Mobilité, commerce, transport aux frontières du Sénégal

Mobilité, commerce, transport aux frontières du Sénégal : retour dans les Terres neuves et à Diaobé
Par Aliou Ndao, Pape Sakho, Jérôme Lombard et Oumar Sall

Ce compte-rendu illustré résulte de notre déplacement commun en région de Tambacounda et région de Kolda, au Sénégal, du 10 au 19 novembre 2023. La question initiale était d’observer les dynamiques de mise en relation des petites villes régionales avec les campagnes environnantes, à partir notamment des places marchandes que sont les marchés hebdomadaires et des systèmes de transport. L’idée était d’enquêter dans deux régions déjà observées auparavant par les uns et les autres : d’une part, la zone des terres neuves de Koumpentoum, ancien fleuron de l’agriculture sénégalaise des années 1970, avec un programme de colonisation agricole (carte 1) ; d’autre part, au sud de la Gambie, la zone de Diaobé (carte 2), lieu d’un marché de dimension internationale situé à la croisée des échanges entre Guinée, Guinée Bissau, Gambie et Sénégal, proche également de la zone de production de riz des vallées de l’Anambé et de la Kayanga. Les personnes interrogées durant dix jours sont des chauffeurs de transport collectif, de motos, de camions, des commerçants boutiquiers, des bana-bana, des responsables communaux et administratifs, des chargés d’études d’entreprises publiques, des témoins de l’évolution des deux régions (peseur, proviseur), des villageois.

Carte 1 : situation des Terres neuves de Koumpentoum (Source : Lericollais A. (dir.), Les paysans sereer, Marseille, IRD Éditions, p. 377

 

Carte 2 : présentation de la région de Kolda


Mobilité et intégration territoriale dans la zone des terres neuves de Koumpentoum

Koumpentoum constitue le seul pôle urbain de la zone des terres neuves de la région de Tambacounda. Ses liens avec les villages ont toujours été faibles. La mise en place de pistes de production praticables ne garantissait pas la fluidité de la circulation entre le centre urbain et les villages. En dehors de la période de traitre de l’arachide, la desserte était occasionnelle et se limitait aux jours des marchés hebdomadaires.

Ces dernières années, les liens entre Koumpentoum et son hinterland rural se sont nettement améliorés. Malgré la dégradation de certaines pistes, l’offre de transport rural s’est renforcée et les destinations se sont diversifiées. La desserte des villages est devenue quotidienne, avec l’arrivée de minicars communément appelés horaires qui assurent le lien direct avec Koumpentoum (Photo 1). Tous les jours, ces véhicules quittent les gros villages au petit matin pour Koumpentoum et retournent le soir, en suivant un circuit parfois très long et indirect pour prendre ou déposer des passagers ou des marchandises dans les villages ou hameaux traversés, parfois éloignés des axes principaux.

Photo 1 : La diversité de l’offre de transport à la gare routière de Koumpentoum : du Mbar au Vopouya, en passant par le Ndiaga ndiaye et le Jakarta (Cliché : A. Ndao, 2023)

À ce transport de masse s’ajoute le service offert pas les motos taxis Jakarta qui assurent une partie de la desserte vers les villages, notamment pour les clients pressés ou ayant raté le dernier véhicule de la journée. Ce mode de transport est aujourd’hui partout présent dans la zone et favorise la mobilité des ruraux (photo 2). On peut aller à Koumpentoum ou dans n’importe quelle localité de la zone à tout moment, si on a la capacité de payer le transport. Les tarifs varient en fonction du type de véhicule, de l’état des pistes, des destinations mais aussi des périodes. Ils peuvent aller de 800 à 2000 FCFA (de 1,2 à 3 euros) pour les voitures et de 500 à 3000 FCFA (0,75 à 4,5 euros) pour les motos taxis. Pour certaines destinations, ils peuvent doubler en période hivernale, en raison du mauvais état des pistes. Les flux entre Koumpentoum et les villages ne faiblissent pas, car la demande de mobilité ne cesse d’augmenter. Même si la ville de Koumpentoum ne représente pas la destination finale, elle constitue un point de passage obligé pour les voyages à destination de Dakar, Tambacounda et des autres grandes villes du Sénégal.

