6ème séance des Ateliers de MOVIDA

Cet atelier se tiendra le mardi 16 mai, à 14h00, à l’IPAR.

L’IPAR (Initiative prospective agricole et rurale) est situé dans l’immeuble Bilguiss, au 67 rond-point VDN, Ouest-Foire, Dakar.
Tel : (221) 33.869.00.79

À l’occasion de cet atelier, les échanges porteront sur les trajectoires migratoires des populations entre la Chine et le continent africain.

Intervenants : Laurence MARFAING (GIGA Institute of African Affairs)
et Sylvie BREDELOUP (LPED/IRD, LMI-MOVIDA)

Introduction :
« Quand la Chine ratisse l’Afrique », « La Chine pousse ses pions en Afrique », « La Chine, nouvelle amie intéressée de l’Afrique », « Chine-Afrique : pillage ou co-développement ? » titrait la presse française il y a déjà dix ans. En lien avec la sortie du Livre blanc en janvier 2006 intitulé « La politique de la Chine à l’égard de l’Afrique », de nouveaux partenariats stratégiques se sont tissés entre la Chine et le continent africain. L’Afrique n’est plus la chasse gardée de l’Occident ; le volume des échanges sino-africains ne cesse de croître. La Chine importe aujourd’hui des bois tropicaux, du pétrole nigérian, angolais, équato-guinéen, congolais, gabonais et soudanais, du cuivre zambien, du charbon sud-africain… Elle cherche également à écouler auprès des 900 millions de consommateurs africains des produits bon marché fabriqués à profusion dans ses « usines monde ».

Parallèlement à ces transactions d’ampleur, qui reconfigurent en profondeur diplomatie et négoces internationaux, des dynamiques plus discrètes sont impulsées par le bas à l’initiative à la fois des marchands chinois et africains. Les premiers se sont implantés à la fin des années 1990 en Afrique subsaharienne, quelques années après que des ingénieurs, techniciens et ouvriers chinois aient été recrutés dans le cadre de la coopération bilatérale pour travailler dans les entreprises chinoises de BTP en Afrique. Les commerçants africains quant à eux, ont intégré les villes chinoises dans leurs itinéraires migratoires, après avoir exploré d’autres places en Afrique et en Asie au fil des dernières décennies.

Il s’agira au cours de cet atelier de décrire et décliner les trajectoires migratoires et professionnelles de ces populations et d’apprécier leurs articulations, ainsi que l’impact de l’ouverture de l’Organisation Mondiale du Commerce et du durcissement des politiques migratoires en Europe sur ces mouvements.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.