Compte-rendu de la 6ème séance des Ateliers de MOVIDA : “Observer la migration chinoise en Afrique à l’aune des mobilités africaines en Asie”

Intervenants : Laurence MARFAING (GIGA Institute of African Affairs)
et Sylvie BREDELOUP (LPED/IRD, LMI-MOVIDA)

A l’occasion de cet atelier, les échanges ont porté sur les trajectoires migratoires des populations entre la Chine et le continent africain.

LAURENCE MARFAING

Objectifs de la présentation

Explorer la migration chinoise au Sénégal, quelle forme revêt-elle et en quoi est-elle différente des autres migrations chinoises dans le monde ? Revenir sur l’installation à Dakar des commerçants chinois, étudier l’impact de la présence chinoise, s’interroger sur la présence – ou non – d’une “vraie” stratégie migratoire.

Historique de la migration chinoise au Sénégal

Les premières migrations chinoises remontent au 19ème siècle. A l’époque, elles concernaient surtout les Etats-Unis, quand les migrants restaient sur place après des contrats de travail d’un an ou deux. C’est l’émergence des “chinatown”, des communautés fermées, qui se créaient quand les migrants sentaient l’environnement hostile. Il y avait un fort degrés de cohésion sociale, des regroupements par clan et par famille.

La seconde vague de migrations chinoises est dirigée vers l’Europe et l’Australie. Les environnements sont moins hostiles et par conséquent les communautés moins fermées. Ces Chinois viennent surtout des régions côtières, ils reproduisent les mêmes structures de la vie sociale en Chine, et les liens avec la Chine sont toujours forts.

Aujourd’hui, on est environ à la cinquième génération de Chinois installés à l’étranger. Ces dernières vagues sont fortement liées à la libéralisation des politiques migratoires, aux privatisations de l’économie en Chine, aux évolutions de la vie sociale.

Les premiers Chinois sont arrivés à Dakar dans les années 2000. La société Henan construction a joué le rôle de tête de pont et d’intermédiaire entre le Sénégal et les migrants chinois. C’est cette société qui a construit le stade de Dakar notamment.

Origines

Les Chinois de Dakar ont des origines atypiques :

– 60 à 70% d’entre eux sont originaires du Henan

– 15 à 20% sont originaires du Fujian

– 10% maximum sont originaires du Seichan

Installation à Dakar

Ils ont eu beaucoup de difficultés à s’installer au début, en raison des restrictions sectorielles (ils ne sont pas autorisés à exercer une activités dans tous les milieux professionnels), d’une législation très stricte sur l’emploi, des difficultés pour avoir des papiers… Au début ils avaient besoin d’intermédiaires sénégalais pour avoir des papiers.

Ils ont également eu des difficultés à pénétrer les marchés dakarois. Ces marchés sont très structurés et les commerçants sénégalais ne voulaient pas d’eux. Les commerçants chinois importent de très grandes quantités, ils n’ont pas peur de faire seulement 2 ou 3% de bénéfices. Ils se sont installés sur les allées du Centenaire (la grande avenue construite par Senghor dans les années 1960). Dès leur arrivée, on a parlé d’invasion, de danger. Le groupe de recherche de Laurence Marfaing a essayé de les recenser : ils sont entre 5.000 et 10.000. C’est un groupe très hétérogène. Entre 2011 et 2013, on comptait environ 200 boutiques sur le Centenaire, environ la moitié tenue par des femmes.

Un centre Confucius a aussi ouvert au début des années 2010. L’ambassade de Chine a une association, mais les commerçants du Centenaire ne se sentent pas gérés, pas concernés, par cette association. Une deuxième association a été créée en 2007 par un commerçant.

Comme au Sénégal, c’est la tradition en Chine de redistribuer les bénéfices dans la famille quand on a du succès dans l’entreprise. Même pendant les fêtes, pendant le nouvel an chinois, les entreprises restent ouvertes. Il n’y a plus tellement d’identification par rapport à la Chine dans le quotidien. Ils disent qu’ils se sentent trop loin des parents proches et des régions d’origine.

Organisations en réseaux ?

Il n’y a pas d’organisation en réseaux. En revanche il y a des liens forts entre les migrants issus de la même région en Chine. Cela passe beaucoup par les réseaux sociaux. Il y a aussi des représentants pour la défense des intérêts des communautés. Sur Dakar, il a 7 grandes familles chinoises. Les liens sont faibles entre les familles pour les stratégies migratoires. Il y a une grande individualisation de la migration chinoise au Sénégal.

Il n’y a pas de chinatown, pas de communauté chinoise fermée à Dakar. Pas non plus d’interactions entre les réseaux internationaux (réseaux des commerçants chinois et réseaux des commerçants sénégalais). Le marché prime sur la relation sociale, ce qui est nouveau pour les diaspora chinoises.

Profils des migrants

Ce n’est pas du tout le même profil que les migrants chinois au Ghana, en Angola, en Afrique du Sud…  Ce sont des tout petits commerçants, ils n’apportent pas plus de 7 à 10 container par an, en plus ils font souvent des containers groupés.

