Mamoudou Diallo, Doctorant

Inscrit en thèse de Doctorat Unique à l’Université Ouaga I Joseph KI ZERBO, sous la direction d’Augustin PALE, Mamoudou Diallo s’intéresse à la diaspora burkinabé de Côte d’Ivoire et à ses modes d’implication politique locale.

Résumé du projet

Depuis de longues années le rapport entre migration et développement a suscité de nombreux débats parmi les chercheurs. Nombreux sont ceux qui nous ont renseignés sur l’importance des transferts de fonds des migrants dans le développement des localités de départ. Parallèlement, l’étude des migrants de retour notamment au Burkina Faso  a permis de mettre en exergue du rôle déterminant des migrants dans l’émergence de certaines activités économiques telles le transport public, la restauration, le showbiz. Depuis la mise en place de la décentralisation qui consacre le transfert de certains pouvoirs aux communes dans la plupart des pays africains, la question de la migration peut être abordée selon de nouvelles approches. Dans des pays à forte tradition migratoire comme le Mali et le Sénégal, des premiers travaux ont mis en avant le rôle croissant des migrants dans la gestion des cités.

Le Burkina Faso partage avec la Côte d’Ivoire une longue histoire en matière de migration en Afrique de l’Ouest. Ces dernières années, la décentralisation en cours a conduit les nouvelles autorités locales à vouloir canaliser les transferts des migrants vers la réalisation des plans communaux pour le développement. Si l’on sait que les Burkinabé de l’extérieur, jusqu’aux dernières élections n’avaient pas droit au vote,  on ne sait pas encore  si les actions des migrants dans leurs localités de départ ont une visée politique. Autrement dit, les migrants se contentent-ils d’apporter un appui financier aux autorités en charge de la gestion de leur commune ou soutiennent-ils directement des candidats ou font-ils eux-même acte de candidature à ces élections municipales ?  . Il devient alors intéressant d’analyser les rapports entretenus par les migrants avec les autorités locales d’une part, et de l’autre, d’apprécier le rôle et la place que ces dernières accordent à leurs ressortissants vivant à l’étranger dans la gestion des terroirs.

L’étude porte sur la commune de Ouahigouya, située dans la province du Yatenga au nord du Burkina Faso d’où nous somme originaire. Cette commune se caractérise par  une forte population d’émigrés en Côte d’Ivoire.

Dans la vie active, Mamoudou est conseiller d’orientation scolaire et professionnelle. Il apporte son assistance aux élèves, aux étudiants et aux professionnels. Les uns par rapport à l’élaboration et le suivi de leur projet universitaire et professionnel (élèves et étudiants), les autres (professionnels) par rapport au bilan de carrière et les désirs de réorientation professionnelle.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *