25e séminaire Movida


Séminaire mensuel MOVIDA

le jeudi 14 mars 2024 de 11h à 13h (GTM +1)
Le séminaire aura lieu en ligne.

1ère communication

« Transferts d’argent des émigrés sénégalais en France et réaménagement de la solidarité communautaire »
par Abdourahmane Mangane
Ingénieur de Recherche, IRD-URMIS

2ème communication

« Horizons sénégalais en tension : projets de territoires, échecs migratoires et foisonnement associatif dans la région de Saint-Louis »
par Stéphanie Lima
Maîtresse de conférences à l’INU Champollion à Albi


Résumés des communications

« Transferts d’argent des émigrés sénégalais en France et réaménagement de la solidarité communautaire »

Les transferts d’argent des émigrés attirent l’intérêt des organismes internationaux qui les considèrent comme une manne financière à mettre au service du développement des pays d’origine. Ils constituent également un objet d’étude qui occupe une place centrale dans la littérature scientifique notamment dans le domaine de l’économie. Dans ma thèse de doctorat soutenue en 2017, les transferts d’argents seront considérés dans une perspective socio-anthropologique, mettant en perspective les remises des émigrés par rapport au processus d’individualisation à l’œuvre en situation migratoire et dans les sociétés africaines. Les enquêtes par entretien semi-directif réalisées entre 2012 et 2016 qui viennent en appoint des observations classique et ethnographique permettent de mettre en évidence le sens que les émigrés accordent à l’aide financière individuelle et collective qu’ils apportent à leurs proches,  les différentes stratégies qu’ils mettent en place pour en contrôler l’usage, et les interprétations qu’ils font des normes de redistribution communautaire. L’hypothèse centrale ayant guidé mes observations est que le processus d’individualisation dans lequel ils sont engagés les conduirait moins à mettre en cause la valeur morale de la solidarité familiale et villageoise qu’à en redéfinir la forme et la direction en fonction de nouveaux standards de justice, de prestige social intériorisés au cours de la migration voire même avant le départ.


« Horizons sénégalais en tension : projets de territoires, échecs migratoires et foisonnement associatif dans la région de Saint-Louis »

Cette communication fait suite à un terrain croisé du 27 novembre au 7 décembre 2023 à Saint-Louis (Sénégal) et s’inscrit dans la continuité d’une recherche menée en 2017-2018 dans le cadre d’un accueil en délégation IRD (Prodig) à l’Université Gaston Berger. Mon projet portait sur la gouvernance locale des migrations internationales, au prisme de nouveaux découpages politiques et je questionnais l’articulation entre production d’un découpage aux limites floues et territorialisation des migrations. Cinq années ont passé, le contexte national et les situations locales ont changé, les questions de recherche ont été renouvelées. Quels sont les projets de territoire à l’échelle locale ? Comment les parcours migratoires sont-ils pris en compte dans les localités de départ ? A quelles échelles les dispositifs mis en œuvre pour les migrants de retour se déploient-ils, avec quels objectifs ? Ce questionnement s’intéresse aux politiques publiques de l’Etat sénégalais, menées dans le champ du développement local et dans celui de la gestion migratoire. Les acteurs locaux, élus, techniciens et migrant·es, sont des interlocuteurs privilégiés pour documenter la tension entre territorialisation et dépolitisation des dynamiques mobilitaires. Entre ancrage et mouvement, les registres de légitimité se brouillent, les hiérarchies de lieux se renversent, l’accès aux ressources de la migration se referme. Sur le plan méthodologique, ma démarche est itérative, consistant à recontacter les personnes rencontrées il y a cinq ans et à retourner dans les lieux déjà connus. Au-delà des individus et de leur devenir, s’ajoute un intérêt pour la trajectoire territoriale des localités villageoises. Entre Dakar et Saint-Louis j’ai mené une quinzaine d’entretiens, avec une diversité de profils. Organisé en deux parties, cette communication traite d’abord du contexte territorial du département de Saint-Louis organisé depuis peu en intercommunalité. Il interroge cette nouvelle scène territoriale où les discours et les représentations spatiales renvoient à des imaginaires en concurrence, notamment autour de la thématique des migrations, de plus en plus perçue à travers le prisme de sa territorialisation. Puis, dans un second temps, elle tente de décrypter le paysage associatif des migrants de retour, structuré depuis 2021 autour du BAOS (Bureau d’Accueil d’Orientation et de Suivi) de Saint-Louis. Dans le cadre du Fonds Fiduciaire d’Urgence de l’Union européenne (FFUE), le projet Gouvernance Migration et Développement (mars 2018-février 2022) « renforcement de la gouvernance inclusive de la migration, en vue d’améliorer la synergie migration et développement » a pour objectif de contribuer aux efforts du Gouvernement du Sénégal dans la « création de pôles économiques viables et compétitifs » afin de proposer aux jeunes Sénégalais des alternatives à la migration irrégulière. En somme ce terrain interroge les manières dont les échecs migratoires d’une part, et le foisonnement des associations de migrants de retour, d’autre part, révèlent des imaginaires et des pratiques en tension, dont les localités sont parties prenantes.


Stéphanie Lima est géographe, maîtresse de conférences à l’INU Champollion à Albi et membre du LISST (CNRS UMR 5193) de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, depuis 2005. Elle est co-animatrice du LMI MOVIDA (https://movida.hypotheses.org/) et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Elle est aussi directrice-adjointe du GIS « Etudes Africaines en France » (https://etudes-africaines.cnrs.fr). Après avoir réalisé un doctorat (2003) et un postdoctorat (2009) au Mali, elle a mené un séjour de recherche d’une année au Sénégal en 2017-2018 dans le cadre du LMI MOVIDA. Ses recherches portent sur les migrations internationales en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement sur les recompositions des territoires locaux et sur les enjeux de la citoyenneté au sein des diasporas malienne et sénégalaise. Elle enseigne principalement en licence de géographie (INUC, Albi) et intervient régulièrement à l’IEP de Toulouse (séminaire « Migrations et développement) et au sein du Master SOCDEV du LMI MaCoTer, à l’Université de Kabala, Bamako (http://www.lmi-macoter.net/master-socdev/).


Lien Zoom


Coordination



Citer ce billet
La rédaction (2024, 23 février). 25e séminaire Movida. MOVIDA. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw67

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search