Parents et enfants face aux politiques migratoires marocaines.

Fresque murale – Street art – Sitou@Casablanca – Maroc

Approfondir les résultats de leur première recherche menée entre 2020 et 2022 à Rabat sur « les effets des politiques migratoires sur les enfants de ressortissant.e.s de pays d’Afrique de l’Ouest et centrale », nous – Nadia Khrouz et Marie-Laurence Flahaux – y pensions depuis longtemps. Du 20 au 27 mai 2023, nous avons réalisé un terrain partagé sur la même thématique, mais à Casablanca.


Parents et enfants d’Afrique centrale et de l’Ouest face aux politiques migratoires marocaines.

Premiers retours d’un terrain partagé à Casablanca

par Nadia Khrouz et Marie-Laurence Flahaux


L’objectif de cette recherche était similaire : mieux connaître les parcours de vie, notamment professionnels, familiaux et administratifs, de personnes vivant avec leurs enfants au Maroc, comprendre les démarches qu’elles ont réalisées ou non en lien avec l’accès aux droits de leurs enfants, et examiner comment la situation des parents et les difficultés qu’ils ont pu rencontrer ont pu avoir un impact sur la vie de leur(s) enfant(s). Après Rabat, où la grande majorité des personnes rencontrées n’avaient pas de titre de séjour en règle, nous voulions poursuivre notre recherche à Casablanca, capitale économique du Royaume, afin de rencontrer davantage de personnes exerçant une activité professionnelle, en tant que salariées ou chefs d’entreprises, n’ayant pas été confrontées à un parcours d’irrégularité administrative.

Nous nous sommes retrouvées le samedi 20 mai 2023 à Casablanca, une ville que nous ne connaissions pas ou très peu, avec les numéros de téléphone de quelques personnes à rencontrer, transmis par plusieurs connaissances. Nous avions l’idée de diversifier les « points d’entrée » et de rencontrer davantage de personnes. Le lendemain matin, nous étions à l’église Notre-Dame de Lourdes pour la messe dominicale. Un autre jour, nous étions au marché africain. Que ce soit en ces lieux, en abordant des personnes dans des parcs, dans la rue, à proximité de terrains de foot ou de centres d’appels, nous avons essayé de saisir toutes les occasions pour rencontrer des personnes originaires de pays d’Afrique centrale et de l’Ouest vivant avec un ou plusieurs enfants à Casablanca. Nous avons aussi obtenu un rendez-vous au Consulat du Sénégal et échangé avec l’un des responsables des affaires consulaires au sujet des problèmes auxquelles les familles sénégalaises sont confrontées au Maroc. Pendant une semaine, nous avons réalisé, ensemble ou séparément, près de 20 entretiens avec des personnes originaires de divers pays (RDC, Sénégal, Cameroun, Gabon, Togo, Côte d’Ivoire, Nigéria, etc.) installées avec leurs enfants à Casablanca, surtout dans l’agglomération Casaoui (de Hay Hassani à Ain Sbaa), notamment dans le vaste quartier d’Oulfa.

Carte de Casablanca (https://hayhassani.casablancacity.ma/fr/article/421/situation-geographique)

Nous avons rencontré des pères et des mères en couple, séparés, veufs ou célibataires. La plupart des parents vivaient avec tous leurs enfants à Casablanca, mais certains avaient laissé des enfants dans le pays d’origine. Nous nous sommes entretenus avec quelques parents qui avaient des bébés ou de très jeunes enfants, mais nous avons privilégié des entretiens avec ceux dont les enfants avaient dépassé l’âge de l’entrée à l’école, afin de pouvoir aborder davantage de sujets. Quelques personnes rencontrées étaient des parents d’adolescents.

Les entretiens réalisés, les trajets en taxis ou en bus, les échanges informels et les rencontres dans la ville nous ont permis de nous imprégner d’ambiances, de saisir des ressentis, des souffrances mais aussi des espoirs. Partager ce terrain a été une occasion rare de confronter nos regards, nos impressions, nos analyses et nos doutes, tout en nous nourrissant mutuellement des domaines d’expertise et de l’expérience de chacune d’entre nous.

