Mobilités internes et dynamiques de développement agricole : cas des Mourides dans la vallée du fleuve Sénégal

 « Mobilités internes et dynamiques de développement agricole : cas des Mourides dans la vallée du fleuve Sénégal»  

Ndiaye Asta, étudiante en agronomie,  spécialisée en Développement rural  à l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès au Maroc.

Contexte de l’étude

Le   mouridisme, depuis la fondation du village de Touba en 1887 n’a cessé de s’accroître, aussi bien dans sa dimension territoriale que dans son enracinement social, économique et politique, manifestant au XXIème siècle une formidable expansion. D’un mouvement religieux, il  a muté en une organisation sociale générant des flux monétaires sur lesquels se fonde la puissance économique de la confrérie. Très tôt, le  mouridisme a produit une culture paysanne tournée vers la conquête des espaces agricoles, connue sous l’appellation de « front pionnier agricole ».  Bien  que la ville de Touba soit son  lieu d’ancrage, les adeptes de cette confrérie sont très mobiles,  en quête  perpétuelle d’opportunités de travail.   Cependant, si l’extension tentaculaire du mouridisme a pris une dimension mondiale au Sénégal, avant les années 80, l’expression agricole de la doctrine mouride ne s’est observée que timidement en dehors de la culture arachidière, s’orientant exclusivement du côté du Sénégal oriental. Jusque-là la vallée du fleuve n’a pas été une zone d’expansion privilégiée pour les Mourides.

Cependant la transformation économique que connaît la vallée du fleuve Sénégal[1] et plus particulièrement le Delta à partir des années 1980, avec les aménagements hydro-agricoles et la mise en place par l’Etat d’une nouvelle politique agricole (NPA), a rendu la zone beaucoup plus attractive. Ce nouveau contexte économique  a entraîné les années suivantes des arrivées de populations dans la vallée du fleuve Sénégal ainsi que d’importants investissements privés,   à l’origine d’une dynamique d’extension des superficies irriguées.  Parmi ces nouveaux promoteurs, figurent les Mourides qui commencent à  investir massivement dans l’agriculture irriguée de la vallée.

Nous nous proposons d’étudier ces nouvelles dynamiques de mobilités internes des Mourides entre le  Bassin arachidier et  la Vallée du Fleuve Sénégal.

Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un projet de fin d’étude pour l’obtention du diplôme d’ingénieur agronome. Il a été réalisé en collaboration avec le LMI MOVIDA et IPAR.

 

Objectif de l’étude

L’objectif  de cette étude est double: le premier est une modeste contribution à la littérature sur les migrations internes au Sénégal qui demeure très faible comparativement  aux migrations internationales. Sachant que les mobilités internes influencent les politiques de   développement, il apparaît essentiel de pouvoir les identifier, d’en mesurer l’ampleur  et quantifier leurs facteurs explicatifs pour en avoir une meilleure connaissance. Le second objectif visé est de comprendre la dynamique  socio-économique des migrants  mourides dans la  vallée et ses implications sur le développement local.  En effet  la migration, au-delà du cadre social,  a  des effets économiques  importants qu’il nous appartient  de décrire et d’analyser. Il s’agira de voir dans quelle mesure la  présence des mourides  accompagne  le développement de l’agriculture irriguée dans la  vallée.

Questions  de recherche

Les  aménagements hydro-agricoles du Delta  visent à développer la culture rizicole en vue d’atteindre les objectifs d’autosuffisance alimentaire fixés par l’Etat du Sénégal. Cependant, l’hydro-agricole demande de lourds investissements publiques dont ne disposent pas la plupart des populations locales.  Les mourides, particulièrement les marabouts, possèdent  des moyens humains et financiers leur permettant d’exploiter de grandes superficies. Mais bien qu’ils investissent dans l’agriculture de la vallée,  « il faut rappeler la  faible tradition rizicole des mourides qui  se  sont essentiellement  spécialisés dans la culture arachidière. De plus,  le champ hydro-agricole du Delta se distingue complètement des régions du bassin arachidier ou le mouridisme est originaire ». (Patrick Botazzi, 2002).  Malgré cette  contrainte,  les migrants mourides semblent occuper une grande place au niveau de la production rizicole et maraichère du Delta.  Ce constat nous amène à poser la question de recherche suivante:

  • Quel a été l’impact de la dynamique de mobilités internes des mourides dans le développement de l’agriculture irriguée dans la vallée du Sénégal et  comment leur implication a généré des  changements économiques et sociaux   dans la zone d’étude? 

