Retour sur les journées “Mobilités et migrations dans l’espace Ouest-Africain” à l’UCAD

“Mobilités et migrations dans l’espace ouest-africain : Confronter les discours, explorer les réalités”

 


Le Laboratoire de Géographie Humaine de l’Université Cheikh Anta Diop (LaboGehu), le LMI-MOVIDA et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) ont organisé deux journées de réflexion sur les mobilités et migrations dans l’espace ouest-africain les 10 et 11 juin derniers, à l’Université Cheikh Anta Diop, à Dakar. Cet événement a rassemblé des expert⸱es, chercheur⸱ses, représentant⸱es institutionnel⸱les, membres de la société civile et doctorant⸱es pour aborder les défis et enjeux liés aux mouvements de populations dans la région.


Lundi 10 juin : Ciné-débat autour du film “Frontières” d’Apolline Traoré

Les discussions ont été inaugurées par la projection du film “Frontières” d’Apolline Traoré, qui raconte l’histoire de trois femmes voyageant de Bamako à Lagos. Ce road-movie met en lumière les difficultés rencontrées par les femmes en mobilité à travers l’Afrique de l’Ouest, notamment la corruption, les trafics et les violences aux frontières.

Le débat qui a suivi, animé par le Dr. Amadou Sow et le Dr. Harouna Mounkaila, a permis de souligner les réalités des migrations intra-africaines, avec une attention particulière portée aux défis spécifiques que rencontrent les femmes en mobilité. Les échanges ont mis en exergue la nécessité d’une meilleure intégration régionale et d’une lutte efficace contre la corruption aux frontières.


Pour aller plus loin : https://www.jeuneafrique.com/561755/culture/apolline-traore-le-racket-aux-frontieres-est-systematique-en-afrique-de-louest/


Mardi 11 juin : Tables rondes

Session d’ouverture

La journée a commencé par des mots de bienvenue de Pr. Ahmadou Aly Mbaye, Recteur de l’UCAD, Pr. Mamadou Bouna Timera, Vice-recteur de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Pierre Morand, représentant de l’IRD, Anastasie Mendy Beye, cheffe du département de géographie et Marème Niang-Ndiaye, enseignante-chercheuse au LaboGehu. Tous⸱tes ont souligné l’importance de réexaminer les migrations intra-africaines et de dépasser les idées reçues pour mieux comprendre les dynamiques en jeu.

1ère table ronde : Mobilités et risques dans l’espace CEDEAO

Animée par plusieurs expert⸱es, cette session a exploré les défis et risques liés à la mobilité au sein de la CEDEAO. Mamadou Bocar Ly a abordé les enjeux sécuritaires et les protocoles de gestion des flux migratoires au Sénégal, tandis qu’Harouna Mounkaila a souligné les obstacles et la bureaucratie excessive aux frontières. Dr. Azizou Chehou a discuté des politiques et contraintes auxquelles font face personnes en mobilité au Niger, et Yaye Bayam Diouf a mis en lumière les dangers des départs irréguliers et leurs impacts sur les femmes et les enfants notamment.

Les discussions ont porté sur les obstacles bureaucratiques et la corruption qui entravent la libre circulation des personnes, ainsi que sur les conséquences humaines et économiques de ces tracasseries.


Pour aller plus loin : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2023/05/10/niger-azizou-chehou-l-homme-qui-sauve-des-vies-au-sahara_6172825_3212.html


2ème table ronde : Immigration et intégration au Sénégal

Modérée par Delphine Perrin, cette session a examiné l’intégration des personnes migrantes au Sénégal. Selly Ba a exposé le cadre juridique et administratif, soulignant l’absence d’une politique migratoire nationale. Elle a expliqué la nécessité d’harmoniser les instruments juridiques au sein de la CEDEAO. Jean Luc Gomis a discuté du travail des étranger⸱es, principalement dans le secteur informel, et les défis pour obtenir des protections sociales. Badara Ndiaye a parlé de l’altérité et de l’intégration communautaire, en soulignant l’importance des réseaux sociaux et des filières d’installation. Samba Diouf a mis en lumière les défis auxquels sont confrontés les enfants migrants, notamment les talibés, et les lacunes de la politique migratoire du Sénégal pour les protéger.

Les échanges ont révélé les difficultés d’intégration des personnes en mobilité, les obstacles à la régularisation, et la nécessité de protéger les droits des étranger⸱es.


Conclusion

Ces journées de réflexion ont permis de confronter les discours et d’explorer les réalités des mobilités et migrations dans l’espace ouest-africain. Elles ont souligné les défis systémiques et humains auxquels sont confrontés les personnes migrantes et ont mis en avant l’importance de politiques harmonisées.


Le programme complet : PROGRAMME


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La rédaction (14 juin 2024). Retour sur les journées “Mobilités et migrations dans l’espace Ouest-Africain” à l’UCAD. MOVIDA. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11twy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search