Journée Sahel Méditerranée – 18 avril

    

 

Rencontre Sahel – Méditerranée

IRD – MAEDI 

 

 

 

Mardi 18 avril 2017

 

Salle Jacques Clergier

1 rue Robert Esnault-Pelterie

75007 Paris

 

 

L’IRD et plusieurs directions du MAEDI se sont associés pour organiser une journée de travail et d’échanges croisant les problématiques des zones Sahel et Méditerranée.

Cette journée prendra la forme de 4 tables-rondes thématiques, d’1h30 chacune, auxquelles participeront une douzaine de chercheurs de l’IRD, spécialistes de ces ensembles régionaux (3 chercheurs par tables-rondes).

La présentation de leurs travaux (30 mn par table-ronde) sera suivie d’une heure d’échanges avec les équipes des directions Afrique du Nord et Moyen-Orient (ANMO), Afrique et Océan Indien (DAOI) et la mission gouvernance démocratique, selon la règle de Chatham House.

TABLES-RONDES 

  1. Un islam sans frontières ? Le Sahel, le monde arabe et la oumma. Processus de diffusion des idées islamiques.
  2. Evaluer la Gouvernance, la Paix et la Sécurité (GPS) : quels instruments de mesure pour alimenter le dialogue politique. Les exemples du Mali et de la Tunisie.
  3. Migrations, mobilités, circulations entre Sahel et Afriques méditerranéennes.
  4. Recompositions politiques post révolutionnaires en Egypte et en Tunisie et en Libye : processus électoraux, acteurs politiques et  juridictionnels.

PROGRAMME PREVISIONNEL 

Mardi 18 Avril 2017
8 :30 Accueil et café.
9 :15 -10 :45 Première table-ronde : Un islam sans frontières ? Le Sahel, le monde arabe et la oumma. Processus de diffusion des idées islamiques.
10 :45 – 11 :00 Pause-café.
11 :00 – 12 :30 2e table-ronde : Evaluer la Gouvernance, la Paix et la Sécurité (GPS) : Quels instruments de mesure pour alimenter le dialogue politique. Les exemples du Mali  et de la Tunisie.
12 :30 – 13 :30 Déjeuner Brasserie Le Transit – 2 Rue Robert Esnault-Pelterie, Paris.
13 :30 – 15 :00 3e table-ronde : Migrations, mobilités, circulations entre Sahel et Afriques méditerranéennes.
15 :00 – 15 :15 Pause-café.
15 :15 – 17 :15

 

4e table-ronde : Recompositions politiques post révolutionnaires en Egypte, en Tunisie et en Libye : processus électoraux, acteurs politiques et  juridictionnels.

COMPOSITION INDICATIVE DES PANELS SCIENTIFIQUES

  1. Un islam sans frontières ? Le Sahel, le monde arabe et la oumma. Processus de diffusion des idées islamiques.

Mots clefs : Diplomatie religieuse – Djihadisme – Dawa et prosélytisme – Pèlerinage – Circulation des idées islamiques – Islam politique.

Marc-Antoine Pérouse de Montclos (CEPED -IRD) 

Docteur en sciences politiques, Marc-Antoine Pérouse de Montclos est directeur de recherche à l’IRD et chercheur associé à Chatham House, Londres. Il travaille sur les conflits armés, les déplacements forcés de population et l’évaluation de l’aide humanitaire en Afrique subsaharienne. Professeur à l’Institut français de géopolitique de l’Université Paris 8 de 2013 à 2015 et diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris (IEP), où il a enseigné de 2003 à 2016, il a vécu plusieurs années au Nigeria, en Afrique du Sud et au Kenya et accomplit régulièrement des missions d’études en Afrique.

Jean-Yves Moisseron (CESSMA)

Docteur en Economie, Jean-Yves Moisseron est  directeur de recherche à l’IRD. Il est aussi professeur associé de plusieurs universités en Egypte. Enseignant à l’IEDES (Université Paris 1) et à l’EHESS, il est expert à l’Agence Nationale de Coordination de la Recherche sur l’Energie et membre du conseil Scientifique du GIS Collège International des Territoires. Ses  domaines de recherche portent sur les institutions européennes et du monde arabe (Tunisie, Egypte, Maroc, Liban), la gestion de projets internationaux et la gestion d’équipes ainsi que l’administration en environnement inter-culturel (monde arabe). Enfin, il est plus particulièrement spécialiste de l’Islam et des acteurs religieux du monde arabe, notamment les confréries soufies

Stéphane Lacroix (SciencesPo CERI)

Stéphane Lacroix devient docteur en science politique en 2007 (Sciences Po), après deux maitrises, l’une en langue et civilisation arabes à l’INALCO et l’autre en mathématiques à l’université Paris VI. En 2008, il reçoit le prix de thèse de l’Association française de sciences sociales des religions. Il a été successivement chercheur post-doctorant à l’université de Stanford (Abbassi Program in Islamic Studies), chercheur invité au Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales du Caire. Actuellement, il est professeur associé à l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) et chercheur au CERI.

 

 

  1. Evaluer la Gouvernance, la Paix et la Sécurité (GPS) : quels instruments de mesure pour alimenter le dialogue politique avec la société civile ? Les exemples du Mali et de la Tunisie.

Mots clefs : Gouvernance et développement  – Agenda 2063– ODD16 – Enquêtes statistiques – Débat démocratique – Société civile – Participation citoyenne.

