4ème séance des Ateliers de MOVIDA

Revisiter les articulations entre migrations internes et migrations internationales en Afrique de l’Ouest

Touristes mis à part, il y a plus d’un milliard d’être humains en mobilité sur la planète. Parmi eux, selon les chiffres de l’OCDE, 75% se déplacent à l’intérieur même de leur pays alors que 25% partent hors des frontières nationales. Initialement, les chercheurs ont eu tendance à étudier ces formes migratoires séparément. Par la suite, ils ont abordé la migration internationale comme le prolongement de la migration interne. Or, récemment, de nombreux travaux ont remis en question ce schéma fonctionnaliste. Ces études mettent en avant la pluralité des migrations internes et soulignent le fait que, faute d’un capital économique et social important, elles ne débouchent pas toujours sur une migration internationale. Par ailleurs, des projets migratoires internes peuvent parfois sembler plus attractifs qu’un départ à l’étranger. La découverte récente de gisements aurifères dans certains pays d’Afrique de l’Ouest a par exemple conduit des hommes et des femmes à préférer se déplacer à l’intérieur de leur pays – ou vers les pays frontaliers, pour participer à ces nouvelles ruées vers l’or, plutôt que d’envisager une migration plus lointaine et à l’issue plus incertaine.

Cette question de l’articulation entre migration interne et internationale est cruciale sous de nombreux aspects. Politiquement, elle n’est pas sans intéresser les gestionnaires des pays du Nord, qui cherchent à savoir si les migrants internes d’aujourd’hui deviendront les migrants internationaux de demain.

Ainsi, à l’heure où la politique nationale migratoire du Sénégal prône « l’inversion des flux de migrations internes en fixant les populations dans leurs régions d’origine », il importe de regarder sur le terrain comment se réarticulent les migrations internes et internationales. Quelle place occupent les migrations internes dans un contexte d’internationalisation des stratégies migratoires et quelles formes prennent-elles ? Quelles nouvelles articulations entre migration interne et internationale se déclinent par temps de circulation migratoire accélérée ? Les récents travaux documentant ces parcours migratoires seront discutés à l’occasion de cet atelier d’échanges et de débats.

Ya Cor Ndione (IPAR)

Mamadou DIME (GERM/UGB)

Dr. Aliou NDAO


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search