Gouvernance locale, citoyenneté migrante et mobilités. Ressources et inégalités dans les communes rurales (Saint-Louis, Matam, Tambacounda)

Projet de recherche conduit par Stéphanie Lima, géographe, maîtresse de conférences (INUC Albi-LISST Université de Toulouse), accueillie en délégation à l’IRD-Prodig-Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal de septembre 2017 à août 2018.

Ce projet s’inscrit dans la dynamique de recherche collective du LMI MOVIDA. Il s’intègre à sa problématique générale (« Dans quelle mesure les formes de mobilités contemporaines participent à la redéfinition des appartenances et hiérarchies sociales, à la recomposition des territoires et à la transformation  des gouvernances politiques ? Et réciproquement à quelles conditions ces configurations sociales, spatiales et politiques façonnent-elles les mobilités en migrations en Afrique ? », cf. projet de Movida), et plus particulièrement dans l’axe 2 « Recompositions territoriales », coordonné par Jérôme Lombard ainsi que l’axe 3 « Transformations des gouvernances politiques (politiques migratoires et citoyennetés, construction du droit, cosmopolitisme) », coordonné par Medhi Alioua et Florence Boyer.

Ce projet a pour objectif de reconsidérer les ressources migratoires dans le contexte global des mobilités contemporaines en Afrique de l’Ouest. Il s’intéresse aux processus de gouvernance locale et aux initiatives de citoyenneté migrante (citoyenneté transnationale des individus et des collectifs) en lien avec les ressources de la migration au Sénégal, dans les communes rurales des régions de Saint-Louis, Matam et Tambacounda. Il vise à une meilleure connaissance des recompositions socio-spatiales à l’échelle locale, dans un double contexte de décentralisation et de gestion des migrations. Il s’inscrit directement en continuité de recherches menées antérieurement au Mali (Région de Kayes) sur la territorialité et la citoyenneté migrantes.

Plus concrètement, il s’agit d’identifier les nouvelles modalités de la gouvernance locale en prise avec la gestion des mobilités. Aujourd’hui l’Acte 3 de la décentralisation produit des territoires (régions, départements, communes) à la recherche de moyens pour assurer leurs compétences, il s’agit de voir comment les ressources migratoires, dans leurs différentes dimensions, en particulier sur le plan politique (entreprenariat politique), interviennent dans la production de nouvelles valeurs et de nouvelles appartenances, aussi bien du point de vue des migrants-circulants que des acteurs politiques locaux. Il s’agit aussi de mesurer l’impact des mobilités dans les territoires ruraux (en termes de centralité et d’accessibilité). Le questionnement se résume ainsi : comment et par qui la territorialisation des ressources migratoires s’opère-t-elle ? Avec quels conflits de compétences et quels jeux de concurrence entre acteurs locaux et nationaux, entre acteurs publics et privés ? Cette territorialisation permet-elle une consolidation des espaces locaux ou contribue-t-elle à leur fragmentation ?

Alors qu’une politique nationale migratoire est en cours d’élaboration depuis 2015 au Sénégal, sa déclinaison mérite d’être saisie dans les territoires locaux. En effet les options prises dans son élaboration (politique financée par un bailleur de fonds étranger et portée par le Ministère du travail) et son contenu (limiter les départs, promouvoir les actions en faveur des migrants sénégalais et de la diaspora au détriment de l’accueil des étrangers, capter les transferts financiers) posent la question de la gestion locale des ressources migratoires. En outre, cette politique s’attache aussi aux migrations internes avec l’objectif d’inciter les migrants ruraux sénégalais installés en ville à rejoindre leur localité d’origine, leur commune, dans laquelle ils peuvent être identifiés comme des porteurs de projets. A la recherche de reconnaissance de la part d’un Etat plus ou moins enclin à céder des parcelles de pouvoir (et les moyens afférents), les acteurs publics locaux de leur côté sont tentés de se (re)positionner face à la ressource migratoire, à la faveur des dispositifs de codéveloppement initiés depuis les années 2000.

Ainsi, la question de l’usage politique des ressources migratoires reste encore à explorer et ce projet cherche à analyser les interactions entre politiques publiques (réforme de décentralisation, politique migratoire) et enjeux de citoyenneté locale et transnationale, dont les migrants sont des protagonistes. L’analyse s’articule autour de trois objets privilégiés :

– Les politiques publiques et leurs déclinaisons régionales et locales (Acte 3 de la réforme de décentralisation, Plan Sénégal Emergent, Politique nationale migratoire) ;

– Les trajectoires et positionnements des acteurs locaux (élus, migrants de retour, associations, ONG) face aux ressources migratoires ;

– Les recompositions des territoires locaux et les pratiques de développement local (intercommunalités, articulations entre ressources localisées et ressources migratoires).

Le terrain retenu concerne des territoires ruraux (communes et intercommunalités) dans les régions de Saint-Louis, Matam et Tambacounda, inscrits dans un large espace circulatoire. Ces régions, par leur histoire migratoire spécifique, sont pertinentes pour saisir aujourd’hui ces interactions entre gouvernance locale, citoyenneté migrante et ressources migratoires. Ce projet permettra donc d’affiner la manière dont les pratiques de citoyenneté migrante redéfinissent les territoires et renouvellent la question des dimensions spatiales du développement.

Enfin, ce projet permettra d’élargir l’animation scientifique du LMI auprès des membres et des doctorants de Movida impliqués au Sénégal sur différentes thématiques (dynamiques et mutations des formes de gouvernance locale, continuum mobilités-migrations, ressources migratoires, citoyenneté migrante), de renforcer les collaborations avec les laboratoires co-porteurs du LMI, le GERM et l’IPAR dont les travaux portent sur ces questions, et de développer des partenariats locaux (comme avec l’Agence Régionale de Développement de Saint-Louis, par exemple) dans une perspective de recherche participante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search