Retour de terrain : Ourossogui, encore et toujours un carrefour migratoire ?

Rapport de mission par Sylvie Bredeloup (LPED/IRD) et Régis Minvielle (Univ. Sao Paulo, en accueil au GERM/UGB)

Contexte

Depuis les Indépendances africaines, les migrations internationales ont été interprétées le plus souvent comme le prolongement des migrations  internes : les ruraux employés dans les travaux agricoles ou miniers s’arrêtant provisoirement dans la capitale de leur pays d’origine avant de poursuivre leur chemin, au-delà des frontières nationales. Mais ce schéma fonctionnaliste n’est plus opératoire, s’il l’a même été un jour. Non seulement ceux qui partent à l’étranger brûlent l’étape urbaine quand ils ne sont pas nés en ville, mais encore, les départ des uns pour l’Europe ou l’Afrique centrale, qui débouchent à terme sur des transferts financiers dans la ville d’origine, peuvent aussi, selon le principe des chaises musicales, susciter l’arrivée  d’autres candidats à la mobilité, en provenance d’autres régions. Dit autrement, les migrations internationales peuvent générer de nouvelles migrations internes.

Ces mutations dans les articulations entre migrations internationales et internes en Afrique intéressent au plus haut point les autorités politiques européennes qui souhaiteraient savoir dans quelle mesure les migrants internes d’aujourd’hui resteront sur le continent africain ou deviendront les migrants internationaux de demain (OIM, 2008). Elles interpellent également les autorités africaines qui voient partir des zones minières nouvellement découvertes leurs ressortissants remplacés par des migrants ressortissants des pays voisins, attirés par cette nouvelle manne.

Dans le cadre de notre mission exploratoire (novembre 2016), il s’agissait d’une part d’observer ce qu’étaient advenus des migrants internationaux qui, en réaction au désengagement de l’Etat sénégalais, avaient largement contribué au développement économique de la ville d’Ourossogui et de son érection en commune (1990). D’autre part, il importait d’approcher les acteurs – migrants de retour, immigrés, habitants – qui participent aujourd’hui à inscrire la ville dans une dynamique régionale renouvelée.

Des premiers travaux menés entre 1992 et 2002 avaient montré comment ce village haalpulaar de la moyenne vallée du fleuve Sénégal situé à 700 kms de Dakar était devenu un foyer d’émigration important. Si en 1960, la migration était à 90 % une migration interne, dix ans plus tard alors que des sécheresses à répétitions frappaient la région et que la pression démographique s’exacerbait, un tiers des migrants rejoignait un autre lieu sur le territoire national alors que 42 % gagnait un autre pays sur le continent et 24 % la France (Bredeloup, 2007). Au fil du temps, cette émigration s’est intensifiée et internationalisée. Si en 1971, la migration concernait un quart de la population masculine active, en 1988, elle en impliquait plus des deux-tiers. En 1995, 80 % des migrants internationaux étaient implantés sur le continent africain, travaillant essentiellement dans le commerce (Gabon, Congo, Côte d’Ivoire) ou le trafic de diamants (RDC, RPC, Burundi, Zambie, Angola). La contribution des diamantaires à la fois à la modernisation des équipements urbains et à la transformation politique du village en commune a été démontrée (Bredeloup, 2007).  Les mosquées, les postes de santé, les maternités, les forages,  les établissements scolaires ont été construits grâce à l’argent des ressortissants d’Ourossogui partis en migration, regroupés ou non au sein de collectifs associatifs.

Ces émigrés ont pu cumuler le pouvoir économique et politique. Plus récemment, ils ont montré comment ils pouvaient contribuer financièrement au renouvellement des élites politiques. En effet, jamais dans l’histoire électorale du Sénégal, l’apport des migrants n’a été aussi déterminant que lors de la présidentielle du 25 février 2012.  Changement notable : la moyenne vallée du fleuve Sénégal qui s’était toujours singularisée lors des élections antérieures par un vote pour le parti au pouvoir a soutenu massivement  et, notamment par l’entremise de ses émigrés en Afrique centrale, la candidature de Macky Sall à la présidence de la République.