En d’autres termes, nous nous sommes demandé comment   ces nouveaux acteurs que sont les mourides contribuent  à l’économie du territoire à travers leurs activités agricoles : qu’ont-ils apporté en termes de mise en valeur des terres, de  reconversions des systèmes de productions locaux, d’introduction ou d’appropriation  des innovations sociotechniques, de création d’emploi, de valorisation de la  production… Il s’agira de voir en somme  dans quelles mesures les mourides participent à la dynamique de développement territoriale de la vallée et de son agriculture.

 

Choix de la zone  d’étude et déroulement du travail sur le terrain

Avant la sortie effective sur le terrain, une phase exploratoire a été nécessaire pour prendre connaissance du terrain, ses particularités et sa complexité. Cette phase a consisté en une série d’entretiens et nous a permis de  mieux cerner la question de notre étude et les possibilités de collecte d’informations  et de confection des outils d’enquête.

Nous avons choisi la commune rurale de Diama et plus précisément le département de Ross Béthio comme principale zone d’étude.  Ce choix a été proposé par IPAR qui y avait réalisé plusieurs études, avant que la pertinence du site ne soit confirmée lors des informations recueillies lors des entretiens  préliminaires. Le département de Ross Béthio est apparu comme étant la zone concentrant la majeure partie des migrants mourides installés dans la vallée du fleuve Sénégal ainsi que   la plupart de leurs activités agricoles.  En complément, nous avons également réalisé des entretiens dans le département de Ronkh (Boundoum, Kassak, Fourarate).

Notre séjour sur le terrain a duré 43 jours, du 2 avril au 15 mai 2017. Pour la collecte des données,  nous avons utilisé  deux outils de travail: un questionnaire et un guide d’entretien.

Le questionnaire était destiné aux exploitants mourides. Pour le critère de choix des enquêtés, nous nous sommes référés au contexte de l’étude : la personne à enquêter doit-être un mouride originaire des régions du bassin arachidier et qui vit de manière permanente ou saisonnière dans le Walo pour s’adonner à des activités agricoles.  Compte tenu de l’absence d’une liste exhaustive des individus à enquêter, la constitution de l’échantillon  s’est faite sur base d’un échantillonnage aléatoire. Avec l’aide de quelques personnes ressources,  nous avons pu dresser une première liste de migrants. Cette liste a été complétée  au fur et à mesure avec les enquêtés.  Au terme de notre séjour 80 personnes ont été enquêtées.

Le guide d’entretien avait pour cible les walo-walo (populations autochtones). L’objectif était de confronter  auprès de cette population,  les éléments de réponse apportés par les Mourides et connaître leurs perceptions par rapport à  la présence de ces derniers dans l’agriculture de la vallée.  Des entretiens informels ont aussi été effectués auprès de  certaines personnes ressources pouvant nous permettre de retracer l’historique de la migration des Mourides dans la zone étudiée et les changements des pratiques agricoles. Parmi ceux-ci figurent les agents retraités  de la SAED qui ont accueilli les premiers migrants mourides, des  anciens migrants mourides durablement installés ainsi que des notables locaux?

 

Articulations de l’étude 

Au regard des premiers entretiens effectués, la migration des mourides vers le Delta n’apparaît  pas comme un phénomène nouveau. En effet, les premiers  migrants se sont installés dans les années 1960. Cependant cette migration très timide au début s’est progressivement intensifiée pour  prendre de l’ampleur à partir des années 1980. Qu’est-ce qui a été à l’origine de l’installation de ces  primo-migrants? Quels sont les facteurs qui ont été à l’origine de ce rush observé à compter des années 1980?

Les mobilités spatiales des populations entraînent généralement de nouvelles façons de penser le territoire. Dans le domaine agricole, elles peuvent faciliter  l’introduction d’innovations : machines agricoles plus modernes, reconversion des cultures et des pratiques culturales… Qu’en est-il alors  de la migration des Mourides vers le Delta? Existe-il un lien entre la présence des Mourides dans le Delta et l’évolution observée dans l’agriculture  irriguée du Delta ?

