Objets dans la migration, objets en exil : statuts, usages, devenirs

journée d’étude multidisciplinaire, 5 mai 2017, 9h-18h, amphi. Max Weber, U. de Nanterre (bât.W), en partenariat Centre Espaces & Ecritures, CREE (Université de Nanterre), Programme Migrobjets (INALCO) et programme Non-lieux de l’exil. (Coord. Corinne Alexandre-Garner, Alexandra Galitzine-Loumpet) Entrée libre (indications d’accès en bas de page)

Cette journée d’étude sera précédée, le 04 mai, de la séance du séminaire EHESS Non-lieux de l’exil :   Murs II : Murs, corps & art, 17– 20 h – EHESS,  54 bd Raspail, 75006 Paris,  salle A05-51 (5 ème étage) Entrée libre

Avec  : Né Barros (chorégraphe, chercheuse Université de Porto/ IF)  – « Murs : un projet chorégraphique. Corps, dispositifs et séparation » /  Eugénia Vilela  (philosophe, Université de Porto IF/FCT) – « Ce corps est plein de morts. Déplacements et résistance » / Zornitza Zlatanova (psychologue clinicienne et danseuse, COMEDE) –  « Du 115 au 104. Le mouvement danse comme foyer d’asile »

Présentation des intervenantes : https://nle.hypotheses.org/4213
Présentation de la chorégraphie associée : MUROS : https://nle.hypotheses.org/4234

Programme de la journée d’étude :

9h Café d’accueil

MATINEE

9h15 : Ouverture –  Caroline Rolland Diamond (Directrice du Directrice du Centre de Recherches Anglophones (CREA, EA 370) – Ouverture de la journée d’étude

9h30 : Introduction générale – Corinne Alexandre-Garner (CEE/CREA) & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil & Migrobjets/ Inalco) –

9h45 : Michel Agier (EHESS): Réflexions liminaires sur ce qu’il reste des vies, des lieux et des objets en migration.

10h15 -Panel I Présidente de séance :  Geetha Ganapathy-Doré  (U. Paris 13)

10H30 : Karen Akoka (ISP / U. de Nanterre) – Deux certificats de réfugiés : carrière de « papiers »

11h : Anouche Kunth (Migrinter / CNRS) – Archive administrative et vies infimes : des intensités de papier

11h30-11h45  Pause-café

11h45 -Panel II  Président de séance : Albin Wagener (U. de Nantes)

12h : Claire Rodier (Gisti) – Les bracelets des exilés

12h30 : Eugenia Vilela (U.de Porto) –  Le gilet de sauvetage. Un objet paradoxal de l’exil

13h-14h : Buffet Ile du monde

APRES-MIDI

Panel III – Corinne Alexandre-Garner (CEE/CREA, U. Nanterre)

14h : Olivier Douville (U. de Nanterre) –  De l’objet rituel à l’objet exilique trouvé-créé

14h30 : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (CESSMA, Inalco) –Papiers perdus, sacs troués : objets-symptômes des demandeurs d’asile

15h : Elise Biliard & Virginia Monteforte (Projet RIMA, Malte) – Disques de musique classique et haut-parleurs : Le refus du statut de migrant par un Libanais installé à Malte.

15h30  : Pause thé

Panel IV –  Isabelle Keller-Privat (U. de Toulouse)

16h15 : Esther Heboyan (U. d’Artois) – Le kandjar et le fez dans America America (1963) d’Elia Kazan

16h45 : Kadhim Jihad Hassan (Inalco)  De la rivière Buwayb au caroubier de Birwa : Exil e(s)t poésie

17h15 : Cornelius Crowley (U. Nanterre)  Synthèse et conclusions

17h45 : Débat général

18h : Verre de l’amitié

Argumentaire

A propos des objets, Jean Baudrillard écrit qu’ils constituent des «‘mots de passe’ par excellence» (2004). A la fois communs, participant de la société de consommation, et uniques en ce qu’ils incarnent une expérience du sujet, des tactiques spécifiques d’usage dans les espaces du passage et de l’encampement, les objets sont des acteurs des liens sociaux, articulant récits et discours, participant des habitus et des recompositions en situation de migration, d’exil et de transmission. Paradoxalement, alors qu’ils assignent une identité à l’exilé/au migrant dans les médias et l’espace public et constituent, in fine, la seule trace matérielle d’un déplacement spatial et culturel subsistant bien au-delà de l’expérience du sujet dans des sphères diversifiées (du foyer au musée), les objets dans la migration et l’exil restent encore trop peu abordés.

