Séminaire “Réinterroger les mobilités européennes au Sénégal”, le 18 mars 2016 à Marseille

Des ressortissants espagnols, portugais, italiens ou français ne parviennent plus à valoriser leurs compétences dans une Europe en crise où des pans entiers de l’économie sont sinistrés. Plus de 44 millions d’Européens se retrouvent aujourd’hui sans emploi dans les pays riches de l’OCDE. Dès lors que les pays du Sud enregistrent des taux de croissance économique constamment positifs et que certains États facilitent l’installation des travailleurs qualifiés et des retraités, quand ils ne mettent pas en place des politiques incitatives d’aide à la mobilité ou au retour, de nouveaux scénarios se dessinent, augurant d’une remise en mouvement des Européens.

Au Sénégal plus particulièrement, quels sont les profils et motivations de ces nouveaux migrants ; leurs départs relèvent d’initiatives individuelles ou sont-ils le fruit de projets familiaux, institutionnels ? Quels créneaux professionnels investissent-ils ? Quelles relations entretiennent-ils aussi bien avec la société sénégalaise que les populations étrangères déjà installées ? Dans quelle mesure les binationaux peuvent-ils tirer avantage de l’ancienneté d’installation de leurs ancêtres ? Envisagent-ils la mobilité sous les mêmes augures, tablant sur une installation durable, ou bien la notion de circulation migratoire a-t-elle fait son chemin conduisant ces nouvelles générations à multiplier les étapes au gré des crises, au fil des opportunités ?

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.