Un peu de contexte : de la politique d’immigration et d’asile à la nouvelle politique d’immigration et d’asile au Maroc

Quartier d’Oulfa depuis le taxi. Photo Nadia Khrouz

La politique d’immigration et d’asile marocaine s’est construite progressivement, depuis le protectorat. Elle a connu, depuis le début des années 2000, des évolutions marquées par des réformes législatives, avec notamment l’adoption d’une loi relative à l’entrée et au séjour des étrangers ainsi que des réformes du code de la famille (2004), du code de la nationalité (2007) et du cadre réglementaire régissant l’emploi des étrangers. Le cadre juridique a aussi été influencé par le contexte politique régional, faisant du Maroc un pays d’installation et de transit vers le territoire européen. Nous ne traiterons pas ici en détail des évolutions du cadre juridique ni des phénomènes migratoires au Maroc, pourtant importants à considérer pour prendre en compte la diversité et la complexité de ce qui est souvent présenté sous le vocable simpliste de « migration au Maroc ».

Quelques mots, toutefois, sur le contexte des politiques migratoires récentes. En 2013, le Maroc a adopté une nouvelle politique d’immigration et d’asile (NPIA), qui a donné lieu à l’organisation de deux opérations exceptionnelles de régularisation, en 2014 et en 2016/2017, à la régularisation de réfugiés statutaires de l’UNHCR, ainsi qu’à la mise en œuvre d’une stratégie nationale d’immigration et d’asile (SNIA). Celle-ci prévoyait plusieurs types de dispositifs concernant les étrangers, notamment afin de (i) faciliter leur accès aux droits et aux procédures, (ii) renforcer les capacités des acteurs impliqués dans la mise en œuvre des dispositifs ou de l’accès aux droits, et (iii) soutenir l’insertion sociale et économique. Certains programmes de la SNIA ont concerné plus particulièrement les enfants d’étrangers. Il en est ainsi des dispositifs de soutien à l’accès à la scolarisation (simplification de la procédure, évaluation de niveau à l’admission, dispense d’enseignement islamique, accès à l’éducation non formelle, etc.), à la formation professionnelle, à des colonies de vacances, etc. De manière plus générale, la dynamique impulsée par la NPIA a soutenu le renforcement des connaissances et des compétences d’un certain nombre d’acteurs, associatifs et institutionnels, sur des procédures concernant les étrangers, afin de garantir notamment un meilleur accès à l’enregistrement à l’état civil et à l’école pour leurs enfants.

Précision de nos objectifs de recherche

Notre recherche s’intéresse aux effets des politiques migratoires sur les enfants des migrants au sens large. Au-delà des droits et des procédures concernant spécifiquement les enfants, nous nous intéressons à toute politique mise en œuvre visant avant tout les adultes, leurs parents, et le statut administratif de ces derniers. Notons que, au Maroc, les mineurs étrangers ne peuvent être considérés comme étant en situation irrégulière.

Nous définissions les politiques migratoires comme l’ensemble des dispositifs intervenants sur l’entrée, le séjour et la sortie et réglementant, plus globalement, la condition des étrangers sur le territoire marocain (au-delà de ce que couvrent les activités de la SNIA). Ces dispositifs peuvent accorder des droits aux migrants et contribuer à leur intégration au Maroc ou, au contraire, se présenter comme des obstacles, avec l’objectif de les dissuader de s’installer dans le pays. Ensuite, plus indirectement, les politiques migratoires concernent aussi les mesures que les Etats européens prennent afin de restreindre l’entrée des migrants sur leur territoire. Ces politiques restrictives peuvent contribuer au blocage au Maroc des migrants qui souhaitaient aller en Europe. Quelle que soit le type de politique concernée, nous nous intéressons à l’effet de sa mise en œuvre ou à l’effet de l’absence de sa mise en œuvre, à partir des démarches qu’ont pu ou non effectuer les parents (pour bénéficier d’un droit) et à partir des décisions et actions des pouvoirs publics les concernant (refus ou acceptation d’une demande ou d’un changement de statut, déplacement forcé, etc.).

