26e séminaire Movida


Séminaire mensuel MOVIDA

le jeudi 18 avril 2024 de 11h à 13h (GTM +2)
Le séminaire aura lieu en ligne.

1ère communication

« La kuntiyya : des flux migratoires à l’implantation de la mystique musulmane à Ndiassane de 1800 à nos jours  »
par Abdourahmane Kounta (ETHOS – UCAD)

2ème communication

« Présence européenne à Saly : vers quels modes d’habiter? »
par Marème Niang-Ndiaye et Ndeye Fatou Sarr (Labo Gehu-UCAD )


Résumés des communications

« La kuntiyya : des flux migratoires à l’implantation de la mystique musulmane à Ndiassane de 1800 à nos jours »

Les Kunta se sont installés au Sénégal depuis 1800 avec Cheikh Bunama Kunta (vers 1700-1840), après son initiation mystique à Boulenouar dans l’ouest de la Mauritanie par Cheikh Sidy Mukhtar Kunta (1729-1811) qui l’ordonna d’aller s’installer dans les pays wolof. C’est ainsi qu’il créa le village de Ndankh en 1809 avec l’accord de Damel Birima Fatma Thioub. L’héritage spirituel de Cheikh Bunama Kunta se répand par son fils cadet Cheikh Bou Kunta (1840-1914). Bou Kunta est “un étranger” devenu incontournable dans le paysage religieux sénégalais avec la création de Ndiassane en 1883. Ndiasssane est une cité religieuse qui se présente avec une mosaïque de groupes sociaux venus de la sous-région pour parfaire leur éducation religieuse et solliciter des prières car Bou Kunta a des dons thaumaturgiques. Il sera question de l’implantation des villages de culture et de libertés un peu partout au Sénégal, ainsi que le patrimoine foncier et la méthode d’immatriculation des terres octroyées à Bou Kunta par l’administration coloniale.

Abdourahmane Kounta est archiviste-documentaliste à la faculté des Lettres et Sciences Humaines. Il est actuellement en deuxième année de thèse à l’école doctorale Etudes de l’Homme et de la Société (ETHOS).


« Présence européenne à Saly : vers quels modes d’habiter?»

Cette communication met en exergue un processus de recherche et des résultats préliminaires du projet CIRCUS – « Circulation Internationale et Recompositions Urbaines au Sénégal ». Ce projet repose sur une coopération scientifique menée par le laboratoire de géographie humaine de l’UCAD et le laboratoire Eso de l’université d’Angers. L’objectif de cette recherche est de questionner les dynamiques récentes du développement local à Saly (sur la Petite côte sénégalaise), en accordant une attention particulière au rôle des présences européennes dans l’évolution et les transformations de cette ville cosmopolite au cours des 20 dernières années.  L’exploitation des premiers résultats permet d’avoir un aperçu sur les pratiques d’habiter de ces migrants européens, leur rôle dans la production de l’habitat, le développement d’activités économiques, les sociabilités et leur mobilité à Saly. Dans l’approche méthodologique, nous avons adopté une entrée par le terrain privilégiant la diversité des espaces résidentiels et économiques qui s’étirent selon un gradient de centralité de la partie balnéaire (plages) vers les extensions périphériques (anciens terrains agricoles). Cette méthode a permis d’interroger différents types de profils européens. Cette stratégie s’est avérée très efficace compte tenu des spécificités d’un terrain à la fois cosmopolite et fortement ségrégué sur le plan des pratiques et des espaces. Les observations et entretiens en binômes franco-sénégalais ont notamment été d’un grand intérêt pour accéder à certains lieux et interlocuteurs avec lesquels la distance socio-culturelle pouvait a priori générer des refus d’enquête ou une fermeture de certains lieux et pour disposer d’un double point de vue sur les situations observées ou les discours recueillis : celui du Sénégal et de la France. Or cette dernière dimension est primordiale pour mieux comprendre les modes d’habiter de ces migrants au prisme des contextes sociaux, culturels et économiques imbriqués dans les champs migratoires de ces Européens.


Mme Ndèye Fatou Mbenda SARR est ingénieur des Travaux de l’Aménagement du territoire et de la Gestion urbaine et dispose par ailleurs d’un MBA en ingénierie territoriale et Management et d’un Master en Planification et Gestion de projet. Mme SARR capitalise plus de dix ans d’expérience dans la conduite d’études sur les questions foncières, l’urbanisation, la périurbanisation, l’évaluation de politiques publiques, le développement durable, la planification territoriale. Elle a intégré l’équipe de CIRCUS en 2022 et participé à toutes les activités de recherche.


Lien Zoom


Coordination



Citer ce billet
La rédaction (2024, 9 avril). 26e séminaire Movida. MOVIDA. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6r1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search