Photo 2 : Garage des motos taxis au marché hebdomadaire de Ndiayène Bamba (Cliché : J. Lombard, 2023)

Néanmoins, si l’amélioration des conditions de mobilité renforce l’intégration entre Koumpentoum et les villages de la zone des terres neuves, son impact sur le développement des activités agropastorales et la valorisation des productions locales, l’arachide en particulier, demeure limité. La circulation des biens entre Koumpentoum et son hinterland rural est dominé par les produits importés, la ville représentant un lieu majeur d’approvisionnement pour les populations rurales. Les productions agricoles bénéficient certes de meilleures conditions d’acheminement, mais demeurent pour l’essentiel détournées de Koumpentoum au profit des grandes villes. Aujourd’hui, on note l’émergence de pôles de collecte en milieu rural (Ndiayène Bamba, Méréto, Maka, Koutiaba), qui peuvent rayonner jusqu’en Gambie et Haute-Casamance et qui entretiennent une relation directe avec Touba et les grandes villes comme Kaolack, Mbour, Dakar, au détriment de Koumpentoum. Les bana-bana passent par des rabatteurs pour la collecte de l’arachide et des céréales (photos 3 et 4). La ville de Koumpentoum (escale de transit) ne joue donc pas un rôle si important dans la valorisation des produits agricoles locaux, ce qui atténue son influence sur l’espace rural et son dynamisme économique. Les agriculteurs serer, arrivés en provenance du la région de Fatick dans la décennie 1970, ne sont pas aussi puissants que les agriculteurs wolofs de la zone de Koungheul qui, eux, commercent directement sur Touba, sans intermédiaire. La route nationale qui traverse Koumpentoum profite avant tout au fret international, en particulier malien, et aux flux d’importation de produits venant de Dakar.

Photo 3 : Marchandage de sacs d’arachide entre bana-bana et paysans au marché hebdomadaire de Ndiayène Bamba (Cliché : A. Ndao, 2023)

Photo 4 : Chargement de l’arachide en vrac dans les camions destinés à Touba au marché hebdomadaire de Méréto (Cliché : J. Lombard, 2023)


La ville de Diaobé, une influence économique jusqu’aux frontières du Sénégal

Diaobé est une petite ville de 40 000 habitants située dans la région de Kolda. La ville dispose d’une importante foire hebdomadaire rurale, qui en fait un carrefour international, point de convergence de personnes et d’échange de produits de la sous-région et du marché mondial (photos 5 et 6). On observe la présence de multiples produits d’origine agricole, tels que l’huile de palme, jus de citron, café grain, beurre de karité, mais aussi poissons séchés, balais, etc., provenant de Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Sierra Léone, du Ghana ou encore du Niger. On peut également noter la présence de quelques produits locaux comme le riz de la vallée de l’Anambé, l’arachide et le niébé du bassin arachidier (parfois de Gambie), la tomate locale ou provenant de la zone des Niayes (nord du Sénégal), du miel et du poisson fumé de Casamance.

Photo 5 : Marché de Diaobé traversé par la route nationale Kolda – Tambacounda (Cliché : A. Ndao, 2023)

Photo 6 : Le syndicat des produits de Guinée au marché de Diaobé (Cliché : A. Ndao, 2023)

Comme à Koumpentoum, le marché de Diaobé est davantage impliqué dans l’approvisionnement des populations en produits de l’extérieur de la zone que lieu de valorisation des productions locales. En dehors du riz produit dans les vallées de l’Anambé et de la Kayanga et de la tomate locale (photo 7), les marchandises qui profitent de la position stratégique de la foire et de l’importante demande locale proviennent essentiellement des pays de la sous-région et d’autres régions du Sénégal.

Photo 7 : Récolte de riz dans une parcelle privée de la vallée de la Kayanga (Cliché : J. Lombard, 2023)

Le marché s’étend sur quatre jours, entre le lundi et le jeudi de chaque semaine. Les commerçants commencent à débarquer lundi soir, ils effectuent leurs transactions du mardi au mercredi (mais surtout le mardi) et repartent le jeudi. Cet étalement temporel de l’activité commerciale est consécutif à l’amélioration des conditions de transport qui facilitent les déplacements entre Diaobé et les autres localités. Selon les interlocuteurs rencontrés, on peut compter entre 30 et 40 horaires chaque jour de marché en provenance des autres régions du Sénégal et environ 50 voitures arrivant de Guinée Conakry par la route de Linkéring (carte 1), sans compter les cars bissau-guinéens qui stoppent à la frontière pour passer le relais aux transporteurs sénégalais. Ce nombre important de véhicules témoigne à la fois du dynamisme du transport de marchandises, comme on peut l’observer à la frontière Sénégal – Guinée, et de l’importance des flux de personnes à destination et en provenance du marché de Diaobé. Le transport local entre Diaobé et les localités de la région est assuré par des minicars, mais surtout par les motos taxis qui, en plus de la desserte à l’intérieur de Diaobé, relient la ville et les villages environnants (photo 8). À Diaobé, on peut compter plus de 200 motos taxis le jour de marché. Les tarifs varient de 300 à 500 FCFA à l’intérieur de Diaobé et, pour la desserte des villages, de 500 à 2500 FCFA.