A la lumière des  premières observations sur le terrain, nous avons noté que la présence de ces nouveaux occupants a généré  de nouvelles façons d’occuper l’espace qui se sont répercutées  sur la structure foncière des exploitations. On assiste à l’émergence de grandes exploitations qui s’étendent sur des centaines d’hectares. Cette situation est le résultat du phénomène de  concentration des terres à grande échelle, communément appelées accaparement des terres. Chez les Mourides, ce sont le plus souvent  les   marabouts entrepreneurs  qui détiennent  ces grandes superficies. En effet, si  les superficies des exploitations familiales du Delta  n’ont pas évolué depuis leur attribution, , les terres agricoles acquises par les marabouts ont augmenté rapidement en superficies depuis leur installation. Quelles stratégies foncières ont mis en place ces derniers pour y parvenir ?  Leur  pouvoir religieux leur sert-il de ressources pour satisfaire leurs besoins d’extensions foncières ?

Par ailleurs, la  capacité d’extension foncière n’est pas la seule force de marabouts entrepreneurs. Dans leurs exploitations, s’est mise en place une véritable machine productive, constituée par les disciples, permettant de transcender l’obstacle majeur rencontré par la plupart des producteurs, à savoir   le coût élevé de la main d’œuvre.  Lorsque  ces derniers migrent vers d’autres territoires, ils sont généralement accompagnés de leurs disciples, lesquels   vivent dans les  daaras[2] agricoles.  Nous nous sommes attelé à analyser le fonctionnement de ces unités de productions singulières. Il semblerait que les daaras existant dans le Delta sont plutôt spécialisés dans la production agricole alors que jadis,  le daara était un lieu où les talibés[3] combinaient travail de la terre et apprentissage coranique.

Assistons-nous à une nouvelle forme du daara plus contemporaine, répondant au contexte économique du Delta ?  Selon quels principes ces unités de production sont-elles organisées et comment s’intègrent-elles à la  dynamique de mobilités internes ?

A côté de ces marabouts dotés d’un  capital  financier et humain important leur permettant  d’exploiter de grandes superficies, évoluent des  exploitations plus modestes dirigées pas d’autres Mourides. Il s’agit à la fois d’entrepreneurs formés par les ressortissants des daaras, mais aussi d’autres exploitants  mourides venus de leur propre initiative. Ces derniers  ne bénéficient pas nécessairement de l’influence et du pouvoir religieux des marabouts mais constituent néanmoins un groupe d’acteurs économiques non négligeable, compte tenu de leur importance numérique. Comment ces migrants s’insèrent-ils dans cette nouvelle dynamique économique du Delta?

Les Mourides quittent le bassin arachidier  pour exercer la culture irriguée dans le Delta, mais s’agit-il pour autant d’un abandon total de l’agriculture dans le bassin arachidier, leur zone d’origine ou assistons-nous à la mise en place d’un nouveau système économique  combinant cultures irriguées dans le Delta et cultures hivernales dans le Baol ?

La migration interne est considérée par plusieurs chercheurs comme une étape intermédiaire à la migration internationale. Celle  des mourides vers le Delta rentre-t-elle dans ce cadre ? Quelles  articulations existe-t-il entre les formes des mobilités internes des mourides vers le Delta et la migration  internationale?

Ces  quelques  questionnements constitueront le fil conducteur de notre rapport final.

[1] La vallée du fleuve Sénégal correspond à la partie nord du Sénégal. Elle s’étire sur près de 650 km et englobe les régions administratives de Saint-Louis, de Matam et de Tambacounda. Elle s’étend de Bakel à l’embouchure et couvre une superficie de 12.000 km², dont environ 8.000 km² pour la vallée et 4.000 km² pour le delta. Djibril diop, GESTES, 2008

[2] Le terme wolof daara renvoie directement au mot école. Or l’unité  de production est aussi appelé daara. Cette appellation s’explique par le fait que lors de l’apparition des premiers daara au Sénégal, les talibés combinaient travail de la terre et apprentissage coranique. Patrick Botarazzi, 2002

[3] Disciples ou élèves appelés aussi « ndongo » en wolof


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *