Migration des femmes dans la commune rurale de Tondikandia

Ce travail de terrain, réalisé dans la commune rurale de Tondikandia, au Niger, révèle des facteurs structurels et conjoncturels influençant la migration des femmes de la commune. Les migrantes, majoritairement non scolarisées, migrent souvent depuis leur jeune âge, abandonnant l’école pour travailler en ville. Les expériences migratoires sont fréquentes et sont dues notamment à l’insécurité alimentaire dans les villages. Les activités économiques effectuées dans le village telles que la fabrication de nattes et la vente de bois servent à rendre possible la migration. Les conditions de vie en ville des femmes migrantes, caractérisées par la précarité résidentielle et l’accès limité à l’eau, suscitent l’intérêt d’ONG et de projets de développement pour atténuer ses difficultés socio-économiques.


Migration des femmes de la commune rurale de Tondikandia

Par Charifatou Mahamane Moussa


Dans la perspective de nos travaux de terrain, nous avons effectué une enquête qui s’est déroulée du 11 décembre 2023 au 4 janvier 2024. Elle a porté sur deux localités : la ville de Niamey et la commune rurale de Tondikandia. Nous avons fait recours à cette approche multi-terrains (D-S. Jean Pierre Olivier, 2008) du fait que les migrantes sont actuellement dans la ville d’accueil où nous pouvons les enquêter. Nous présentons ici quelques résultats clés issus de l’enquête.

Carte de localisation de la commune de Tondikandia


Facteurs de la migration des femmes de la commune de Tondikandia

En analysant les données du terrain, on peut voir qu’il existe deux grandes catégories de facteurs de la migration des femmes étudiées. Ce sont des facteurs à la fois structurels et conjoncturels. Ces facteurs structurels sont entre autres la croissance démographique, les conditions pédologiques, climatiques de la commune etc. En effet, la commune rurale de Tondikandia, comme le reste du pays, connait aujourd’hui une forte croissance démographique qui conduit à plusieurs implications socio-économiques ; d’où le rôle décisif que les femmes doivent jouer en apportant leur contribution. Cette commune se caractérise aussi par des contraintes naturelles telles que des nappes très profondes. C’est pourquoi dans certains villages, la profondeur des puits atteignant 60 m fait que les populations utilisent des animaux pour extraire l’eau ou ont recours à une technique particulière. Les photos suivantes montrent les techniques d’extraction de l’eau dans le village de Moribane : à force humaine et avec l’utilisation d’une motopompe où les deux bidons de vingt-cinq litres sont vendus à raison de 25 FCFA. La deuxième catégorie est caractérisée par des facteurs conjoncturels. Dans le dictionnaire d’Economie et des Sciences Sociales, Echaudemaison (1989) définit la conjoncture comme un « ensemble des éléments simultanément à caractériser une situation temporaire donnée ». Parmi les facteurs conjoncturels, nous pouvons en retenir principalement deux : la migration des hommes et la production agricole locale peu productive. La commune rurale de Tondikandia est l’une des plus importantes communes de migration au Niger. Elle se caractérise par une certaine « vidange » de sa population durant une bonne partie de l’année. La migration des hommes constitue donc un facteur clé de la migration des femmes. Sur les quatre-huit(48) femmes enquêtées, trente-une (31) sont mariées et elles affirment toutes que leurs conjoints sont des migrants. Ainsi on peut analyser que contrairement à certains villages du Niger comme dans la région de Tahoua (B. Florence, 2013) où la migration des hommes conduit à une immobilité des femmes, à Tondikandia, c’est plutôt une migration  masculine accompagnée d’une mobilité féminine importante.

Puisage avec énergie humaine

Puisage avec motopompe à Moribane


Migrantes en majorité non scolarisées

Dans leur migration vers les centres urbains, les femmes se font accompagner par leurs enfants en bas-âge ou en âge de scolarisation. Quant aux jeunes filles, elles abandonnent l’école pour travailler dans les centres urbains. Beaucoup d’enquêtées affirment migrer vers Niamey depuis leur bas-âge en accompagnant leurs mères. Sous l’effet de l’imitation beaucoup de filles ont abandonné l’école. C’est donc la migration qui conduit à la déscolarisation des filles et dans d’autres cas, c’est le dysfonctionnement de l’école qui conduit à la migration des filles dans l’optique d’être occupées. La figure suivante montre le niveau d’instruction des enquêtées.


