Thomas Fouquet, anthropologue

Thomas Fouquet est anthropologue, titulaire d’un doctorat de l’EHESS. Il est chargé de recherche au CNRS (CR1) depuis octobre 2015,  à l’Institut des mondes africains (IMAF). Il est par ailleurs chercheur associé à la chaire d’Etudes africaines comparées de l’université Mohammed VI-Polytechnique de Rabat et membre du comité de rédaction de la revue Politique africaine.

Ses travaux, en Afrique de l’Ouest et au Maroc, sont consacrés aux liens entre citadinités et mobilités dans le contexte de globalisation culturelle dont les métropoles africaines sont le théâtre. Plaçant la notion d’aventure au cœur de ses réflexions, il s’attache à en développer une conception avant tout locale, par l’examen de trajectoires sociales citadines où les désirs et imaginaires de l’Ailleurs priment souvent sur le voyage migratoire stricto sensu. Ceci le conduit simultanément à travailler sur les transformations des cultures urbaines, sous l’angle du potentiel critique dont elles sont porteuses mais aussi des expressions et aspirations cosmopolites qu’elles articulent au ras du sol.

Envisageant ces questions à la croisée de l’approche ethnographique et de l’histoire urbaine, il s’intéresse tout particulièrement à leur versant nocturne, à l’aune des reconfigurations sociales, culturelles et politiques dont les nuits urbaines sont le cadre. De ce point de vue, il développe ses travaux de terrain autour de deux questionnements complémentaires : dans quelle mesure, et suivant quelles formes, la ville nocturne peut constituer un espace favorable aux individus en situation de mobilité ? En miroir, qu’est-ce que les mobilités et les circulations – humaines, matérielles, culturelles – font à la nuit ?

Dans le cadre de Movida, Thomas Fouquet développe des chantiers de recherche à Dakar et Casablanca, suivant une démarche comparative et en prenant dans les deux cas l’univers des loisirs urbains nocturnes comme scène ethnographique principale. A Dakar, l’univers nocturne est envisagé suivant deux aspects principaux : le brassage d’individus issus d’horizons divers dont il est le cadre, et qui sont pour beaucoup en situation de mobilité ; et les potentialités que la nuit urbaine peut représenter aux yeux de certains migrants, de jeunes femmes aventurières originaires d’autres pays africains en particulier. Au Maroc, il s’agit d’interroger la « nouvelle » présence africaine sous l’angle des différents facteurs, acteurs et enjeux qui participent à la production des « nuits afro » de Casablanca. Cette recherche soulève globalement la question d’un accès à la citadinité par le biais de lieux et d’activités de loisirs nocturnes, tout en articulant l’examen de mobilités humaines avec celui de la circulation de modèles culturels en et hors d’Afrique.

Thomas Fouquet s’attache sur ses différents lieux d’enquête à nouer un dialogue fécond avec des interlocuteurs qui, à différents niveaux, sont concernés aussi bien par les phénomènes de mobilité que par les enjeux nocturnes de la ville : aussi bien dans la sphère associative, du développement, qu’artistique. Conscient également de l’importance sociale d’une réflexion sur la nuit à une époque où les frontières temporelles de la ville sont sans cesse repoussées ou renégociées, en Afrique comme ailleurs, il a à cœur d’ouvrir un large espace de dialogue, citoyen et citadin.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.