À paraître : une REVUE MOVIDA “Mondes en mouvement”

Pourquoi une revue « Mondes en mouvement » au Maroc ?

Aujourd’hui, les migrations sont un phénomène global et s’inscrivent davantage dans des mobilités transnationales complexes. La dichotomie classique entre pays pourvoyeurs de migrants (pays d’émission) et pays d’accueil (réception) ne fonctionne plus d’une manière aussi simple et linéaire. Avec la mondialisation et la gestion des frontières nous assistons à des mouvements circulaires de populations qui font de chaque pays, un pays potentiellement de passage, d’installation et de retour, rendant les notions « d’immigration » et « d’émigration », si ce n’est caduques, discutables. Le monde est en mouvement et les migrants sont aussi des acteurs de ces changements. Les sciences sociales et humaines doivent saisir et comprendre ces réalités en mouvement et offrir une occasion pour penser cette complexité, proposer des méthodologies et des approches et mettre en débat des notions novatrices.

Les migrations ont toujours perturbé les dispositifs de souveraineté des Etats par rapport à leur territoire et à leur population. Cependant, elles sont en même temps des facteurs de dynamisation des sociétés et des nations qu’il ne faudrait pas nier. Les migrations sont donc à la fois une réalité de notre monde moderne et une nécessité pour sa reproduction sociale, économique et démographique. Le migrant dans ce sens, par sa double inscription territoriale (pays de résidence et pays d’origine), devient aussi un acteur économique, un médiateur socioculturel, un catalyseur des contradictions des sociétés, voir un élément fondamental dans les relations politiques et de coopération bilatérales et décentralisées entre les Etats.

Au Maroc, malgré leur ancienneté et leur ampleur, les mouvements migratoires transnationaux trouvent peu de résonance dans la recherche scientifique marocaine. La création de plusieurs institutions en charge de la question des migrations marocaines dans le monde a stimulé, sous des angles divers, l’intérêt de chercheurs nationaux d’abord à l’égard des migrations de marocains et leurs effets sur l’économie marocaine et ensuite aux migrations des diverses nationalités vers le Maroc.

Le développement récent de cet intérêt des sciences humaines et sociales au Maroc pour l’objet migratoire s’explique essentiellement par les dynamiques migratoires qu’a connues le Maroc à partir de la seconde moitié des années quatre vingt et suite aux préoccupations politiques qu’elles ont générées dans les pays du Nord. Avec les politiques de regroupement familial, les Etats européens (France, Belgique ou Pays-Bas, …) ont pris conscience que l’établissement de leurs immigrés prend un caractère durable. De nouvelles vagues migratoires se sont développées en direction des pays européens, récemment devenus d’immigration (Italie, Espagne …). Elles concernent d’autres régions marocaines.

Rappelons que ces nouvelles migrations interviennent dans un contexte de fermeture des frontières de l’Europe. Elles ont été accompagnées par une couverture médiatique sans précédent en raison  des moyens de voyage inédits utilisés par les migrants (pateras) pour traverser la Méditerranée et les drames humains que cela a généré (des milliers de noyés dans la mer). Ces migrations mobilisent des femmes et des jeunes de plus en plus scolarisés et autant des milieux ruraux qu’urbains.

Parallèlement à cette diversité  des migrations marocaines, le Maroc de part sa position géopolitique devient -depuis quelques années- lui-même un pays d’installation pour des migrants subsahariens et de nombreux réfugiés. Cette nouvelle donne élargie le champ migratoire au Maroc et invite à changer de regard sur le sujet des migrations et des mobilités transnationales en général tout en réexaminant les concepts, les approches et méthodologies pour appréhender ce phénomène.

La constitution de la migration en objet des sciences sociales au Maroc ne s’est donc ouvertement réalisée que vers le début des années 1990 (multiplication des groupes de recherches et de formations supérieures ciblant les mouvements d’émigration). Jusqu’à cette période, la recherche se constituait essentiellement à partir de démarches individuelles et rarement d’un travail issu de programmes organisés.

Malgré cette évolution significative dans les objets de la recherche sur les migrations marocaines, la situation politique des sciences sociales a considérablement limité ses capacités à encadrer le phénomène migratoire comme d’autres faits de société au Maroc. L’absence d’une revue spécialisée qui pourrait participer à ce débat affecte la valorisation de la recherche scientifique au Maroc, son ouverture sur le monde et l’évolution de ses objets et de ses méthodologies. Des initiatives de publication (individuelles et de groupes) de cahiers de colloques ou séminaires, d’articles dans les revues existent mais sans générer une plate forme de débat, de réflexion et de production scientifique dans le cadre d’une revue qui conjugue rigueur scientifique et ouverture sur des mondes en mouvement (migrations, mobilités, dimensions matérielles et immatérielles… )