Les Chinois du Henan ont les mêmes structures de commerce que les Sénégalais. Ce sont des structures informelles, familiales. Il y a une personne en Chine et une personne à Dakar, pour faire les imports. Il y a une forte transmission des savoir-faire auprès des jeunes. Les salaires sont faibles. Les jeunes acceptent de travailler un an ou deux avant de toucher l’argent et de rentrer au Henan.

Impacts de la présence chinoise

Il y a des côtés positifs : chaque boutique emploie en moyenne deux travailleurs journaliers. Ils sont payés 2.000 fcfa par jour, ou 60.000 fcfa par mois, ce qui correspond aux salaires sénégalais. Il n’y a pas d’exploitation des employés. C’est également un tremplin pour des activités de commerce pour les jeunes Sénégalais. Cela leur permet de s’introduire dans le milieu du commerce, qui est d’ordinaire assez fermé, pas accessible si l’on est pas formé. C’est donc un bouleversement des hiérarchies dans le commerce sénégalais.

Points négatifs : si les commerçants sénégalais n’ont pas souffert de la concurrence chinoise (en-dehors des revendeurs de seconde main), les artisans en ont beaucoup souffert.

 

Sylvie BREDELOUP

La présentation portera surtout sur les mobilités africaines que sur les migrations car des hommes et surtout des femmes aujourd’hui font du commerce avec la Chine sans pour autant s’y installer durablement.

Qui sont les premiers Africains subsahariens à s’être installés en Chine ?

En fait pendant plusieurs décennies, la figure du migrant noir-africain en Chine s’est résumée à celle de l’étudiant, ressortissant ou non d’un pays communiste, envoyé dans une université de Pékin au nom de « l’internationalisme communiste ».

Les premiers Africains à venir étudier en République populaire de Chine étaient donc majoritairement des boursiers du gouvernement chinois.

Quelles stratégies mirent en place ces étudiants africains pour rester en Chine et poursuivre leurs études ?

Nombre d’entre eux jouèrent des privilèges accordés à ceux qui possédaient à la fois une carte d’étudiant, une carte de séjour et une carte de douane,

En effet, à la fin des années 1980, seuls les étrangers avaient le droit d’aller s’approvisionner en produits électroménagers et matériel électronique de bonne qualité et à prix intéressant, directement à Macao ou à Hong Kong. Ils n’avaient pas besoin de visa.

C’est ainsi que pendant près d’une décennie, les étudiants africains purent ainsi mettre à profit leurs vacances scolaires (100 jours de vacances) pour travailler en tant qu’intermédiaires et interprètes auprès de commerçants chinois et ensuite des visiteurs africains.

 

Qui sont ces grands commerçants ?

Les premiers ressortissants ouest-africains à avoir ouvert des sociétés de trading  à Guangzhou, au début des années 2000, à proximité de la foire de Canton, arrivaient directement de Hong Kong, Bangkok et Jakarta avec une solide expérience commerciale.

À partir de ces places marchandes asiatiques, depuis une quinzaine d’années déjà, ces entrepreneurs-migrants avaient pu développer des activités d’import-export avec le continent africain, ouvrant en complément des agences relais dans les villes africaines (Lomé, Brazzaville, Nairobi).

 

On a pu identifier 3 types de parcours et de profils

Les uns, ex-diamantaires  avaient commencé par revendre des pierres précieuses, extraites des mines congolaises ou angolaises dans les bourses asiatiques. Ils s’étaient dit que revendre en gros à partir de ces mêmes lieux des marchandises générales serait un travail moins dangereux, moins hasardeux pour leurs vieux jours. Ils se sont mis alors à  démarcher des usines locales pour y fabriquer des tee-shirts, des cosmétiques et des pagnes de contrefaçon à destination des marchés africains, réorganisant leurs circuits marchands entre l’Afrique et l’Asie.

D’autres encore avaient assisté à la construction d’unités textiles par des ingénieurs asiatiques en terre africaine, et ils avaient eu l’idée de remonter jusqu’à la source ; ils avaient alors démarché les usines thaïlandaises ou indonésiennes, fabricant du coton et de la rayonne et autres fibres. D’autres enfin qui se déplaçaient jusqu’alors du continent noir vers Dubaï, plate-forme mondiale de réexportation des produits chinois, se sont aussi mis à remonter la filière jusqu’à la source, dans les zones économiques spéciales de RPC.

3ème profil, des hommes  plus jeunes qui ont suivi des études supérieures en dehors de leur  pays avant de se lancer dans le négoce international.

 

La situation des étrangers s’est détériorée en Chine depuis que de nouvelles lois d’immigration ont été promulguées en 2007, conduisant nombre d’entre eux à reconsidérer sérieusement leur séjour en territoire chinois.

Sur la base de nos propres estimations, entre 2006 et 2008, environ 30 % d’hommes d’affaires africains installés à Xioabeilu sont rentrés dans leur pays d’origine ou ont investi d’autres places marchandes moins contrôlées (Thaïlande, Inde, Vietnam). Beaucoup de femmes et d’enfants sont partis. La majorité a renvoyé la famille au pays.

