5ème édition des Ateliers de MOVIDA

Depuis le début des années 1980, l’émigration sénégalaise occupe une place centrale dans les débats de société. Alors que la migration des Francenabe – pionniers de la migration de travail – était souhaitée et encouragée par les pays d’accueil, la nouvelle génération d’expatriés, ou Modou-Modou, doit recourir à des stratégies originales pour réaliser son dessein migratoire.  Le souhait de quitter le territoire national, qui anime près de 75% de la jeunesse, est de plus en plus difficile à concrétiser, du fait du protectionnisme des eldorados et du coût économique de l’opération.

Principalement centré sur la France et ses anciennes colonies d’Afrique, le champ migratoire sénégalais s’est, au prix de stratégies originales, progressivement étendu à des destinations naguère méconnues ou peu fréquentées comme les États-Unis d’Amérique, l’Italie, l’Espagne, l’Afrique du Sud, le Brésil, etc.

A côté des transferts financiers, matériels et immatériels, les équipements sociaux réalisés par les migrants font de ces derniers des acteurs incontournables du développement. Il s’avère donc plus que jamais nécessaire de prendre en charge la variable migration dans les programmes et politiques de développement durable.

Pour en discuter, l’équipe du LMI-MOVIDA invite, dans le cadre de ses ateliers de travail, le Professeur Papa Demba FALL (IFAN/UCAD) à présenter les principaux résultats de ses recherche mercredi 26 avril au campus IRD de Dakar. Marie-Dominique AGUILLON, Doctorante contractuelle en Sociologie (LPED-IRD/Aix-Marseille Université), animera les échanges et le débat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search