Or, si la culture matérielle de la migration contribue à la construction de la figure de l’exilé et du migrant, le déplacement migratoire affecte aussi bien les usages sociaux de la culture matérielle que les modalités d’emboîtement des affects autour de l’objet usuel ou trouvé, transitionnel ou hérité. Objets-sujets dans le sens où ils se tiennent parfois à la place des individus, et peuvent se substituer à eux pour témoigner d’une situation, ils sont des objets de l’histoire qui peuvent devenir également des objets-mémoires, souvent des reliques soumises à des temporalités et des statuts particuliers, parfois des ancrages qui permettent autant de réagencements créatifs et de réinscriptions dans l’ailleurs.

Dans la poursuite d’une première rencontre qui s’est tenue le 21 novembre 2016 à l’Inalco sur la construction de la figure de l’exilé à travers les objets dans l’espace narratif, cette journée d’étude voudrait élargir le champ d’analyse en croisant statuts et devenirs des objets de la migration et de l’exil dans une perspective interdisciplinaire.

Il sera demandé à chaque intervenant(e) d’articuler sa réflexion théorique autour d’un objet majeur, présent ou manquant, que celui-ci appartienne aux registres juridiques (papiers d’identité, carte de séjour, acte de naissance, récépissé de l’OFPRA, photos d’identité…), ou à celui du nécessaire ou du vital (couverture, tente, gilet de sauvetage, sacs…), ou encore de l’intime (objets donnés au moment du départ ou objet acquis ou reçus lors de la migration ), du symbolique ou du patrimonial (objets transmis, hérités, muséographiés…). C’est à partir de  la confrontation de ces expériences intérieures ou extérieures à travers les objets de l’exil/de la migration que nous tenterons de penser les manières dont les sujets en déplacement se constituent à partir et avec l’objet dans nos différents champs de recherche.

Résumés des interventions par panels

Michel Agier (EHESS) – Réflexions liminaires sur ce qui reste des vies, des lieux et des objets en migration.

Dans une position quelque peu décentrée, liminaire, je souhaite proposer trois domaines d’enquêtes et de réflexions qui, ensemble et reliés, peuvent permettre de garder quelque chose des vies en migration et dans la précarité. Il s’agit des paroles et des écrits entre témoignages contraints et affirmation politique ; de la mémoire des lieux de transit entre traces et muséification ; et de l’inventaire des objets comme composante d’une culture matérielle ou d’un domaine symbolique propre à la vie dans la migration.

Karen Akoka (Univ. de Nanterre) – Deux certificats de réfugié : carrière de « papiers »

Je propose de mettre en perspective deux certificats de réfugié, délivré dans les années 1970 pour le premier et dans les années 2000 pour le deuxième. Chacun d’eux peut être appréhendé comme le support matériel d’une triple histoire : celle de l’individu qui le détient, de l’institution qui le délivre et de la catégorie qu’il fait exister. Je ferai parler les spécificités, de ces deux certificats (tampons, timbres fiscaux, signatures, noms, validités etc.) en les articulant à l’histoire de leur détenteur, pour saisir dans une approche synchronique les sens dont ils peuvent être investis à des moments historiques précis. Je les ferai également dialoguer entre eux pour saisir dans un mouvement diachronique l’histoire d’un « papier » qui a fait carrière. En suivant la carrière du certificat de réfugié c’est aussi l’histoire de la transformation d’un groupe social en catégorie sociale que l’on peut retracer, ou à une échelle plus individuelle le passage d’un réfugié, sujet de sa propre histoire, à un réfugié désigné de l’extérieur. L’histoire retracée ici s’arrête d’un coup en 2004 avec la suppression du certificat de réfugié. Le support de la reconnaissance comme réfugié se transforme désormais en un signe sur le titre de séjour. C’est dès lors cette disparition qu’il conviendra de faire parler.

Anouche Kunth (CNRS) – Archive administrative et vies infimes : des intensités de papier

Ma rencontre avec des cartons poussiéreux, entreposés dans les sous-sols de l’OFPRA, a suscité une émotion sans commune mesure avec la sècheresse de la documentation qu’ils contiennent : des milliers de certificats d’identité, dressés au premier âge de l’asile moderne — l’entre-deux-guerres — par des agents arméniens en charge de représenter officiellement leurs compatriotes réfugiés en France. Cette intervention entend interroger le déplacement de sens qui s’opère autour de l’objet-certificat, devenu archive. L’étranger identifié hier dans un registre juridique est, à présent, entraperçu comme un sujet tiré de l’oubli. Un visage est donné, une filiation restituée, un nom rendu. Insensiblement, pourtant, l’attention se déplace vers les blancs, les silences, les notations marginales. Des pointillés apparaissent quand plus rien ne permet de restituer les éléments biographiques ou familiaux que le génocide de 1915 a abolis. Ce va-et-vient entre incarnation et effacement du sujet sera au cœur de la réflexion autour du certificat, objet en fuite invitant à proposer une sémiotique de l’absence à la manière de Perec face à la disparition des siens : quand il ne reste plus rien, tout se joue dans les détails.