Ourossogui est considéré comme le carrefour routier le plus important dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal, au croisement des routes nationales 2 et 3. La ville s’est progressivement étendue et peuplée : 4 259 habitants en 1976, 6 402 en 1988, 13 177 en 2002 et plus de 25 000 habitants en 2016. Elle accueille aujourd’hui, non seulement des populations wolofs, travaillant en tant que commerçants ou artisans, mais également, un nombre important d’opérateurs, originaires d’autres régions, et exerçant dans les institutions bancaires ou dans des associations de développement de la place.

Que deviennent les émigrés (et leurs descendants) qui ont fait la force d’Ourrosogui ?

Au regard des premières observations et discussions réalisées en novembre 2016, il semblerait que les flux d’émigration se soient taris, en lien avec le durcissement des politiques migratoires au Sud comme au Nord et des turbulences politiques notamment en Côte d’Ivoire, au Congo et au Gabon. Les grands commerçants ou diamantaires sont rentrés au pays, investissant dans le village (hôtellerie, superettes, succursales bancaires, commerce de gros, opérations immobilières) et  à Dakar, embellissant la ville (Gnanti Fouta). Les plus fortunés ont mis en gérance leurs boutiques, usant de leurs entrées politiques pour investir des secteurs encore plus rentables comme la construction et l’immobilier, spéculant sur les fortes réserves foncières.  Parmi ceux qui avaient migré en France et qui  bénéficient d’une retraite régulière, les uns considèrent qu’il est l’heure de se reposer alors que d’autres se sont investis dans le développement et l’entretien collectif de périmètres agricoles.

Leurs enfants qui étaient partis sur leurs traces en Afrique centrale sont rentrés rapidement, estimant que les conditions de travail et de séjour y étaient trop difficiles. Certains ont tenté leur chance vers l’Europe sans succès mais aspirent toujours à y repartir alors que les portes se sont hermétiquement refermées. Le fossé générationnel semble se creuser : les aînés se plaignent que leurs enfants ne veulent pas travailler et restent démunis face à ce qu’ils rebaptisent l’oisiveté. Ils ne parviennent pas toujours à les convaincre d’aller se former aux métiers dans le nouvel établissement qui a été créé à Ourossogui. Ils incriminent les solidarités obligées lesquelles conduiraient leurs enfants à ne pas se prendre en charge car pouvant être gracieusement nourris et hébergés  au village. Les cadets peinent à décrire leurs sentiments et continuent de rêver pour mieux résister aux routines quotidiennes. Les étrangers à ces familles considèrent les jeunes ressortissants d’Ourosogui comme des  enfants gâtés ne faisant pas toujours bon usage de l’argent de poche qui leur est confié, évoquent la démission des parents et incriminent la télévision qui ferait tourner la tête aux plus jeunes. Tous ces discours mériteraient d’être confrontés et approfondis. Il s’agira ultérieurement de vérifier dans quelle mesure les enfants de la deuxième génération sont ou non mobilisés au sein des associations de développement mises en place par leurs aînés.

Quid de la place des immigrés à Ourossogui ?

Ourossogui  accueille aujourd’hui non seulement des populations wolofs, travaillant en tant que commerçants ou artisans, mais également, un nombre croissant d’opérateurs originaires d’autres régions et exerçant dans les institutions bancaires ou dans des structures associatives ayant élu domicile dans la ville.

Nous avions déjà repéré au milieu des années 1990 l’installation de quelques transporteurs, commerçants et artisans, attirés par l’expansion de nouveaux marchés locaux. Mohamadou Sall a évoqué quant à lui l’arrivée « d’une forte colonie d’allochtones » à Ourossogui au cours de la décennie 1990-2000 (Sall, 2005) et il a rendu compte d’un recensement établi par Lamine Cisse en août 2000 sur l’origine régionale ou nationale des commerçants. Près de 60%  d’entre eux étaient alors originaires d’Ourossogui, 23 % provenaient de Diourbel, près de 8 % de Saint-Louis. Rares étaient en revanche les commerçants d’origine étrangère (5 % dont 2,6 % en provenance de Mauritanie).