Photo 8 : Les motos taxis en attente au marché de Diaobé (Cliché : J. Lombard, 2023)

À Diaobé, une série de halles, dites marché Cedeao (photo 9), a été construite pour 1,2 milliards de francs CFA, afin de renforcer l’intégration régionale et surtout rassembler en un même lieu les commerçants. Quoique réceptionné, ce complexe Cedeao, où les activités commerciales du centre de Diaobé seront déménagées, n’est toujours pas occupé. Il reste à réaliser la construction de l’hôtel communautaire pour l’hébergement des commerçants des pays voisins ou de régions éloignées, ainsi que la voie d’accès des camions. Son occupation est prévue pour 2024 et sa gestion sera concédée à un opérateur privé, en contrat avec la mairie.

En plus du complexe Cedeao, une unité de transformation des produits locaux est prévue pour soutenir les femmes du secteur (transformation de l’arachide en pâte et des fruits en jus). Une structure d’appui aux collectivités locales envisage la mise en place d’unités frigorifiques pour faciliter la conservation des produits périssables. Diaobé étant le plus grand marché de bétail de Casamance (foirail de Kabendou), notamment pour la Gambie et la Guinée Bissau, la construction d’un abattoir moderne est programmé. Il permettra de valoriser davantage les sous-produits d’élevage comme les peaux de bête, dont Diaobé constitue un grand fournisseur pour le Mali et le Niger.

Photo 9 : Les nouvelles halles du marché Cedeao à Diaobé (Cliché : A. Ndao, 2023)

Cet ensemble d’infrastructures, ajouté à la nouvelle gare routière, augmentera le dynamisme économique et l’attractivité de la ville de Diaobé. Le commerce et les activités connexes procurent des recettes financières relativement importantes. La mairie, en collaboration avec les forces de l’ordre et les services techniques de l’État, organise la collecte des taxes auprès des commerçants. Celle-ci s’effectue du lundi au mercredi. Elle variait entre 100 000 et 125 000 FCFA par jour de collecte, mais avec l’implication des forces de l’ordre, elle est aujourd’hui multipliée par trois, soit possiblement 450 000 FCFA par jour.

La dynamique spatiale de la ville ne cesse de se renforcer en raison de la forte demande en logements de la part des autochtones comme des étrangers. La mairie a ainsi réalisé trois lotissements depuis l’érection de la commune, en 2008 (photo 10).

Photo 12 : Plan d’occupation des sols de la commune de Diaobé – Kabendou (Cliché : J. Lombard, 2023)


Deux villes, deux destins façonnés différemment par les transports et les mobilités

Koumpentoum, sans véritable vocation originelle en dehors de celle d’escale ferroviaire des terres neuves, est doublement marqué par les transports : si, en tant que pôle secondaire de services de base, elle bénéficie d’un effet positif sur les mobilités de proximité, par rapport à son hinterland, elle souffre du contournement des flux d’approvisionnement en produits vivriers au profit des marchés urbains d’envergure nationale. À l’inverse, Diaobé, bâtie à l’origine sur la vocation commerçante profite de sa position de carrefour routier sous-régional, même si la dynamique de valorisation des produits locaux de la région demeure limitée. Centre d’échange de produits internationaux, en dépit de l’existence de procédures ardues de franchissement des frontières internationales (photo 11), Diaobé polarise d’intenses mobilités de populations gambiennes, bissau-guinéennes, guinéennes. De fait, Diaobé est en train de devenir une localité « mondiale », relativement déconnectée de son hinterland immédiat, mais de plus en plus connectée aux réseaux internationaux.

Photo 11 : Succession de barrières de contrôle au poste-frontière de Kalifourou entre le Sénégal et la Guinée (Cliché : A. Ndao, 2023)



Citer ce billet
La rédaction (2024, 6 mars). Mobilité, commerce, transport aux frontières du Sénégal. MOVIDA. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyq2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search