Migrantes et expériences migratoires

Les expériences migratoires révèlent le nombre de fois où la femme a séjourné dans la ville. C’est donc la durée que la femme a passé en ville avant de retourner au village. La majorité des enquêtées ont plus dix (10) expériences migratoires. En effet, elles viennent à Niamey depuis leur très jeune âge et continuent de venir à Niamey. Néanmoins, certaines ont moins de trois expériences, car c’est après le mariage qu’elles ont commencé cette migration. Les principales raisons avancées pour cette migration récente est l’insécurité alimentaire dans les villages.


Activités économiques des migrantes dans les villages d’origine

Nous avions souligné plus haut que l’insuffisance d’activités économiques alternatives constitue l’un des facteurs de la migration des femmes.  Néanmoins, elles exercent quelques activités économiques qui leur permettent de financer leur migration ou de satisfaire leurs besoins, avant la migration. Parmi ces activités figurent la fabrication de natte et la vente de bois. Dans plusieurs villages de la commune d’enquête, du moins dans tous les villages enquêtés la vente de nattes en palmiers constitue la principale source de revenus pour les femmes. L’autre activité est la vente du bois notamment à Moribane où les femmes revendent le bois à des camionneurs qui l’achemine à Niamey.

Bois vendu par les femmes à Korombol

Marché de palmier de nain à Boudé

 


Travail domestique, principale activité des enquêtées en ville

Les résultats de la recherche montrent que les enquêtées migrent dès leur très jeune âge. La majorité des enquêtées affirme débuter leur migration depuis leur jeune âge autour de 7 ans. Cet âge ne permet pas de travailler professionnellement. Elles commencent par un stage en suivant les ainées, avant de travail professionnellement autour de 12 ans. A un certain âge aussi, elles ne peuvent plus exercer ce travail et se convertissent dans d’autres activités.


Conditions de vie sur les sites d’installation

Les conditions de vie des enquêtées se résument à une précarité qui se manifeste à trois niveaux : le logement, l’accès à l’eau, l’accès à l’hygiène.

Site des migrantes à Boukoki Askia

Concernant le logement, les migrantes habitent sur des sites non aménagés qui sont des parcelles vides. Ce sont des parcelles que les propriétaires n’ont pas encore mises en valeur. Dans ces conditions, on peut parler d’une précarité résidentielle des migrantes. Le second élément des conditions de vie que l’on peut analyser est l’accès à l’eau. Sur tous les sites enquêtés, il n’y a pas de robinet d’eau. Elles cherchent l’eau chez les voisins ou ramènent directement l’eau depuis leur lieu de travail dans des bidons de cinq(5) litres. Ce sont dans ces bidons qu’elles conversent l’eau à boire, à utiliser après les besoins en attendant le lendemain. Le troisième élément que nous avions observé sur les conditions de vie des enquêtées, est l’absence de toilettes et de douches sur les sites. Elles affirment attendre la nuit pour faire leurs besoins sur les dépotoirs de déchets situés à côté. Par ailleurs, elles font la lessive la journée sur leur lieu de travail.

 

Type de bidon de conservation d’eau


Migration au cœur des interventions des ONG et projets de développement

L’importance de la migration des femmes à travers ses flux, ses enjeux socio-économiques, a attiré l’attention de certaines Organisation Non Gouvernementales (ONG) et projets de développement. C’est une logique anti-migration qui caractérise leurs interventions. Dans les différents entretiens, les membres des ONG affirment que celles-ci interviennent sur la migration féminine pour réduire la déscolarisation des jeunes filles à travers des ateliers de sensibilisation, des forums, pour influencer les femmes à rester chez elles et à travailler localement. Les organisations créent des groupements féminins afin d’assister financièrement les femmes et de les former dans la création des AGR.


En conclusion, nous avons constaté que la migration féminine de cette commune mobilise divers acteurs à la fois interne et externe à la commune. Il serait intéressant donc de continuer les recherches sur les enjeux, les acteurs, les perceptions de ces acteurs afin de mieux comprendre cette migration.


Bibliographie

  • BOYER Florence, 2013, La figure de Pénélope ou l’immobilité dans le contexte des migrations circulaire, In e-Migrinter, n°11, pp53-65.
  • Claude Daniele Echau De maison et al, 1989, Dictionnaire d’économie et des sciences sociales, éditions Nathan, Paris.
  • DE SARDAN Jean Pierre Olivier, 2008, Rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Editions Buyant-Academia.


Citer ce billet
La rédaction (2024, 15 février). Migration des femmes dans la commune rurale de Tondikandia. MOVIDA. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuej

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search