La question des effets des politiques migratoires sur les enfants des migrants est vaste : elle renvoie en fait à une multitude de questions :

  • Comment les parents s’y prennent-ils pour faire bénéficier leur(s) enfant(s) de droits au Maroc ? Ont-ils une bonne connaissance des droits et des procédures ? Quelles difficultés ou entraves rencontrent-ils, et quelles incidences cela a-t-il sur les enfants ?
  • Comment la situation administrative irrégulière ou les difficultés d’accès à l’emploi d’un parent ou des deux parents peut agir sur le vécu des enfants et les choix familiaux opérés ?
  • Comment les risques d’interpellation par la police sont-ils vécus par les familles ?
  • Comment la régularisation du séjour, au bénéfice de l’une opération des opérations exceptionnelles ou via le droit commun, de l’un des parents a-t-elle pu motiver des retrouvailles familiales, et dans quelle mesure un retour dans l’irrégularité administrative des parents fragilise-t-il les familles ?
  • Comment les restrictions européennes à la migration et les mesures de contrôle affectent-elles les familles qui souhaitaient migrer en Europe ? Dans quelle mesure affectent-elles les stratégies des parents par rapport à leurs enfants, et le vécu de ces derniers ?

Ce qui nous a marquées lors de ce terrain partagé

1) Des trajectoires administratives complexes au sein des familles : rien n’est jamais acquis

Si le choix de poursuivre notre recherche à Casablanca avait été motivé par le souhait d’élargir les profils des personnes originaires d’Afrique de l’Ouest et centrale à des personnes vivants une moindre précarité économique et administrative, en ciblant d’abord des personnes établies depuis plusieurs années et disposant d’un statut socio-professionnel moins précaire, nous nous sommes vite aperçues que nous ne pouvions nous fermer totalement à des personnes vivant des situations de vulnérabilité, exerçant ou pas une activité professionnelle, de manière formelle ou informelle. Nous nous sommes entretenues avec des personnes venues au Maroc pour une diversité de raisons, y compris pour des motifs familiaux. Peu d’entre elles avaient l’ambition de migrer initialement en Europe. La majorité des personnes rencontrées sont arrivées au Maroc de manière régulière, avec un visa ou en bénéficiant d’une dispense de visa d’entrée, des ressources, et y ont développé des activités. Nous avons été marquées par la complexité des parcours et par la précarité administrative dans laquelle même ces personnes se trouvaient. Si certaines personnes rencontrées ont pu bénéficier des opérations exceptionnelles de régularisation il y a plusieurs années, les difficultés rencontrées pour renouveler les titres de séjour sont très nombreuses. Pendant ce terrain, il nous est apparu que, au sein-même des familles, il y a souvent une variété de statuts (l’un des parents peut avoir un titre de séjour et pas l’autre) et que, en termes de papiers, rien n’est jamais acquis au Maroc…

Prenons l’exemple d’Antoine, qui est au Maroc depuis près de 20 ans et qui y est devenu père de deux enfants. La création d’une société lui avait permis de bénéficier d’un titre de séjour pendant plus de 10 ans mais, suite à des difficultés administratives, il n’a pu renouveler son titre de séjour dans les délais. Depuis lors, il est en séjour administratif irrégulier, malgré son parcours et toutes les responsabilités professionnelles qu’il a eues et alors même que sa société fonctionne. Cette situation est emblématique d’un accès compliqué à l’emploi pour la plupart des étrangers au Maroc (sauf certaines catégories d’étrangers bénéficiant de conditions facilitées) et d’une précarité de l’accès au séjour, du fait notamment des durées des autorisations délivrées pour travailler et séjourner sur le territoire. Par ailleurs, une durée de séjour longue, une vie de famille sur le territoire marocain et des intérêts nationaux ne constituent pas une garantie de sécurisation du séjour. Si la loi (02-03) semble prévoir la possibilité d’une sécurisation du séjour pour « l’étranger qui justifie par tous moyens avoir sa résidence habituelle au Maroc depuis plus de quinze ans ou depuis qu’il a atteint, au plus, l’âge de dix ans ou qu’il est en situation régulière depuis plus de dix ans », cette disposition est vidée de l’essentiel de sa dimension protectrice puisqu’elle est soumise à la condition d’être en situation régulière et d’être arrivé régulièrement au Maroc (article 17).

2) Des tracasseries administratives et une méconnaissance du cadre juridique

De notre terrain sont ressorties aussi les nombreuses tracasseries administratives auxquelles font face les parents migrants. L’une des difficultés récurrentes est celle du renouvellement du titre de séjour, que ce soit pour les personnes ayant bénéficié de l’une des deux opérations exceptionnelles de régularisation (organisées en 2014 ou 2016/2017) ou pour celles ayant obtenu un titre de séjour au titre de leur emploi ou des études suivies en particulier.

