21e séminaire Movida


Séminaire mensuel MOVIDA

le jeudi 5 octobre2023 de 11h à 13h (GMT+2)
Le séminaire aura lieu à distance et en présence dans certains laboratoires MOVIDA (dont à Marseille, au LPED).

1ère communication

« La mine urbaine au Sénégal »
par Yann Philippe Tastevin
Chercheur du Laboratoire International de Recherche Environnement, Santé, Sociétés
(CNRS / Université Cheikh Anta Diop / Université Gaston Berger/ Université de Bamako / CNRST)

« Les régimes de circulations : quel apport pour comprendre les circulations internationales ouest-africaines ? »
par Kossigari Djolar
Doctorant en géographie en cotutelle entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Kara


Résumés des communications

“La mine urbaine au Sénégal”

 Jusqu’où peut-on démanteler le monde ? C’est la question que je me pose en remontant des filières de réemploi de pièces détachées en tout genre et de recyclage des métaux qui se déploient entre Europe, Afrique de l’Ouest, Moyen-Orient et Asie du Sud-Est. De la filière au procédé, du geste à la matière, de l’atelier artisanal à Dakar au four industriel de l’Uttar Pradeh en Inde, cette intervention prendra la forme d’une exploration des flux et rouages d’une casse automobile planétaire. Où l’enquête cherche à documenter l’efficace des techniques de démantèlement. Où l’enquête cherche à tracer les circulations profitables de matières parfois toxiques : la valeur qu’elle crée, les logistiques qu’elles installent, les conflits qu’elles suscitent, les sols et les corps qu’elles contaminent. A ce stade, pas de résultats, mais des pistes ethnographiques pour donner à voir et comprendre comment les mondes sociaux de la « casse » se structurent à différentes échelles, comment s’instaurent des réseaux d’échanges matériels formant la colonne vertébrale des flux mondialisés de matières premières récupérées.


Yann Philippe Tastevin est anthropologue au CNRS, au sein du Laboratoire International de Recherche Environnement, Santé, Sociétés (IRL3189, ESS, CNRS / Université Cheikh Anta Diop / Université Gaston Berger/ Université de Bamako / CNRST). Ses travaux portent sur les enjeux socio-écologiques du recyclage des déchets dans une économie globale. Il explore les dimensions politiques, techniques et environnementales de l’exploitation de ce qu’on appelle désormais la mine urbaine, c’est-à-dire l’exploitation profitable de nos rebuts, en particulier des métaux déjà extraits et qui se trouvent désormais dans l’ensemble des artefacts produits par l’homme (technosphère).


“Les régimes de circulations : quel apport pour comprendre les circulations internationales ouest-africaines ?”

Le concept de régime de circulation a été utilisé par Hélène Blaszkiewicz (2019) pour analyser les circulations commerciales, principalement le transport minier, dans le copperbelt (Zambie/République Démocratique du Congo) en contexte néolibéral. Cette notion vise à caractériser les rapports de pouvoir liés à la capacité inégale des acteurs à faire circuler les marchandises selon diverses rationalités (idéologique, politique, économique…) La notion applique à l’analyse des circulations une grille de lecture fondée sur quatre éléments essentiels : la configuration des acteurs qui les promeuvent, les temporalités réelles ou souhaitées pour les mettre en mouvement, les infrastructures qui les supportent et les représentations qui les structurent. Le pouvoir analytique de ce concept pour comprendre les circulations internationales des personnes et des marchandises en Afrique de l’Ouest est indéniable.
Toutefois, son application pose un certain nombre de problématiques relatives au contexte socioéconomique, à la nature des flux, à l’organisation des acteurs dont il s’agira de discuter dans la présente communication.


 Kossigari Djolar est doctorant en géographie en cotutelle entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Kara, affilié à  Institut Convergences Migrations, UMR PRODIG, PREDES, IRD. Sa thèse intitulée « l’Afrique mobile sous contraintes : circulations et échanges aux frontières du Togo », sous la direction de Jérôme Lombard, porte sur les contraintes aux circulations des personnes et des biens aux frontières du Togo en relation avec le processus de réhabilitation de l’État togolais à travers les politiques publiques nationales et multilatérales et les transformations des frontières qu’elles engendrent.


Lien Zoom


Coordination



Citer ce billet
La rédaction (2023, 22 septembre). 21e séminaire Movida. MOVIDA. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnkq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search