de la migration : prendre en charge le vieillissement des migrants.

Réponses de Prof. Papa Demba Fall :

Sur la remarque concernant l’OIM : OIM : le consultant qui a rédigé le Profil avaient consulté les chercheurs, donc les recommandations se recoupent.

Les autorités écoutent plus le consultant de l’OIM que lui-même, directeur à l’IFAN.

Programme : commande publique s’adresse d’abord aux Universités.

Tidiane Kassé :

Journaliste, consultant chargé du programme migration à l’Institut Panos.

Continuation de l’espace : les Sénégalais ne se considèrent pas comme des étrangers au Mali.

L’OIM pour lui n’est pas un « partenaire au développement », ce serait plutôt un partenaire technique ou un partenaire financier plutôt que partenaire au développement.

Politique nationale incohérente : car il est difficile de maitriser l’argent de la migration.

Aby Sarr :

Repenser la migration

Faire la promotion de la mobilité.

« L’OIM sert les intérêts de l’Union européenne, qu’on se le dise. »

[1] La Direction de la réforme de l’Etat et de l’assistance technique du Secrétariat général de la Présidence de la République. Gestion de la coopération internationale.

[2] Elle était auparavant rattachée à la Primature et avant cela au ministère de l’emploi, du travail et de la formation professionnelle.

[3] Ex-initiatives de co-développement : accompagnement des migrants établis en France qui peuvent solliciter le programme de manière individuelle ou regroupés en association, mobilisation de la diaspora hautement qualifiée et le développement des régions d’origine des migrants


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.