A côté des difficultés pour renouveler leur statut, les parents nous ont fait part des tracasseries dont ils ont fait l’expérience dans leurs démarches pour que leurs enfants aient accès à certains droits, comme celui d’avoir une identité (demande d’enregistrement à l’état civil) ou d’aller à l’école. Nous avons été frappées par le fait que les personnes rencontrées, au-delà de leurs expériences personnelles et de celles de leurs proches, n’ont pas une bonne connaissance des procédures et des réglementations régissant l’immigration sur le territoire marocain et les droits dont eux et leurs enfants peuvent bénéficier. Nous avons constaté que les parents peinent à s’y retrouver, ne maîtrisent pas le cadre juridique, qui est effectivement complexe, qu’ils ne savent pas où trouver une bonne information, et qu’ils sont souvent confrontés à des fonctionnaires (ou des acteurs associatifs) qui ne les renseignent pas convenablement et qui leur demandent des documents qui ne sont pourtant pas requis par la loi. Tout cela, par conséquent, peut s’avérer très préjudiciable à leurs enfants.

En ce qui concerne l’accès à l’école, l’inscription des enfants ne pose généralement pas problème aux parents lorsque leurs enfants intègrent l’école publique à l’âge de 6 ans. Par contre, pour les enfants plus âgés, des problèmes non négligeables nous ont été relatés, en particulier concernant l’évaluation du niveau de l’enfant non arabophone. Pour illustration, l’une des filles de Agathe est arrivée au Maroc alors qu’elle devait entrer en CM1 en Côte d’Ivoire. Comme sa fille n’avait pas le niveau en arabe, Agathe concevait tout à fait que celle-ci redouble une classe pour combler ses lacunes linguistiques. Cependant, l’école a demandé qu’elle redémarre en CP, alors qu’elle avait 9 ans. Les parents ont refusé et ont inscrit leur fille dans une école privée informelle. La famille ne semble pas satisfaite de cette solution et pense que la fréquentation de l’école dans le pays d’origine serait préférable. Un autre cas est celui de Germaine, qui est très préoccupée car elle n’est pas parvenue à inscrire sa fille à l’école, malgré de nombreuses tentatives depuis des années. Les raisons avancées étaient liées à l’absence du père (alors qu’il est décédé), à son âge et à la méconnaissance de l’arable. La seule solution, coûteuse, pour la scolarisation de sa fille est l’école à distance (le CNED), qui n’est pas idéale, mais elle n’a pas les moyens d’inscrire sa fille dans une école privée bilingue.

L’inscription à l’état civil donne lui aussi lieu à des tracasseries administratives. Celles-ci sont davantage liées à des pratiques de certains agents de Moqataa ou à la méconnaissance de la procédure par des parents. Par exemple, alors que cela n’est juridiquement pas requis, il a été demandé à Didier de présenter son titre de séjour, son passeport et son contrat de mariage pour pouvoir enregistrer son enfant à l’état civil. Dimitri, quant à lui, nous a expliqué avoir été mal informé : il a enregistré ses enfants à l’état civil de son Etat d’origine, et pas au niveau de l’état civil marocain. Ce n’est que récemment, lorsqu’il a voulu inscrire son aîné à l’école publique, qu’il a fait face à un blocage car son fils n’avait pas été enregistré. Il a alors dû suivre la procédure « hors délai » d’enregistrement à l’état civil, ce qui a été plus compliqué.

