“Frontières” par Amadou Sow

Les mots du Dr. Amadou Sow sur le film “Frontières”

Dans le cadre des journées d’études et de réflexions organisées par le LaboGeHu, le LMI-MOVIDA, l’IRD et l’UCAD les lundi 10 et mardi 11 juin 2024 sur “Mobilités et migrations dans l’espace ouest-africain”



“J’ai eu le plaisir de commenter, avec le Pr. Harouna Mounkaila, Directeur de l’Ecole Normale Supérieure, professeur à l’Université Abdou Moumouni de Niamey, “Frontières”, un film d’Apolline Traoré.
C’est dans le cadre des journées de réflexion sur “Mobilités et les migrations dans l’espace ouest-africain”, organisées par le LaboGehu, le LMI-MOVIDA, l’IRD et l’UCAD, les 10 et 11 juin 2024, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
“Frontières” est un voyage mouvementé du Sénégal au Nigeria, dans la zone CEDEAO, espace de libre circulation des personnes et des biens.
Le film pose la problématique de la traversée de cet espace par des peuples censés appartenir à une même communauté, mais qui sont confrontés à des tracasseries : contrôles abusifs, corruption, viol, violence, etc. Les protagonistes, des femmes appartenant à différents pays, n’en ont pas moins les mêmes aspirations: réussir en Afrique et y circuler librement comme avant les frontières coloniales : barrières, policiers et douaniers corrompus et souvent violents.
Adjara, la Sénégalaise, très souvent de rose vêtue, première à apparaître sur l’écran, est l’exemple de la femme qui aborde son premier voyage. Son regard guide le spectateur qui découvre les difficultés en même temps qu’elle et ses compagnons les affrontent et les surmontent avec héroïsme.
À Bamako, Adjara retrouve Emma l’Ivoirienne, une dame très expérimentée, qui l’initie au fil des difficultés. Les deux forment ensuite une équipe avec deux autres femmes qui incarnent la jeunesse: Saly, la Burkinabè, naïve, amoureuse et pleine de vie, rêvant de se marier avec son escroc et trafiquant d’amant et Ishu, la Nigérianne, qui se rend avec enthousiasme au mariage de sa sœur.
“Frontières” d’Apolline Traoré c’est aussi et surtout un hommage à la femme africaine, brave, travailleuse, qui prend des risques énormes pour subvenir aux besoins de sa famille, à l’image de l’Ivoirienne Emma qui, avec son commerce, prend en charge les études de ses enfants en Europe.
Ce film est également un récit de découvertes des pays traversés, avec leurs spécificités, leurs langues et cultures. Le film apparaît en outre comme un hymne au multilinguisme et au multiculturalisme.
Par ailleurs, “Frontières” porte sur l’importance de trouver une langue de communication dans l’espace CEDEAO : le français ? l’anglais ? une langue africaine ?
La voix d’Adjara, en off à la fin du film, livre le véritable message, le but du voyage, les conditions de la femme mais, c’est le pessimisme et la résignation qui semblent dominés. Cependant, cette voix est une motivation pour la femme qui doit toujours se lever et affronter les difficultés. Celle-ci doit découvrir et surtout donner : “Ce que nous donnons aux autres, nous le donnons à nous-mêmes”. Mais à force de faire “contre mauvaise fortune, bonne mine”,  la femme finit toujours par exploser et, parfois même commettre l’irréparable, à l’image de Saly qui a  tué son amant véreux.”

Amadou Sow
Maître de Conférences
Faculté des Sciences et Techniques de l’Éducation et de la Formation (FASTEF)
Université Cheikh Anta Diop de Dakar
Enseignant en Langage cinématographique à l’Institut Supérieur des Arts et Cultures (ISAC)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La rédaction (18 juin 2024). “Frontières” par Amadou Sow. MOVIDA. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ujv


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search