Claire Rodier (Gisti) – Les bracelets des exilés

L’objet choisi est le bracelet en plastique qui a été mis aux poignets des exilés évacués de la jungle de Calais en octobre 2016, destiné à différencier les régions de France vers lesquelles ils allaient être transférés pour être placés dans des centres d’accueil et d’orientation. Aux quatre couleurs correspondant aux quatre régions de destination, s’en ajoutait une (jaune) pour identifier les mineurs .A la même époque, les gestionnaires du camp de la Linière (Grande Synthe) ont décidé de munir les occupants d’un bracelet bleu, désormais nécessaire pour accéder au camp, pour des raisons de sécurité. Dans les deux cas, il s’agit d’une mesure destinée à « aider » ou à « protéger » les exilés. Je m’interrogerai sur les ressorts de l’utilisation, pour la « gestion » des personnes migrantes, du bracelet de plastique, qui évoque plus le marquage d’identification en vue de contrôle, que la clef, le code ou le badge, qui sont généralement les attributs destinés à identifier les occupants d’un lieu ou d’un espace.

Eugenia Vilela (U. de Porto) – Le gilet de sauvetage. Un objet paradoxal de l’exil

Les déplacements – mouvements violents de dépossession d’une vie – inscrivent dans les corps des refugiés une cartographie sensible d’expériences qui se constitue à travers d’objets qui, dans une métamorphose singulière, passent à appartenir à une mémoire intense de l’exil. Vital pour la dangereuse traversée de la méditerranée, dans le long périple vers l’Europe, le gilet de sauvetage se constitue en tant qu’objet paradoxal. Il perturbe une typologie possible des objets de l’exil. Dans un régime violent de déplacement, entre la disparition et la présence des corps, il se transforme en trace tangible de l’exil : il peut être la seule empreinte matérielle d’un déplacement spectral, ou le reste d’un geste qui subsiste dans le silence déchainé entre un corps et un objet.

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Inalco): Papiers perdus, sacs troués : objets-symptômes des demandeurs d’asile

Cette communication présente moins un objet qu’une expérience d’objet, moins un objet dans sa matérialité qu’un objet en creux. Cet objet est omniprésent dans le parcours, le discours et les représentations des demandeurs d’asile reçus en consultation dans la consultation de psychotrauma de l’hôpital Avicenne: il s’agit des papiers administratifs (récépissé, carte de séjour, passeport, etc.), dont l’obtention doit leur permettre, disent-ils, de sortir de la quête angoissante de l’asile et de leur donner la légitimité de demeurer. Ces papiers et le dossier administratif fait d’attestations et de certificats ne cessent pourtant d’être perdus, oubliés, cherchés, trop, « symptomatiquement » peut-être. Présentés comme la clé de leur délivrance, les papiers sont paradoxalement transportés dans des sacs troués. Au-delà de la précarité et de l’errance, au-delà du trauma et de ses symptômes, n’y a-t-il pas autre chose dans ces pertes et oublis ? Acte manqué ? Révolte du sujet refusant de voir leur identité réduite à un papier et rappelant que la violence de l’exil ne se limite pas à une histoire de formulaire ?

Olivier Douville (U. de Nanterre) – De l’objet rituel à l’objet exilique trouvé-créé

Je parlerai ici des objets qu’inventent ou présentent certains patients en exil qui ne font pas que les inscrire dans une identité culturelle dite d' »origine » mais sont des bricolages qui signent un parcours entre l’ailleurs et ici. Ces objets sont au croisement de plusieurs dynamiques de ruptures et de lien. Ils surgissent comme la signature de nouvelles subjectivations de la personne mais de l’Autre aussi. Je ferai le parallèle  avec les rapports aux objets dans les processus de deuil tel que j’ai pu les observer en Afrique chez des adolescents en reconstruction après une dé-socialisation violente.

Elise Billiard & Virginia Monteforte (RIMA, Malte) : Disques de musique classique et haut-parleurs : Le refus du statut de migrant par un libanais installé à Malte.

