Loi Immigration : le positionnement de Movida



Nous, chercheur·euses du LMI MOVIDA, spécialistes des migrations contemporaines entre les Afriques, subsaharienne et méditérranéenne, et l’Europe, tenons à exprimer notre très vive indignation en réaction à l’adoption de la loi Asile et Immigration par le Parlement français et promulguée le 26 janvier 2024 par le Président Emmanuel Macron malgré les modifications imposées par le Conseil constitutionnel et les nombreuses protestations émises par les mondes académiques et associatifs. 


Loi Immigration : le positionnement de Movida


Si cette loi va encore accroître les difficultés d’accès à des visas pour les étudiant·es et scientifiques – plus largement les citoyen·nes – du continent africain, elle s’attaque également aux conditions de séjour des personnes, mettant en péril l’accès aux droits sociaux et fondamentaux déjà malmenés. De même , les entraves imposées à la régularisation des personnes sans papiers, à l’accès à une carte de séjour ou à la nationalité française témoignent d’une vision uniquement utilitariste des personnes migrantes, niant le droit fondamental à la liberté de circuler et de s’installer.

A cet arsenal législatif, s’ajoutent depuis plusieurs années des entraves à la circulation des personnes, dont la politique inique de visas est l’archétype aux côtés de l’externalisation du contrôle migratoire, qui pousse les personnes à emprunter des routes migratoires rendues toujours plus dangereuses. Pour rappel, plus de 27 000 femmes, hommes et enfants sont mort·es ou ont disparu en Méditerranée depuis 2014, et plus de 9000 sont mort·es ou ont disparu sur la route des Îles Canaries depuis 2018. Aux survivant·es de ces routes mortifères – dont l’UE est largement responsable – l’État français réserve un accueil dégradant et contraire aux droits fondamentaux que le dispositif législatif actuel ne fait qu’accentuer.

Pourtant, depuis des décennies, nombre de travaux de recherche pluridisciplinaires, empiriques et théoriques, démontrant que les réalités des pratiques migratoires, tant du point de vue des pays de départ que des pays d’arrivée, ne peuvent se résumer à des logiques d’attraction-répulsion, mais s’inscrivent dans des logiques et des histoires qui s’entremêlent pour construire des pratiques sociales, culturelles, religieuses, économiques et politiques originales, pertinentes et durables.

Au-delà de l’adoption de la loi, c’est également le processus de “mise en débat” qui nous interpelle. La proposition consciencieuse de mesures inconstitutionnelles et le manque de clarté de certaines dispositions ont alimenté de fausses idées sur la migration, donnant l’illusion de la générosité pour des procédures d’accès à la régularisation qui restent bien contraintes, comme il en est pour les travailleur·euses migrant·es de secteurs en tension, et soutenant les préjugés sur des abus de droits sociaux qui sont non seulement marginaux mais n’ont pas à stigmatiser l’ensemble des détenteur·trices de droits.

Devant une telle hostilité à l’égard des migrant·es, alimentée par des discours xénophobes banalisés par l’extrême droite et largement récupérés par le parti au pouvoir, nous dénonçons les conséquences de ces mesures, tout comme celles des politiques de contrôle, contraires au respect des droits humains fondamentaux.


Notre réseau de chercheur·euses, établi en Europe et en Afrique, poursuivra ses missions de recherche, de formation à la recherche, de diffusion des connaissances, afin de contre-carrer les images fantasmées et les discours xénophobes.



Citer ce billet
La rédaction (2024, 11 mars). Loi Immigration : le positionnement de Movida. MOVIDA. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzte

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search