3) Les difficultés pour les enfants de vivre en tant qu’étrangers au Maroc

Quand nous avons abordé les difficultés rencontrées par leurs enfants au Maroc, les parents rencontrés nous ont fait part de comportements discriminants à leur égard. A l’école, par exemple, il arrive que les autres enfants n’acceptent pas de leur donner la main ou de les toucher en raison de la couleur de leur peau, sans qu’il n’y ait alors de réactions des enseignants. Nous avons vu des enfants originaires d’Afrique subsaharienne jouer au football avec des enfants marocains mais, selon plusieurs parents rencontrés, les injures dans la rue et autres comportements racistes à leur égard sont monnaie courante, si bien que, le plus souvent, leurs enfants ne jouent pas avec les enfants marocains de leur quartier. Comparativement à la vie qu’avaient leurs parents à leur âge en Afrique de l’Ouest et centrale, les enfants des migrants, à Casablanca, vivent à l’intérieur, dans des appartements, et ont moins de contacts avec l’extérieur. Ils sortent essentiellement pour aller à l’école ou fréquenter les lieux religieux. Comme de nombreuses discussions avec des Sénégalais l’ont révélé, c’est une des raisons pour lesquelles ceux-ci préfèrent ne pas faire venir leurs enfants au Maroc, mais les laisser avec la famille élargie au Sénégal.

Enfants jouant au football. Photo de Marie-Laurence Flahaux

Un autre problème auquel sont confrontés les enfants est celui de l’insécurité qui règne dans certains quartiers de Casablanca et des agressions qui y ont lieu. Une mère nous a fait part de l’agression de sa fille de 12 ans au coin d’une rue, suite à laquelle cette dernière ne sort plus seule. Une autre a raconté avoir été agressée à l’arme blanche en sortant de son immeuble, en plein jour, alors qu’elle était avec sa fille de deux ans. Ces expériences peuvent être traumatisantes pour les enfants. N’étant pas en situation régulière, ces personnes n’ont pas été porter plainte à la police. Une des personnes rencontrées a pourtant porté plainte suite à une agression subie, mais affirme le regretter ; elle a l’impression que sa plainte n’a donné lieu à aucune poursuite et elle n’a de toute façon pas eu accès à l’ensemble de la procédure qui s’est déroulée en arabe.

Bien que les enfants soient considérés comme étant en situation régulière et qu’ils n’aient pas besoin d’un titre de séjour jusqu’à 18 ans, ils sont affectés par la situation administrative précaire de leurs parents. Une mère en situation irrégulière nous a dit que sa fille est impactée par sa situation et que, même si elle veut la protéger, elle encaisse. Pour elle, de par tous les événements qu’elle a subis, sa fille a grandi trop vite.

4) Vivre au Maroc avec des enfants : les difficultés pour les parents

Contrairement à Rabat, nous avons peu entendu à Casablanca de récits de rafles dans les quartiers et de « refoulements » / déplacements forcés vers d’autres régions de personnes en situation irrégulière, impliquant des enfants ou donnant lieu à des séparations entre parents et enfants. La seule situation d’arrestation et de déplacement forcé, à l’intérieur du territoire marocain, qui nous a été relaté est antérieur à 2013 mais concerne bien un père de famille qui a alors été séparé de sa famille, restée à Casablanca, et reste profondément marqué par la violence de cette action.

Plusieurs parents en situation précaire l’ont déclaré : vivre au Maroc en tant qu’étranger et, a fortiori, en tant que ressortissants d’un pays d’Afrique de l’Ouest ou centrale, ce n’est pas facile, mais cela est encore plus difficile lorsqu’on a des enfants. Il est ressorti des entretiens que la première préoccupation des parents est d’assurer un avenir meilleur à leurs enfants. Les parents rencontrés nous ont dit regretter de ne pas avoir la possibilité d’offrir à leurs enfants ce dont ils auraient besoin. Nombreux sont ceux, en situation administrative régulière ou irrégulière, économiquement précaire ou moins précaire, qui nous ont fait part de leur inquiétude pour leurs enfants.

Pour beaucoup, concilier travail et garde des enfants est une vraie problématique. Les parents qui ne sont pas en situation régulière et qui, n’ayant d’autres choix, occupent des emplois précaires, doivent développer des stratégies afin de pouvoir subvenir à leur besoin. Parfois, il s’agit de laisser les enfants seuls, même petits, en attendant leur retour. Ils confient parfois leurs enfants à une personne, ce qui peut impliquer des frais importants. Certains optent pour des crèches informelles, où les enfants attendent leurs parents, à l’intérieur d’un appartement, toute la journée, sous la surveillance d’un adulte. Ces crèches sont revenues dans plusieurs discussions, en particulier avec des parents qui ne veulent pas que leurs enfants y restent trop longtemps car ils ne sortent pas, ne font que regarder la télévision, et deviennent nerveux. On nous a fait part du cas de certains enfants dont les parents, souvent des mères seules, qui sont contraints de les y laisser jours et nuits, toute la semaine, pendant qu’ils/elles travaillent (la plupart du temps comme femmes de ménage dans des familles marocaines, où elles doivent loger), ne récupérant leurs enfants que le dimanche ou une semaine sur deux… C’est en nous parlant de ces conditions que des Sénégalais nous ont dit qu’ils avaient décidé de renvoyer leurs enfants au Sénégal pour vivre aux côtés de la famille élargie, où ils pourront s’épanouir, plutôt que dans l’environnement contraignant du Maroc, qui n’est pas bon pour leur développement.