Nous voudrions ici concentrer notre regard sur A. qui a la particularité de ne pas se considérer comme un migrant comme les autres, même s’il a quitté le Liban pendant les années ‘80 et déménagé plusieurs fois. A. décrit ses objets comme « trop occidentaux », qu’ils soient ceux qu’il a pu amener avec lui ou ceux qu’il a dû laisser derrière lui. Ces objets sont comme des reproches pour A., car ils sont la manifestation « de son statut privilégié » et du contexte sécurisé dans lequel il vit ; un privilège qui le gêne et qui en même temps lui permet de se distancier des autres migrants.

Les mots de A. nous permettent tout d’abord de réfléchir à une autre articulation des histoires d’exil. Une articulation dans laquelle l’identification ou le rejet de la catégorie “migrant” ou “exilé” par le sujet est effectuée par le sujet lui-même et non pas par la société qui l’entoure. Ainsi A. juge ses déménagements comme anodins, de même, il considère ses objets comme “communs” à tout le monde et par conséquent incapables de porter son identité d’exilé.

Esther Heboyan (Univ. d’Artois) : Le kandjar et le fez dans America America (1963) d’Elia Kazan

Cette histoire d’exil, qui commence dans un village d’Anatolie centrale à l’époque ottomane et s’achève à New York, est une histoire d’objets volés et d’objets auxquels on renonce. Au départ, le jeune Stavros, assoiffé de liberté et rêvant d’Amérique, reçoit les objets d’exception que sa famille juge nécessaires à sa traversée des espaces inconnus jusqu’à Constantinople. En chemin, Stavros est dépossédé de chaque objet monnayable. Il ne lui reste que sa détermination, son honneur et surtout le kandjar que sa grand-mère paternelle lui avait remis, en souvenir du grand-père et en prévision des périls du voyage. Lors du second exil à bord du paquebot en partance pour le Nouveau Monde, les espaces de passage, d’abord l’océan atlantique à l’approche de Long Island et ensuite Ellis Island, correspondent à la dépossession de deux objets symbolisant le passé : le fez et le sac en toile. Elia Kazan fait disparaître tous les objets matériels de l’exil. Le recommencement ailleurs ne semble possible qu’au prix d’un désencombrement ou d’un allègement. Le hammal de Constantinople embrasse le sol américain en toute candeur.  La mémoire de l’exil se reporte sur des objets immatériels. Les images-souvenirs tels le visage de la fiancée grecque ou la famille restée au village. Ou encore la musique grecque qui fait concurrence à la fanfare américaine et qui est la voix intérieure du protagoniste, comme une langue première qu’il ne parle plus mais qui ravive son espoir d’une vie meilleure.

Kadhim Jihad Hassan (Inalco) –  De la rivière Buwayb au caroubier de Birwa : Exil e(s)t poésie

À partir d’Ovide, Dante, Perse et de quelques poètes arabes classiques et modernes, dont notamment l’Irakien Badr Chakir Es-Sayyâb et le Palestinien Mahmoud Darwich, et en sollicitant la pensée, entre autres, d’Adorno, de Jankélévitch et d’Edward Saïd, l’auteur de cette contribution compte réfléchir sur l’exil en poésie, dans toutes les acceptions de l’expression : traversée de l’exil par des poètes, mais aussi la poésie elle-même comme parcours exilique. Une attention particulière sera prêtée à quelques objets, dans le sens élargi de ce terme, englobant quelques repères naturels et urbains par exemple.

 Présentation des intervenants :   

https://nle.hypotheses.org/4200 / https://migrobjets.hypotheses.org/353 /

Indications d’accès : L’amphi. Max Weber (bat. W) de l’université de Nanterre est le plus récent construit. Il se situe sur la droite de l’allée centrale, à quelques centaines de mètres de la sortie du RER A Nanterre Université.

(https://www.google.fr/maps/search/amphith%C3%A9%C3%A2tre+max+weber+universit%C3%A9+de+nanterre/@48.9039888,2.2100978,17z/data=!3m1!4b1)

 L’exil ne s’oppose pas à la migration, ni l’exilé au migrant ou au réfugié, mais les relie pour privilégier le vécu sur des catégorisations juridiques et politiques conjoncturelles, la subjectivité et la capacité d’action du sujet sur un statut administratif transitoire. Si la figure romantique de l’exilé a fait long feu, celles de demandeur d’asile ou du migrant participent de ses recompositions contemporaines. C’est précisément ces changements de condition,  la nécessité de renouveler l’analyse des formes d’accueil et de représentation des sujets en exil dans la durée qui réintroduisent la potentialité heuristique du concept d’exil dans le champ des études sur la migration – et permettent de réinterroger situations,  lieux et non-lieux, temporalités et imaginaires. 

Carnet de recherche : http://nle.hypotheses.org/  

et facebook associé : https://www.facebook.com/NonLieuxDelExil/

Projet Displaced Objects


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search