Niger : Dynamiques migratoires et gouvernance locale

La région de Tahoua, en particulier les communes de Tama et Kalfou, connaît d’importantes migrations, notamment dues à la dégradation et des contraintes environnementales. Les migrants, principalement des jeunes de 15 à 40 ans et des personnes âgées de 50 à 60 ans, se dirigent vers d’autres régions du Niger ou des destinations telles que la Côte d’Ivoire, le Nigeria et la Libye. La diaspora contribue significativement au développement local en investissant dans l’éducation, la santé et les infrastructures, finançant des écoles, des mosquées, des centres de santé et prenant en charge les impôts des villages. Cependant, la dimension migratoire n’est pas encore pleinement intégrée dans les plans de développement régionaux et locaux.


Dynamiques migratoires et gouvernance locale : enjeux pour le développement local dans les communes de Tama et Kalfou (Région de Tahoua, Niger)

Par Amadou Goumandey


Ce rapport de terrain est issu d’un séjour effectué du 15 novembre au 10 décembre 2023 dans les communes de Tama et Kalfou, région de Tahoua (Niger). Il s’agit d’une collecte de donnés qualitatives au moyen d’entretiens et d’observation sur la thématique du lien entre la migration et le développement local. L’objectif de ce travail, est d’analyser les enjeux des migrations et gouvernance locale pour le développement local dans ces communes.


Dynamiques migratoires dans les communes de Tama et Kalfou

La région de Tahoua, plus particulièrement les départements de Tahoua et Bouza, constituent des zones de fortes migrations. Depuis plusieurs années, cette région fait face à un contexte difficile marqué par une dégradation de l’environnement et des conditions climatiques défavorables. Ce contexte a entrainé une importante migration à l’interne et à l’international. On note deux catégories de personnes migrantes. Les jeunes, de 15 à 40 ans, constituent la première catégorie et représentent la majorité des personnes effectuant une migration. Les plus jeunes migrent davantage à l’intérieur du pays et au Nigeria, dû à la proximité. La seconde catégorie de personnes migrantes est les personnes âgées entre 50 et 60 ans.


Des migrations orientées principalement vers la Côte d’Ivoire, le Nigeria et la Libye

A l’international, les différentes destinations des migrants de ces communes sont : la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la Libye, le Cameroun, le Mali, le Ghana, le Benin, l’Algérie et le Gabon. A l’interne, les personnes migrent dans des localités comme Konni, la ville de Tahoua, Arlit, Abala (Filingué), Maradi, Niamey et Diffa. La Côte d’Ivoire est la principale destination des migrants de ces communes.


Implication de la diaspora dans le développement de son milieu d’origine

Les migrants font partie des acteurs clés du développement local par les investissements qu’ils font au profit de leur localité d’origine. Ils contribuent au développement des infrastructures dans les domaines de l’éducation, de la santé, dans le domaine hydraulique et également dans les lieux de cultes à travers la construction des mosquées.

Dans le village de Tama, l’apport de la diaspora a permis de construire des salles d’observation et d’accouchement, ainsi qu’une maison de deux chambres avec salon mis à la disposition des agents de santé. Les personnes migrantes investissent également dans l’achat de médicaments, de matériels de soins, de lits et de matelas. Ainsi, dix salles d’observation ont été construites par les migrants dont quatre en dur et six en semi dur avec chacune trois lits au niveau du CSI (Centre des soins infirmiers) de Tama. La diaspora a contribué à transformer la case de santé en CSI pour un montant de plus de 40 000 000 FCFA (Environ 70 000 euros).

Salle d’accouchement dans le village de Tama

Dans le village d’Ayawane, les migrants ont également permis de transformer la case de santé en CSI. Un bloc a été construit ainsi que des logements pour les infirmiers et une mosquée au sein du centre.

Centre des soins infirmiers d’Ayawane

Logements des infirmiers à Ayawane

Dans le village de Kalfou Dabagui, la communauté des migrants a investi et continu d’investir dans les services sociaux de base ainsi que sur le plan religieux. Les migrants ont permis de construire un mur autour du centre de santé ainsi que deux salles d’observation de patients.

Dans le village de Galmaoua, un terrain a été acheté par les migrants et mis à la disposition de la population pour la création d’une école primaire par l’Etat. Trois classes ont été ensuite construites. Les salles ont été équipées de tables et de bancs. Une autre parcelle a été achetée et huit chambres ont été construites pour héberger des enseignants. Pour le CEG (Collège d’enseignement général) franco-arabe, le terrain a été fourni par la diaspora. En décembre 2023, une somme de 5 000 000 FCFA (Environ 7600 euros) est envoyée par la diaspora pour démarrer les travaux de construction.

Terrain du CEG franco-arabe

Dans le domaine de la santé, la diaspora a construit un CSI de type II : deux blocs dont une salle de naissance.  Deux logements pour les agents de santé exerçant leur fonction au sein du CSI ont également été bâtis. Ces activités ont été réalisées grâce à une importante collaboration de la diaspora. L’association des migrants s’est ainsi jointe aux différents opérateurs économiques ressortissants de leur village du côté de la diaspora comme à l’intérieur du pays. Le CSI a été bâti pour un montant de 200 000 000 FCFA (Environ 305 000 euros).

Centre des soins infirmiers de type II à Galmaoua

Centre des soins infirmiers de type II à Galmaoua

A Galmaoua, la diaspora prend également entièrement en charge l’impôt du village, depuis environ 15 ans. La somme payée pour l’impôt de l’année 2023 s’élève à 1 141 200 FCFA (Environ 1800 euros). Dans les villages de Samo et Bagaye, il y a également une prise en charge de l’impôts par les migrants. En 2020, un ressortissant du village de Samo a payé l’impôt pour la totalité du village d’une somme de 1 600 000 FCFA (Environ 2400 euros). Ce fut également le cas à Bagaye, en 2023, un ressortissant a pris en charge l’impôt du village pour un montant de 2 642 000 FCFA (Environ 4000 euros).


Prise en compte de la migration dans la planification locale

Au niveau régional et local, la dimension migratoire n’est pas prise en compte dans les plans de développement. Les résultats issus des entretiens révèlent que, pour les autorités régionales et communales, la migration est devenue un phénomène incontournable d’où la nécessité d’intégrer les questions migratoires dans la réactualisation de nouveaux plans de développement. Les élus de la commune de Kalfou projettent de renouveler leur PDC sur des fonds propres de ladite commune. La question de la migration en général et plus particulièrement celle de la diaspora sera prise en compte.


En conclusion, les migrants sont des acteurs de développement local. Ces derniers interviennent dans plusieurs domaines à travers la construction d’infrastructures sociocommunautaires. Les autorités communales commencent alors à s’intéresser aux questions migratoires, d’où le processus d’intégration de la migration dans les plans de développement communaux.



Citer ce billet
La rédaction (2024, 28 février). Niger : Dynamiques migratoires et gouvernance locale. MOVIDA. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vx1z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search