« Les migrations africaines, entre innovations, résistances et contournements » Afriques en mouvement

Compte-rendu de la table-ronde « Les migrations africaines, entre innovations, résistances et contournements« , qui s’est tenue dans le cadre du colloque « Afriques en mouvement« , le jeudi 13 avril à Rabat.

Modératrice : Sophie Bava (LPED/IRD)

Intervenants :

En général, on préfère parler de « mobilités » plutôt que de « migrations ». En effet, il faut faire attention à la notion de « migrant », souvent connotée de façon péjorative. Pourtant les migrations constituent une ressource et non un problème.  La mobilité est quelque chose de normal, mais qu’il faut tout de même organiser et réguler.

On observe une diversification des migrations depuis quelques années. Contrairement aux idées reçues, la grande majorité des Africains en migration reste dans le même pays ou se rend dans un pays limitrophe. On observe aussi de plus en plus de migrations rural-rural. Enfin, la migration hautement qualifiée explose, ce qui modifie les rapports avec les pays d’origine. Les rapports avec le pays d’accueil se complexifient également, avec une plus forte volonté d’intégration, ce qui contraste avec les migrants simplement à la recherche d’argent. On ne parle plus de « travailleurs marocains », par exemple.

Aujourd’hui, les migrants apportent des innovations. On assiste en effet de plus en plus à une circulation des cerveaux. Ainsi, on voit beaucoup de migrants qui reviennent dans leur pays d’origine et investissent dans la formation, créent leur entreprise, etc. Ils souhaitent réinvestir ce qu’ils ont appris. Il y a beaucoup d’investissement dans le domaine agricole, par exemple.

L’Afrique est un continent d’avenir, de par sa jeunesse. Cela suppose de la bonne gouvernance et de la formation. Aujourd’hui, les africains au Maroc sont un peu considérés comme des ambassadeurs.

Si les migrations ont changé, le regard que l’on a dessus a aussi changé, on prend en compte différents types de mobilité.

La question de la mobilité des femmes est aussi intéressante : il s’agit plutôt de migrations commerçantes. « Les femmes migrent et font migrer » : pourtant, beaucoup n’arrivent pas à migrer à cause des constructions sociales liées au genre.

Echanges avec l’audience :

Lors des questions avec l’audience, le débat se politise.

Hicham Rachidi, le fondateur du Gadem, association de protection des migrants au Maroc, a ainsi évoqué la problématique des migrations irrégulières et des rapports de force avec l’Europe. Il faut instaurer une réciprocité mais on assiste à un problème d’effectivité. Le terme de « migrant » est politique : au Gadem, on préfère parler de « personnes en migration/en mobilité » parce que sinon on a tendance à entendre « migrant » pour des personnes du Sud et « expatrié » pour des personnes du Nord. Le terme de « migrant » est stigmatisant selon de nombreux interlocuteurs : l’un deux déclare « Nous ne sommes pas de petites gens ». Pour Sylvie Bredeloup, c’est surtout à nous de montrer l’hétérogénéité derrière le terme de « migrant ». Changer la terminologie n’est pas la solution.

Thierry Debris, représentant national de France Volontaires au Maroc, a abordé la question du volontariat, puisque celui-ci évolue également : le volontariat ne se fait plus automatiquement du Nord vers le Sud, on instaure de plus en plus un principe de réciprocité. Ainsi, l’association Ifker de Meknès au Maroc a envoyé le premier volontaire marocain en service civique en France l’année dernière.

Cela amène à se questionner sur la réciprocité d’un visa : l’instauration d’un visa pour les Européens limiterait le tourisme mais corrigerait le rapport de force inégalitaire entre l’Europe et l’Afrique.

L’Union Africaine dépend en grande partie de financements occidentaux, ce qui pose la question de son indépendance.

Les questions de militantisme et de syndicalisme sont aussi abordées. Au Maroc, on a tendance à étouffer les abus. Une personne cite le cas des centres d’appel où ceux-ci sont légion. Selon lui, il faut rester vigilant et faire attention à l’image d’un Maroc ouvert.

Il faut que la Cédéao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), saisisse l’opportunité d’une libre circulation à l’image de celle de l’espace Schengen.

Question du public : « au-delà des grands mots, qu’est-ce qu’on fait ? ». Réponse de Zoubir Chattou : malheureusement ce serait déjà fait si on avait la solution. Cependant, on sait qu’il faut réunir les différents acteurs pour faire avancer la situation. Dans cette situation, le rôle des ONG et de la société civile est primordial. En effet, la recherche doit éclairer les pouvoirs publics, mais la société civile a aussi un rôle essentiel de plaidoyer afin de pousser les Etats à revaloriser les migrations.

Crédits texte et photos : Maud Martinasso

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search