Les 8ème journées des doctorants du LPED : Sénégalais et ressortissants ouest-africains dans l’exploitation artisanale de l’or dans la région de Kédougou du Sénégal : pour une relecture des migrations intra-africaines

A l’occasion de la 8ème édition des journées des doctorants du LPED, Ndèye Coumba DIOUF, doctorante au Germ/UGB et LMI/Movida a présenté une communication intitulée : «Sénégalais et ressortissants ouest-africains dans l’exploitation artisanale de l’or dans la région de Kédougou du Sénégal : pour une relecture des migrations intra-africaines». Son travail a été discuté par Charles Grémont et Marie-Laurence Flahaux, chercheurs LPED/IRD.

Cette communication qui s’inscrit dans le cadre d’une recherche doctorale en cours, est revenue d’une manière générale sur des éléments de cadrage montrant que les migrations intra-africaines et plus précisément celles entre les pays de la région ouest africaines ont existé depuis fort longtemps. Toutefois, ces mouvements  ne s’expliquaient pas forcément par la recherche de l’or, mais plutôt par des activités de commerce, des mouvements de « navétanes », etc. La relecture de cette forme de migration à l’intérieur de l’Afrique de l’ouest s’effectuera ainsi à travers une recherche approfondie sur les mouvements qui se passent entre ces pays se justifiant par l’exploitation aurifère artisanale.

 Suite à ce premier point de cadrage, l’accent est mis sur des éléments introductifs revenant sur le fait que depuis plus d’une décennie, des ressortissants de l’Afrique de l’Ouest partent à la recherche de l’or au Sud-Est du Sénégal, entrainant ce qu’il  est convenu d’appeler « la ruée vers l’or ». Cette forte présence de migrants ouest africains dans la région de Kédougou amène certains acteurs de la presse à considérer ces zones comme étant contrôlées par les étrangers et où l’Etat semble être absent.

La problématique de recherche, montre que des travaux ont existé sur bien des aspects de la thématique tant sur les migrations que sur les mines d’or artisanales. Toutefois, ces travaux n’ont pas forcément approfondi ce volet migration en proposant une relecture de l’articulation entre migration interne, intra africaine et internationale dans un contexte de découverte de mines d’or en Afrique de l’ouest.

La recherche concerne actuellement deux sites d’orpaillage Kharakhéna et Bantaco. Trois autres sites seront intégrés : Tenkoto, Sabodala et Diabougou, trois sites qui ont connu une exploitation intensive récente et qui ont connu un retrait massif des orpailleurs avec la découverte de nouveaux sites. Les intégrer dans la recherche doctorale permettrait de mieux renseigner les mouvements des orpailleurs et leur calendrier très aléatoire se fondant que sur des rumeurs sur la découverte de nouveaux sites. Le cas de Sabodala permettrait tout de même de renseigner sur la cohabitation des grandes entreprises minières et orpailleurs caractérisés par une forte mobilité.

Dans la présentation des premiers résultats obtenus, l’accent est mis sur : (i) les projets migratoires des orpailleurs, (ii) l’intégration sous-régionale dans ces sites d’orpaillage, et (iii) l’évolution et les transferts de techniques d’orpaillage en relation avec la mobilité des personnes.

Les discutants sont revenus d’une manière très large sur plusieurs points et ont donné des orientations pour une meilleure conduite de la recherche.

Des points évoqués par les discutants :

  • la nécessité de revoir la partie documentaire notamment celle qui concerne la revue des articles de presse sur la question sur une période de 15 ans. D’après eux, ce travail s’avère très ambitieux et nécessite d’être revu
  • Est-ce que parmi ces aventuriers qu’on retrouve dans les sites aurifères, il n y a que des hommes ou y retrouve-t-on des femmes, des enfants, des familles entières, etc. ?
  • En quoi leurs logiques se distinguent les uns des autres ?
  • Quels liens des mineurs avec leurs pays d’origine ?
  • Comment s’effectue l’adaptation des pratiques une fois sur les sites aurifères (peut être que ces mineurs ont eu des pratiques socio-culturelles différentes de ce qui se passe sur les sites) ?
  • Est-ce que des entretiens ont été effectués auprès des prostituées ? Qui sont-elles ?
  • Quelle place de l’Etat dans ces mines d’or artisanales ?
  • Quels discours des représentants de l’Etat ?
  • Comment les migrants nous reçoivent sur le terrain ? Quels obstacles ?
  • nécessité de revoir les questions de recherches qui s’avèrent très ambitieuses, nécessité de faire un choix en affinant les questions
  • nécessité de faire une comparaison dans le temps et dans l’espace en ce qui concerne cette ruée vers l’or : voir ce qui s’est passé aux USA, au Mali, au Ghana, etc.
  • Quelle définition de l’exploitation artisanale de l’or ? Quel est le seuil de cette forme d’exploitation, quelle est la nature des moyens utilisés?
  • Qu’en est-il des grandes compagnies minières ? Est-ce qu’elles essaient de contrôler ces petites mines artisanales ?
  • Est-ce que les autres acteurs sur le site gagnent plus que les chercheurs d’or eux-mêmes ?
  • Quelle répartition des métiers des migrants ouest-africains ?
  • Est-ce qu’il y a d’autres migrants qui viennent d’espaces plus lointains en dehors de l’Afrique de l’ouest ?
  • Est-ce que ces migrants connaissent les textes de la CEDEAO ? Peuvent-ils mobiliser ces textes/règles pour défendre leurs intérêts ?
  • Recherche de l’or et mobilité, est-ce que c’est la ressource qui motive la mobilité ou bien ?
  • Est-ce que les motivations restent les mêmes pour tous les acteurs du placer ?
  • Retracer les chemins des migrants, leurs intentions
  • Comparer la nature du choix au sein des familles

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search