Daniel Attoumo Monehahue

Daniel Attoumo MONEHAHUE est titulaire d’un Master en Sociologie de l’environnement et de la santé obtenu à l’Université Peleforo GON COULIBALY de Korhogo, Côte d’Ivoire. Il a participé à des recherches commanditées et a une forte expérience du terrain. Il est également membre du Réseau de Recherche sur la migration et le changement climatique en Afrique (RRCMA). Actuellement Doctorant au Département de Sociologie et d’Anthropologie à l’Université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo, Côte d’Ivoire, sa recherche doctorale porte sur l’« interaction dans l’agriculture urbaine et périurbaine à Abidjan (Côte d’Ivoire) : entre logique écologique et logique marchande de la main-d’œuvre migrante ».


Sous la Direction de Prof. DJANE Kabran Aristide (MC), Université Peleforo GON COULIBALY de Korhogo (Côte d’Ivoire) et de Prof. Mamadou DIME (MC), Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal)


Résumé de la thèse

La question de la migration est un sujet dominant au niveau mondial quel que soit son aspect. Plus particulièrement, en Côte d’Ivoire, elle devient de plus en plus récurrente du fait des potentiels économiques et écologiques dont le pays regorge. Dans ce cadre, notre recherche part du constat que le district d’Abidjan connaît un regain de pratique agricoles urbaine et périurbaine (AUP) dont les protagonistes sont majoritairement les immigrés. Or les politiques libérales migratoires et d’accès à la terre avaient amené les ivoiriens à construire des stéréotypes sur les migrants, jusqu’à aboutir au concept tant décrié de l’ivoirité. Cependant, les représentations sont en train de changer dans la mesure où ceux-ci contribuent qualitativement au pays, par le biais de l’AUP. D’après nos enquêtes exploratoires, cette AUP participe à approvisionner les différents marchés. Ce type de pratique agricole répond à une logique économique (marchande) mais aussi écologique, au vu des pratiques employées et illustre une dynamique de mondialisation par le bas qui se déploie à travers une circulation des personnes, des savoirs, des pratiques agricoles, des interactions entre les migrants eux-mêmes, ces derniers et les populations locales.

Le problème inhérent à notre recherche réside dans la saisie de l’importance de la contribution et la participation actives de la main-d’œuvre migrante dans l’agriculture urbaine et périurbaine à Abidjan. Cette contribution s’opère à travers l’exploration de leurs trajectoires de vie, de leurs cultures, et de leur connaissance ethnoécologique, favorisant ainsi la redéfinition des stéréotypes en conciliant les dimensions écologiques et marchandes de leur pratique. Ainsi, devant ce postulat survient notre questionnement : quel rôle joue la main-d’œuvre migrante dans l’agriculture urbaine et périurbaine dans un contexte de logique écologique et marchande ? En d’autres termes, quelles sont les logiques qui sous-tendent les interactions de la main-d’œuvre migrante dans l’AUP à Abidjan ? Notre position déconstruit ainsi les stéréotypes du migrant dérangeant et participe ainsi à sa reconstruction identitaire quant à sa participation effective de la résorption de l’insécurité alimentaire en milieu urbain. Elle invite à explorer les liens entre les dynamiques migratoires et les pratiques agricoles en milieu urbain et périurbain, à évaluer les bénéfices et les limites de ces pratiques pour répondre aux besoins alimentaires des populations locales.


Publications

  • MONEHAHUE Attoumo Daniel et DJANE Kabran Aristide, 2022, « Représentations dans l’adoption du comportement environnemental des élèves du lycée Houphouët Boigny de Korhogo (Côte d’Ivoire) », Revue Science de l’Environnement, Université de Lomé, no19, ISSN : 1812-1403.
  • Communication sur « les savoirs endogènes des migrants dans l’agriculture urbaine et périurbaine à Abidjan (Côte d’Ivoire) » au VIIIème colloque sur les savoirs endogènes, gage d’un développement durable à l’Université d’Abomey-Calavi, Bénin du 20 au 29 Septembre 2023.


Citer ce billet
La rédaction (2024, 14 février). Daniel Attoumo Monehahue. MOVIDA. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vu15

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Amponsah koffi Emmanuel dit :

    Félicitations à toi ainé pour ce travail acharné et bon continuation à toi

  2. Ouattara Mohamed Alassane dit :

    Maître je suis également étudiant en l2 sociologie à l’université peleforo Gon Coulibaly. Je ne m’y connais rien en thèse mais lorsque je fais la lecture du résumé c’est vraiment du lourd . J’aimerais bien être comme vous dans quelques années 🥰

  3. Etchian Echile dit :

    Intéressant, Bon choix de thèmes. Une recherche utile à la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search