IdéeReçue#6 Les retours des migrants Africains

Le retour des migrants africains est un sujet qui intéresse de plus en plus les décideurs politiques. Il est au centre de programmes européens visant à mieux gérer les migrations entre l’Afrique et l’Europe. Cependant, en raison de l’absence de données, ce sujet est mal connu et fait l’objet de plusieurs idées reçues. Des recherches menées à partir de l’analyse d’enquêtes du projet MAFE (Migrations entre l’Afrique et l’Europe)[1] et d’entretiens qualitatifs avec des migrants de retour au Sénégal et en République démocratique du Congo nous permettent de dépasser ces préjugés et de connaître les réalités.

Première idée reçue sur les retours : Non, les migrants africains n’ont pas l’intention de ne pas retourner

Les médias présentent la plupart du temps les migrants africains comme fuyant la misère et la guerre. Il est souvent supposé qu’ils n’ont pas l’intention de retourner d’où ils viennent.

Cependant, les analyses quantitatives des enquêtes MAFE révèlent qu’au moment de leur arrivée en Europe, la moitié des migrants sénégalais et congolais ont l’intention de retourner dans leur pays d’origine. Cependant, les intentions de retour diminuent lorsque les conditions dans le pays d’origine se détériorent, ce qui est particulièrement le cas pour les migrants de la République démocratique du Congo après 1990. De même, les retours des migrants sénégalais et congolais d’Europe ne sont pas négligeables, mais ils sont moins susceptibles d’avoir lieu lorsque la situation dans le pays d’origine est instable.

Deuxième idée reçue sur les retours : Non, il n’est pas nécessaire d’encourager les migrants à retourner pour qu’ils retournent

 

Dans les pays européens, il est souvent présupposé qu’il est nécessaire d’encourager et de forcer les migrants à retourner. Le retour est d’ailleurs souvent synonyme d’expulsion des migrants en situation irrégulière.

Les résultats d’analyses démontrent cependant que la grande majorité des retours sont décidés spontanément, volontairement, par les migrants eux-mêmes, et qu’ils ne sont pas le résultat de dispositifs mis en place par les pays de destination pour les forcer ou les encourager à retourner. Il ressort que les retours liés aux « problèmes liés aux papiers » ne concernent que 11% des Sénégalais et 3% des Congolais de retour. Les migrants retournent surtout pour des raisons familiales et professionnelles.

Les migrants sont en réalité beaucoup plus susceptibles de retourner quand ils ont préparé leur retour eux-mêmes. Ainsi, les migrants congolais en situation irrégulière en Europe, qui ne sont pas prêts à retourner, ont de bien moindres chances de retourner par rapport à ceux qui sont en situation régulière. Ce sont également ceux qui vivent dans des conditions meilleures sur le plan économique qui retournent, car se réinsérer au pays après plusieurs années d’absence nécessite des moyens.

De plus, des analyses révèlent que les programmes mis en œuvre pour encourager les migrants à retourner n’ont pas d’impact sur les retours. Dans un contexte marqué par des restrictions migratoires à l’entrée dans les pays européens, les migrants sont plus réticents à l’idée d’effectuer un retour parce qu’ils savent que, en cas de problème dans leur pays après leur retour, il leur sera difficile de migrer à nouveau en Europe. Les résultats indiquent que plus il est difficile de migrer vers l’Europe, moins les migrants ont l’intention de retourner et moins ils retournent.

Troisième idée reçue sur les retours : non, les programmes d’aide au retour volontaire n’assurent pas une réinsertion réussie dans le pays d’origine

Les décideurs politiques pensent généralement que les programmes d’aide au retour volontaire et à la réinsertion, visant à encourager les retours de migrants en situation irrégulière, les aide à se réinsérer et, par conséquent, les empêche de vouloir migrer à nouveau vers l’Europe.

Cependant, les résultats de recherches indiquent que les migrants sénégalais et congolais qui ne retournent pas volontairement et qui n’ont pas préparé leur retour connaissent des difficultés importantes après leur retour dans leur pays, et expriment le plus souvent leur intention de repartir en Europe. Les analyses quantitatives montrent même qu’il est en fait courant que de telles expériences donnent lieu à de nouveaux départs.

[1] http://mafeproject.site.ined.fr/fr/

 

Par Marie-Laurence Flahaux, démographe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.