23e séminaire Movida


Séminaire mensuel MOVIDA

le jeudi 7 décembre 2023 de 11h à 13h (GMT+1)
Le séminaire aura lieu à distance.

1ère communication

« YouTube est devenu l’endroit où « je pouvais respirer » et commencer à « vendre ma bouche » : des YouTubeurs congolais réfugiés à Nairobi (Kenya) »
par Marie Godin 
Boursière postdoctorale de la British Academy à la School of Geography, Geology and the Environment de l’Université de Leicester & chercheuse associée au Centre on Migration, Policy and Society de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni)
et Ghislain Bahati 
Réfugié de la République démocratique du Congo à Nairobi, assistant de recherche pour le Refugee Economies Program basé à l’Université d’Oxford et à l’Université Tufts (États-Unis), défenseur des droits des réfugiés et fondateur de l’Organisation Kintsugi (Kenya)

2ème communication

« L’européanisation de la gouvernance migratoire au Niger: analyse des interactions d’acteurs et du travail définitionnel des décisions des autorités gouvernementales depuis 2006 »
par Abdoul Rahim Saidou
Doctorant en science politique à l’Université d’Abdou Moumouni de Niamey, membre du collectif POMAF et du LMI MOVIDA


Résumés des communications

« YouTube est devenu l’endroit où « je pouvais respirer » et commencer à « vendre ma bouche » : des YouTubeurs congolais réfugiés à Nairobi (Kenya) »

Les réfugiés congolais à Nairobi, en particulier les jeunes, se sont récemment lancés dans la création de chaînes YouTube. Si certaines chaînes existaient avant la pandémie, cette activité s’est considérablement développée depuis. Cette communication explore cette nouvelle forme d’activité en ligne qui génère des revenus grâce à la médiation numérique. Les chaînes YouTube offrent non seulement un moyen potentiel de gagner de l’argent, mais présentent également un environnement social médiatisé qui induit des changements dans la vie quotidienne des réfugiés. Les différentes études de cas indiquent que les réfugiés utilisent ces canaux pour potentiellement « gagner leur vie », mais de façon plus importante encore, comme « moyen d’exister autrement » dans la ville de Nairobi.


« L’européanisation de la gouvernance migratoire au Niger: analyse des interactions d’acteurs et du travail définitionnel des décisions des autorités gouvernementales depuis 2006 »

La sécurisation de la gouvernance migratoire au Niger est aujourd’hui une réalité politique bien installée dans ce territoire. Dans un contexte de pressions diplomatiques de l’Union européenne (principalement), le gouvernement nigérien a mis en place, pendant la dernière décennie, un ensemble de mesures restrictives visant à matérialiser, à priori, une vision partagée de ce que veut dire une personne migrante et comment gérer la migration. Des instruments et mécanismes de lutte contre la traite des personnes, à la Politique Nationale de la Migration, en passant par la loi 2015-36 et la stratégie nationale de lutte contre la migration irrégulière : les décisions et pratiques particulièrement répressives vis-à-vis des droits des migrants à la mobilité produisent bon nombre d’effets et paradoxes juridiques. Pour comprendre ces politiques migratoires nigériennes, nées sans qu’il n’y ait de manière distinctive un “problème public” national, de nombreuses recherches scientifiques se sont penchées sur leur mise en œuvre. Notre projet de recherche en science politique s’intéresse exclusivement au “moment de la décision” en tant que séquence de politique publique, autrement dit, au jeu d’acteurs dans le microcosme décisionnel. L’idée est d’expliquer comment ces interactions institutionnelles successives et organisées ont mené aux résultats qui sont observés sur le terrain encore aujourd’hui en 2023. En s’inspirant de différents travaux évoquant l’importance de la grille de lecture réaliste (permettant d’appréhender les acteurs étatiques comme défendant des intérêts propres) et ceux évoquant les questions de policy transfer et policy network, l’objectif de cette recherche est de voir dans quelle mesure une “réelle” dynamique de pouvoir s’installe dans les interactions du microcosme décisionnel.  Les acteurs étatiques nigériens subissaient-ils simplement le soft power de la puissance normative qu’est l’Union européenne ? Ce projet de recherche se rapporte ainsi au débat entre les grilles de lecture réalistes et tiers-mondistes sur la capacité des Etats du Sud à agir dans leurs propres territoires.


Lien Zoom


Coordination



Citer ce billet
La rédaction (2023, 18 novembre). 23e séminaire Movida. MOVIDA. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnkv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search