24e séminaire Movida


Séminaire mensuel MOVIDA

le jeudi 1 février 2024 de 11h à 13h (CET)
Le séminaire aura lieu en ligne.

1ère communication

« « Le chez soi » dans l’expérience migratoire du Nord au Sud : itinéraires, migrations d’ambiance/atmosphère et urbanités/citadinité (Sénégal) »
par Frédérique Louveau
Maître de conférences à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal et membre de MOVIDA

2ème communication

« La politique des faits juridiques : l’effacement des preuves du refoulement à la Cour européenne des Droits de l’Homme »
par Jill Alpes
Chercheuse au Centre des Droits humains de l’Université de Gand, en Belgique


Résumés des communications

« « Le chez soi » dans l’expérience migratoire du Nord au Sud : itinéraires, migrations d’ambiance/atmosphère et urbanités/citadinité (Sénégal) »

A Saint-Louis du Sénégal, des migrants européens sont installés durablement, tout comme dans d’autres villes du pays (Gorée, Dakar, Saly, Ziguinchor, etc). Exempts de véritables contraintes de circulation, ils ont délibérément choisi de vivre dans cette ville, fondée sur un ancien comptoir colonial, capitale de l’Afrique occidentale française au XIXème siècle et capitale du Sénégal et de la Mauritanie jusqu’à 1960. Peu caractérisés par l’héliotropisme des retraités observés ailleurs, les Saint-Louisiens sont professionnellement actifs et comptent parmi les acteurs économiques et culturels de la ville. Ma recherche en cours voudrait contribuer à la compréhension de la manière dont ces migrants vers le Sud fabriquent un « chez soi ». A travers une approche anthropologique et un travail de terrain mené auprès des migrants européens à Saint-Louis,  j’interroge les notions d’ambiance/atmosphère contenues dans le récit de leurs itinéraires et de l’élaboration de leur « chez soi ». Les objets du quotidien retiennent particulièrement mon attention pour comprendre l’attachement des migrants à ce lieu et la manière dont ils mobilisent un imaginaire en s’appropriant et/ou en transformant ces objets pour participer à la revendication d’une identité africaine. Ces appropriations d’une culture matérielle participeraient à créer des urbanités/citadinités rencontrant, s’opposant ou croisant celles d’autres habitants, créant ainsi une atmosphère composées d’espaces symboliques multiples dans cette ville chargée d’histoire y compris religieuse. Une attention est également portée à la perspective transnationale liée à ces attachements à des objets issus de multiples lieux géographiques.


« La politique des faits juridiques : l’effacement des preuves du refoulement à la Cour européenne des Droits de l’Homme »

La présentation est tirée d’un article (co-écrit avec Grazyna Baranowska) qui examine le régime de preuve de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) concernant les incidents de refoulement, au cours desquels les États contraignent violemment les demandeurs d’asile à s’éloigner des frontières. L’analyse de la façon dont les expériences des victimes sont traduites (ou non) en jugements contribue aux débats théoriques sur la valeur reconnue à différents types de connaissances. L’article interroge pourquoi si peu de ce que les chercheurs, les journalistes, les acteurs de la société civile et les organisations internationales ont documenté sur la violence aux frontières européennes est visible dans les jugements de la Cour. S’appuyant sur une combinaison de méthodes de recherche et de données juridiques et anthropologiques, l’article retrace comment les États et la CEDH mettent en œuvre une série de pratiques juridiques aux frontières et dans les litiges, effaçant ainsi les preuves de refoulement dans les traces historiques des jugements. En accordant une importance égale à la construction de vérités à l’extérieur et à l’intérieur de la Cour, l’article met en lumière les dimensions politiques de procédures en apparence purement techniques et juridiques. Nous soutenons que l’établissement d’une frontière entre la vérité judiciaire et les revendications de vérité des États revêt une importance cruciale pour les instances internationales des droits de l’homme. La présomption de bonne foi des États ne devrait plus s’appliquer lorsqu’il existe des preuves, y compris dans la jurisprudence, d’enregistrements erronés et de fausses déclarations sur les faits de la part des États mis en cause.


Actuellement en poste au Centre des Droits Humains de l’Université de Gand en Belgique, Jill Alpes est une anthropologue spécialisée dans la gouvernance migratoire. Auteure du livre intitulé “Abroad at any cost: Brokering High-risk migration and illegality in West Africa” (publié par Routledge), elle a initialement consacré ses recherches aux intermédiaires professionnels de la migration au Cameroun. Par la suite, elle a orienté son travail vers les imbrications entre le droit de la migration et les enjeux familiaux entre le Cameroun et la France. Depuis 2015, les travaux de Jill Alpes explorent les risques post-expulsion en Afrique et au Proche-Orient, offrant ainsi des perspectives ethnographiques sur des concepts et processus juridiques.


Lien Zoom


Coordination


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La rédaction (18 janvier 2024). 24e séminaire Movida. MOVIDA. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmb8


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/01/2024

    […] Jeudi 1er février, 11h-13h, sémi­naire MOVIDA du dépar­te­ment POLICY – « “Le chez soi” dans l’expérience migra­toire du Nord au Sud : itiné­raires, migra­tions d’ambiance/atmosphère et urbanités/​citadinité (Sénégal) » avec Frédé­rique Louveau (Univ. Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal) et Jill Alpes (Univ. Gand) Plus d’infos […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search