Davy Marcel Gomis

Actuellement doctorant en sociologie à l’Université Gaston BERGER de Saint-Louis du Sénégal, Davy Marcel Gomis travaille sous la direction du Professeur Mamadou DIME. Il est affilié à l’école doctorale des Sciences Humaines et Sociales (SHS) au laboratoire URIC (Observatoire pour l’étude des urgences des innovations et des mécanismes du changement social).

Après l’obtention de son baccalauréat, il s’est orienté au département de sociologie à l’Université Gaston BERGER de Saint-Louis du Sénégal. Dès la licence, il s’est spécialisé en « sociologie du développement ». Après la licence, il a suivi un Master de sociologie du développement avec une spécialisation environnementale. Ses recherches de fin de cycle de la Licence et de la Maîtrise portaient principalement sur la question du changement climatique / des dégradations environnementales et leurs effets sur la société principalement dans la zone de la Langue de Barbarie de Saint-Louis.

Son projet de recherche de thèse porte sur le triptyque « environnement-changement climatique-migration ». Il s’intitule : « Les mobilités humaines en contexte de changement climatique dans le Delta du Fleuve Sénégal : étude socio-anthropologique des enjeux socio-économiques et environnementaux de la migration climatique dans la région de Saint-Louis ».

Par ailleurs, il a participé à de nombreuses recherches comme assistant avec des organismes divers.


Résumé de la thèse

Cette recherche étudie la question des (im-)mobilités de la population saint-louisienne liées aux effets directs ou indirects du changement climatique et/ou des dégradations environnementales. En effet, prise au piège entre les griffes de l’Océan atlantique et du fleuve Sénégal, la ville de Saint-Louis du Sénégal est un laboratoire de recherche dans le domaine du changement climatique en raison de sa forte vulnérabilité multisectorielle due à sa position géographique. En effet, la configuration spéciale de cette ville fait que cette zone très sensible à l’avancée de la mer risque d’être rayée de la carte du monde si des mesures idoines ne sont pas prises. Depuis 2010, des houles exceptionnelles frappent régulièrement la Langue de Barbarie.

Des dégâts matériels importants sont ainsi régulièrement enregistrés précipitant le déplacement de plus de plus 200 familles qui sont relocalisées dans le cadre du projet de Relèvement d’Urgence et de Résilience à Saint-Louis (SERP). Toutefois, bien que des familles soient relocalisées dans des sites relogement par les autorités, ce projet se heurte à une forte résistance des populations pour des raisons socio-économiques, culturelles et symboliques liées au milieu.

Cette étude cherche, d’une part, à comprendre comment l’avancée de la mer et parfois les inondations constituent des facteurs de mobilité, de résilience et de reconstitution identitaire chez les catégories sociales victimes. D’autre part, elle cherche à analyser les effets des facteurs climatiques/environnementaux et des déplacements sur les catégories sociales immobiles mais prises au piège, et les catégories sociales victimes et déplacées.



Citer ce billet
La rédaction (2024, 3 avril). Davy Marcel Gomis. MOVIDA. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5ml

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search