5) A la recherche de perspectives en dehors du Maroc

« Allah, Al Watan, Al Malik » (Dieu, la Patrie, le Roi), devise du Maroc, inscrite sur le mur extérieur de l’Église Notre-Dame de Lourdes de Casablanca. Photo de Nadia Khrouz

Lors de ce terrain partagé, nous avons découvert les choix audacieux et les sacrifices que font certains parents afin de donner de meilleures chances à leurs enfants. La plupart des personnes que nous avons rencontrées ont un emploi. Certaines en sont satisfaites, mais la plupart considère que leurs conditions de travail sont précaires et ne leurs permettent ni de se projeter vers un avenir meilleur, ni d’envisager une vie de famille sur le long terme au Maroc. L’enjeu du séjour est omniprésent. Viennent s’y joindre les difficultés à entrer ou à revenir sur le territoire marocain en cas de sortie. Cela implique une distance de longue durée avec la famille restée au pays, dont parfois avec des enfants, et un choix, perçu souvent comme rédhibitoire, entre rester et rentrer, entre retrouver sa famille et son équilibre au risque d’un retour à la précarité d’antan (si le retour n’a pas été préparé) ou continuer à tenter de trouver un meilleur avenir professionnel, au risque d’une précarité, d’un isolement et de souffrances en terres étrangères.

Il ressort de notre terrain partagé que le contexte du Maroc apparait comme fortement contraignant pour beaucoup de parents. Les politiques migratoires marocaines restrictives, se reflétant à travers l’absence de titre de séjour en cours de validité pour de nombreux parents et affectant leurs enfants, participent au souhait d’ailleurs pour les parents. Quand bien même des mesures permettant l’accès à certains droits existent, l’absence de mise en œuvre, le manque d’informations au sujet des procédures et les tracasseries administratives font que leur effet concernant l’intégration des enfants et des familles est limité.

La SNIA et les opérations exceptionnelles de régularisation ont, au départ, été perçues comme une main tendue vers moins de précarité et plus de justice, en particulier pour les « Africains » au Maroc, en lien notamment avec les démarches du Royaume s’orientant, politiquement et économiquement, vers ses voisins du Sud. Cependant, les blocages rencontrés par la suite impliquent une incompréhension, une déception, et une impression de retour en arrière pour les parents rencontrés qui avaient bénéficié de l’une de ces deux opérations exceptionnelles de régularisation. En dehors du soutien apporté par les Églises, la plupart des personnes rencontrées et leurs enfants n’ont obtenu aucune assistance dans le cadre de programmes de la SNIA. Les difficultés de renouvellement et d’accès au séjour ont fait que nombreux sont les migrants qui ont perdu l’espoir qu’ils avaient eu. Nombreuses sont les personnes rencontrées qui nous ont confié vouloir, et parfois même avoir commencé à entreprendre des démarches pour quitter le Maroc, ou pour que leurs enfants partent vers des horizons plus propices à leur développement. Antoine, par exemple, qui a passé plus de quinze ans au Maroc avec sa famille, dont les enfants sont nés et ont grandi au Maroc, a mené les démarches nécessaires pour que ceux-ci puissent disposer d’un diplôme étranger en vue de poursuivre leur formation ailleurs. Djeneba envisage de retourner en Côte d’Ivoire dès qu’elle le pourra afin d’offrir à sa petite fille un environnement moins hostile. Ce qui leur importe le plus, c’est de pouvoir donner à leurs enfants les meilleures chances possibles pour l’avenir.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La rédaction (4 septembre 2023). Parents et enfants face aux politiques migratoires marocaines. MOVIDA. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnko


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search