27e séminaire Movida


Séminaire mensuel MOVIDA

le jeudi 16 mai 2024 de 11h à 13h (GTM +2)
Le séminaire aura lieu en présentiel à l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN), à Dakar, et en ligne.

1ère communication

« La politique des sports Outdoor : Sénégal et Maroc en perspective »
par Thomas Fouquet (Chargé de recherche, CNRS)

2ème communication

« Les papiers, c’est la vie‘ – Immigration ouest-africaine au Sénégal et rapports aux papiers en contexte CEDEAO »
par Delphine Perrin (Chargée de recherche, IRD)


Résumés des communications

« La politique des sports Outdoor : Sénégal et Maroc en perspective »

A partir d’enquêtes consacrées au surf et aux sports de montagne au Sénégal et au Maroc, cette contribution considère le secteur mondialisé des sports de nature (ou « filière Outdoor ») à l’aune d’enjeux sociaux, économiques et politiques qui s’y réfractent localement. Dans le contexte dakarois, je discuterai certaines dynamiques entourant la constitution d’un marché du surf au cours des vingt dernières années, sous l’angle de l’empreinte urbaine de ce sport, de circulations qu’il polarise et d’enjeux environnementaux qui s’y reflètent. Au Maroc, mes travaux mettent l’accent sur des logiques de marchandisation d’espaces naturels à destination d’un tourisme sportif en plein essor. Dans une large mesure, la promotion des territoires montagnards et littoraux concernés s’appuie sur l’évocation d’environnements préservés des excès du capitalisme industriel, mobilisant ce faisant des poncifs exotisants hérités des histoires locale, nationale et coloniale. Dans l’ensemble, l’approche comparée Sénégal/Maroc à l’aune des sports de nature permet de saisir l’ambivalence du « libéralisme vert » et du capitalisme de loisirs, qui contribuent dans un même mouvement à la sacralisation et à la marchandisation des milieux naturels.

« Les papiers, c’est la vie’ – Immigration ouest-africaine au Sénégal et rapports aux papiers en contexte CEDEAO »

Mon projet explore le rapport aux papiers et les mobilisations du droit (pour avoir des droits) des étrangers ressortissants de la CEDEAO au Sénégal. Dans un contexte favorable à l’informel et doublement marqué par l’ouverture (espace régional CEDEAO de libre circulation, libre résidence et libre établissement, et Teranga sénégalaise), notre enquête exploratoire témoigne de la place importante des papiers (détenus ou rêvés) dans les parcours de vie, les ressentis, l’accès aux droits. Cet angle d’approche permet de mettre en lumière certaines expressions de l’altérité, et la place de ces altérités dans les politiques administratives. Il éclaire aussi différentes dimensions de l’intégration dans la société et révèle des soucis rarement exprimés. Je m’intéresse particulièrement aux étrangers présents au Sénégal depuis plusieurs années, ainsi qu’à ceux qui y sont nés. L’approche par la question des papiers est un moyen à la fois tangible et sensible d’explorer le rapport à l’identité, les relations aux institutions sénégalaises et à celles des pays d’origine. C’est aussi un moyen de voir s’exprimer des revendications et des méthodes pour accéder à certains droits.


Lien Zoom


Coordination



Citer ce billet
La rédaction (2024, 30 avril). 27e séminaire Movida. MOVIDA. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10s4v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search