La revue marocaine « Mondes en mouvement » est une revue On line mais avec une édition en version papier. Elle se veut un mixte entre une revue scientifique et un magazine grand public afin d’apporter un regard pluriel sur ces mondes de migrations et mobilités et les recompositions des sociétés. L’objectif est de combler un vide, participer à la dynamique de recherche en développement et s’inscrire dans les préoccupations actuelles dans un contexte de plus en plus mondialisé et avec des approches pluridisciplinaires innovantes pour des publics élargis (scientifiques, acteurs associatifs, migrants, étudiants, citoyens…) . Là réside également un intérêt majeur pour cette revue: passer d’analyses binaires « im-migration » versus « é-migration », à des analyses ternaires, tellement plus processuelles, révélatrices de formes nouvelles masquées par la simplification des usuelles oppositions « in »/« out ».  C’est aussi mettre en mouvement ces dynamiques inhérentes à la migration à savoir le religieux, le culturel, la mémoire et les parcours des individus, des structures, des sociétés et des groupes.

Nom de la revue et lancement du premier numéro on line : « Mondes en Mouvement » le premier numéro est attendu pour le mois de janvier 2017.

Objectifs de la revue :

Il s’agit d’une revue-magazine qui révèle la diversité de ces mondes migratoires en mouvement sous le regard des sciences  humaines et sociales.  Ses objectifs sont :

  • Stimuler la recherche sur les migrations et sur les mobilités au Maroc et ailleurs et sur la diversité de ses aspects, dimensions et ses mondes pluriels;
  • Permettre plus de visibilité aux dynamiques migratoires au Maroc et dans les espaces régionaux limitrophes d’Afrique, du Maghreb et de la méditerranée;
  • Accompagner les changements qui affectent la migration marocaine et internationale dans les sociétés de départ, d’installation et de circulation;
  • Intégrer les dimensions religieuses, culturelles, culinaires, littéraires et musicales … dans les contenus de la revue, « Mondes migratoires en mouvement »
  • Contribuer à la valorisation et à la diffusion des initiatives de la société civile, des acteurs institutionnels et à la recherche locale et internationale sur les migrations au Maroc et en Afrique ;
  • Participer scientifiquement aux débats publics sur les migrations marocaines et internationales avec un souci de vulgarisation.

Contenu :

Quelques termes qui relatent la diversité de la revue « Mondes en mouvement » :  Migrations, mobilités, circulations, religions, cultures, spiritualités, pluridisciplinarité, mélange, métissage, hybridation, transformations, frontières, Afrique méditerranéenne, transnationalisme, société civile, débat, politique, pratiques identitaires, plaisirs, dispersion, trajectoire, racines et routes, mémoire, itinéraires, scientifique et grand public, cosmopolitisme…

La publication est constituée des rubriques suivantes :

  • Un Editorial qui peut être une prise de position scientifique sur les évolutions du phénomène ou des états de lieux et des perspectives de l’objet principal du numéro, ou encore une présentation introductive des articles publiés.
  • Un Dossier centré sur un objet qui s’inscrit dans les préoccupations de la revue.
  • Une Varia qui se constitue d’articles portant sur des sujets différents de l’objet du dossier principal.
  • Des Notes de recherche qui reprennent certains travaux de recherches en cours ou achevés.
  • Des Notes de lecture qui rendent compte des publications les plus récentes dans le domaine des migrations transnationales.

Edition : La publication de la revue « MONDES EN MOUVEMENT »,  environs 100 pages pourrait aussi être papier et on Line à raison de 2 numéros / an et parfois un Hors Série sur une thématique particulière ou un territoire régional ou national spécifique.

Direction :

  • Rédacteur en chef : Zoubir Chattou
  • Comité de rédaction:

Sophie Bava, LPED IRD AMU, France

Mehdi Alioua, UIR Rabat

Zoubir Chattou, ENAM, Meknès,

Farid EL Asri, UIR, Rabat

Jean-Noel Ferrié, PACTE et LEPOSH (CNRS), Rabat

Noureddine Harrami, Université Moulay Ismail ;

Driss Jaydane, philosophe

Comité scientifique :

Sylvie Bredeloup, LPED IRD, France

Catherine Wihtol de Wenden, CERI (CNRS), Sciences Po Paris

Hassan Bousseta, Université de liège, Belgique

Alain Tarrius, Professeur, France

Mohamed Charef, Université Ibn Zohr, Maroc

Harouna Mounkaila, Université A. Mimouny, Niamey Niger

Florence Boyer, IRD

Nordine Harami, Univ de Mekcnès

Khalid Mouna, Univ Mekcnès

Bouchra Sidi Hida, Sociologue Marrakech

Bernard Coyault, anthropologue, directeur Al Mowafaqa

Delphine Perrin, juriste, chaire MMSH

Sylvie Mazzella


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search