Les premiers artisans wolofs sont arrivés dans la ville à la fin des années 1970, ils travaillaient dans le transport de voyageurs et dans la mécanique automobile contribuant activement à l’essor économique de ce carrefour routier. Ils étaient originaires de Touba, Diourbel et Dakar. Les uns sont repartis, les autres se sont installés durablement, rejoints par leurs épouses et enfants. Ils habitent majoritairement dans le quartier Moderne, dont une partie a été rebaptisée  Legel djolfoubé (quartier des Wolofs). Les premières boulangeries qui avaient été créées à l’initiative d’un diamantaire d’Ourossogui ont été reprises en gérance par des commerçants wolofs ou encore par Harouna Dia, l’un des principaux bailleurs de la campagne politique de Macky Sall dans la vallée du fleuve. Une mosquée dirigée par la confrérie mouride a également été construite depuis trois ou quatre ans le long de la RN2 pour accueillir ces ressortissants du bassin arachidier.

Il apparaît aujourd’hui que la majorité des artisans et commerçants implantés à Ourossogui proviennent du bassin arachidier et sont Wolofs. Les commerçants haalpulaaren qui exercent sur le marché sont en majorité des femmes. Les jeunes wolofs continuent d’être attirés par les lumières de la ville, en quête d’une activité rémunératrice. Ils sont mécaniciens, frigoristes, menuisiers métalliques, vulcanisateurs, peintres en bâtiment ou commerçants et en complément font le taxi-moto dans la ville et les alentours. Certains sont propriétaires de leur jakarta, d’autres travaillent pour le compte d’un patron. Cette activité s’est développée dans la ville à l’occasion des dernières élections municipales. En 2014 Le maire nouvellement élu avait fait venir des conteneurs de motos chinoises (jakarta) qu’il avait redistribué à sa clientèle électorale.

Depuis, ce mode de transport s’est diffusé à l’ensemble de la ville, concurrençant les charretiers  (le prix de la course varie entre 200 à 400 francs CFA). C’est toute une économie qui se développe autour de cette nouvelle activité : avant de commercialiser les Jakarta, les marchands réceptionnent les engins motorisés en pièces détachées en provenance de Chine et du Japon et font appel à des mécaniciens pour les assembler. D’autres exploitent cette nouvelle manne en créant des petits centres de lavage, ou en fournissant des accessoires indispensables, comme les haut-parleurs fixés sur les réservoirs.

Le dynamisme d’Ourossogui tient en grande partie à ces multiples mobilités qui s’enchevêtrent. Si les autochtones continuent de tenir les rênes de la cité haalpulaar, progressivement les rapports de force évoluent. Les « étrangers » (ou Kobé, celui qui vient d’ailleurs mais qu’il faut accueillir et ménager) , autrement dit, ceux qui viennent du bassin arachidier entendent bien également tirer leur épingle du jeu, en jouant un rôle politique de premier ordre et en profitant des tensions qui secouent les grandes familles haalpulaaren dirigeant la ville depuis sa création. Lors des dernières élections municipales, les commerçants wolofs ont largement appuyé l’élection du nouveau maire et en retour, l’un d’entre eux est devenu adjoint au maire. Ils entendent dorénavant être davantage associés aux programmes de développement initiés par les autorités municipales. Une bataille semble également se jouer concernant la présidence de la chambre de commerce. Les commerçants wolofs estiment ne pas suffisamment recevoir, en échange de leur contribution au développement du village, qui prend des formes plurielles (soutien financier des édiles, soutien à la formation professionnelle des jeunes ressortissants) et ils souhaitent être davantage associés aux prises de décision. Plusieurs manifestations ont été organisées à leur initiative, paralysant ponctuellement la ville (octobre 2015, février 2016, novembre 2016).



Citer ce billet
La rédaction (2016, 28 novembre). Retour de terrain : Ourossogui, encore et toujours un carrefour migratoire ? MOVIDA. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rn4k

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search