La durée des visas de séjour a été notablement raccourcie. Un petit policier dans la rue peut annuler ton document. Il barre ton papier et il te donne trois jours pour partir » (2008). La plupart  ont quitté Guangzhou à la fin des années 2000.

Quant aux dernières générations, elles se sont employées à obtenir des visas d’étudiants à partir du continent africain, profitant des nouvelles dispositions.

En effet, dans le cadre de sa politique culturelle, le gouvernement chinois a notablement augmenté le nombre de bourses annuelles attribuées aux étudiants africains.

En juillet 2012, le gouvernement chinois lançait un programme triennal « Plan pour les jeunes talents d’Afrique » visant à former 30 000 Africains et à leur accorder 18 000 bourses.

 

C’est aussi dans cette perspective qu’à compter de 2004, la coopération culturelle sino-africaine a pris un nouveau tournant avec la création d’Instituts Confucius. La Chine a implanté 31 Instituts Confucius, directement sous tutelle du ministère chinois de l’Éducation, dans 26 pays africains.

Soft power disent les uns pour expliquer dans quelle mesure la création de ces zones d’influence culturelle sur le continent africain doit permettre à la Chine d’y consolider ses transactions économiques. À l’évidence, cette stratégie d’expansion culturelle séduit largement les élites africaines qui entendent jouer des concurrences entre les puissances mondiales pour tirer au mieux leur épingle du jeu.

 

Pour aller plus loin

Bibliographie de Sylvie Bredeloup sur Chine-Afrique

Bredeloup S., Bertoncello B., 2006, La migration chinoise en Afrique : accélérateur du développement ou « sanglot de l’homme noir » ?, Afrique contemporaine, n°218, p.199-224.

Bertoncello B., Bredeloup S., 2007, De Hong Kong à Guangzhou, de nouveaux « comptoirs » africains s’organisent, Perspectives Chinoises, n°1, p.98-110.Avec la version anglaise présente également dans le même numéro : The Emergence of new African « Trading posts » in Hong Kong and Guangzhou, China Perspectives, n°1, p.94-105.

Bredeloup S., 2008, Les entrepreneurs migrants chinois au Sénégal : la métaphore du jeu de go ?, in DIOP M.C. (ed.) Le  Sénégal des migrations. Mobilités, identités et sociétés, Paris, CREPOS-Karthala-ONU Habitat, p. 343-363.

Bertoncello B., Bredeloup S., Pliez O., 2009, Hong Kong, Guangzhou, Yiwu : de nouveaux comptoirs africains en Chine, Critique internationale, n°44, p.105-120.

Bertoncello B., Bredeloup S., 2009, Chine-Afrique ou la valse des entrepreneurs migrants, Revue Européenne des Migrations Internationales, juillet, vol. 25, p. 45-70.

Bertoncello B., Bredeloup S., 2009, Des rues globales marchandes : allées du centenaire à Dakar, Huanshi Middle Road à Guangzhou (Canton) ?, Géographie et cultures, n°71, p.25-40.

Bredeloup S., 2012, Mobilités spatiales des commerçantes africaines : une voie vers l’émancipation ?, Autrepart, n°61, p.23-40.

Bredeloup S., 2012, African migrations, work, and new entrepreneurs, in Li Peilin and L. Rouleau-Berger (ed.), China’s Internal and International Migration, Routledge, China Policy Series, p. 202-210.

Bredeloup S., 2012, African Trading Post in Guangzhou: Emergent or Recurrent Commercial Form? African Diaspora, 5, p.27-50.

Bredeloup S., 2014, West-African Students Turned Entrepreneurs in Asian Trading Posts : A new facet of Globalization, American Journal of Urban Anthropology and Studies of Cultural Systems (UAS), Special Issue on African Global Migration.

Bredeloup S., 2014, Entre l’Afrique et la Chine : pluralité des parcours professionnels des étudiants ouest-africains, Cahiers des Recherche sur l’Education des Savoirs, n°13.

 

Bibliographie de Laurence Marfaing sur Chine-Afrique

Giese K., Marfaing L. (Eds), 2016, Entrepreneurs africains et chinois, Les impacts sociaux d’une rencontre particulière, Karthala, Paris

Marfaing L., 2015, Importations de marchandises chinoises et mobilité sous-régionale en Afrique de l’Ouest, Cahiers d’études africaines 2015/2 (N° 218)

Marfaing L., Thiel A., 2013, Petits commerçants chinois en Afrique et saturation des marchés ouest-africains. Déconstruction d’une rumeur (Dakar-Accra), Migrations Société 2013/5 (N° 149)

Marfaing L., 2015, Networks, Spheres of Influence and the Mediation of Opportunity: The Case of West African Trade Agents in China, The Journal of Pan African Studies, vol.7, no.10

Marfaing L., 2015, Demystifying Chinese Business Strength in Urban Senegal and Ghana: Structural Change and the Performativity of Rumours, Canadian Journal of African Studies 48(3):405-423


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.