François Roubaud (DIAL)

François Roubaud est économiste, directeur de recherche à l’IRD et membre de l’UMR DIAL. Il est diplômé de l’ENSAE et docteur en économie (université Paris Nanterre). Dans le domaine statistique, il a été l’un des pionniers de la conduite d’enquêtes mixtes (ménages/entreprises) et le concepteur des enquêtes 1-2-3 visant à mesurer le secteur informel, mises en œuvre dans plusieurs dizaine de pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Il est aussi l’un des promoteurs des modules sur la gouvernance et la démocratie greffés sur les enquêtes officielles auprès des ménages, une méthodologie adoptée dans le cadre de la Stratégie d’Harmonisation de la Statistique en Afrique (SHaSA) avec la mise en œuvre des enquêtes Gouvernance, la Paix et la Sécurité (GPS). Ses recherches sur l’économie du développement portent plus particulièrement sur le marché du travail et l’économie informelle, la gouvernance et l’économie politique des politiques de développement. Il est l’auteur de nombreuses publications sur ces questions. Il a été affecté dans plusieurs pays (Mexique, Madagascar et Vietnam) auprès d’institutions publiques nationales dans le cadre de programmes de longue durée.

Joseph Brunet-Jailly (IRD)

Docteur en sciences économiques, Joseph Brunet-Jailly a été  doyen (1979-1982) de la Faculté des Sciences Economiques d’Aix-en-Provence. Alors spécialiste reconnu de l’économie du système de santé français et de l’économie des systèmes d’assurance maladie des pays d’Europe, il sera à sa demande détaché en 1986 à l’ORSTOM. En 1995 il a été affecté à Abidjan où il est resté jusqu’en 2000, travaillant sur l’économie de la lutte contre le sida, avant de revenir à Bamako en qualité de Représentant de l’IRD (2000-2004). Depuis 2004, il exerce en qualité de consultant indépendant, notamment avec le Center for Global Development, et il est chargé d’enseignement à Sciences-Po.

Imed Abdeljoued (Directeur PASC)

Docteur en Sciences Économiques de l’Université de Paris I – Panthéon –Sorbonne, Imed Abdeljaoued est Professeur des universités à l’ENA Tunisie (École Nationale d’Administration) et dirige le  Programme d’Appui à la Société Civile (PASC- Tunisie) depuis 2013. Ses domaines de recherche sont l’analyse économique des institutions, la gouvernance, la démocratie participative et la prospective.

 

  1. Migrations, mobilités, circulations entre Sahel et Afriques méditerranéennes.

Mots-clés : Mobilités ; Circulation religieuse ; Migration économique ; Transport – entreprenariat migrant, Politique migratoire.

Résumé : Au cours de cette table-ronde seront déclinées trois facettes (non exhaustives) des formes de migration et de circulation entre le Sahel et la Méditerranée. La première s’attachera à décrire entre les liens, les interactions entre les circulations pour raison de formation religieuse et les migrations internationales. La seconde mettra en évidence la place des migrations circulaires sahéliennes dans les économies familiales, au travers de l’exemple du Niger. La troisième s’attachera à montrer les liens entre migration et transport, que ce soit en termes d’organisation des circulations ou d’investissement des migrants. Les politiques migratoires (et de libre-circulation) seront questionnées de façon transversale dans chacune des présentations.

 

 

 

Florence Boyer (URMIS) 

Géographe-anthropologue, F. Boyer a mené des travaux de recherche au Niger (département de Téra, région de Tahoua, Niamey) et au Burkina Faso (Ouagadougou), interrogeant plus globalement le fait migratoire intra-africain du point de vue des États sahéliens. S’inscrivant dans une approche globale des mobilités, ses travaux questionnent les projets migratoires mais aussi les processus d’installation et/ou de retour dans l’espace urbain notamment. Ses recherches interrogent également les rapports hiérarchiques et de domination révélés par les mobilités.

 

 

Sophie Bava (LPED) :

Socio-anthropologue, chargée de recherche à l’IRD/LPED, et actuellement en accueil au LEPOSHS à l’Université Internationale de Rabat. Elle est en co-responsabilité de l’Axe 1 du LMI MOVIDA : Redéfinition des appartenances et hiérarchies sociales (transformations générationnelles, recompositions familiales, religieuses, identitaires). Ses travaux portent sur les dynamiques religieuses générées par les migrations africaines dans les pays d’Afrique Méditerranéenne, Egypte, Maroc, Tunisie, Algérie : la place et le rôle des institutions religieuses et d’origine confessionnelle, le rôle les acteurs religieux et/ou associatifs ainsi que les la formation au leadership religieux musulman et chrétien sur les routes de la migration africaine. es recherches portent sur les migrations d’Afrique subsaharienne en direction du monde arabe (vers l’Egypte, l’Algérie et le Maroc principalement). Sur les routes que prennent les migrants et, dans les lieux de départ comme dans les lieux qu’ils investissent, la présence d’institutions religieuses, chrétiennes et musulmanes est de plus en plus significative.

 

 

Jérôme Lombard (PRODIG) :

Géographe, Jérôme Lombard est directeur de l’UMR PRODIG (CNRS, IRD, Univ. Paris 1). Ses travaux de recehrches portent sur les mutations des territoires, les processus productifs et mondialisation, la géographie politique des ressources. Plus spécifiquement, il porte une réflexion sur les corridors de transport et le développement territorial en Afrique de l’ouest, l’observation et l’analyse des circulations de personnes et de biens en Afrique de l’ouest (Mali, Mauritanie et Sénégal).

  1. Recompositions politiques post révolutionnaires en Egypte, en Tunisie et en Libye: processus électoraux, acteurs politiques et  juridictionnels.
Sarah Ben Nefissa (DS)

Sarah Ben Néfissa est sociologue du politique, directrice de recherche à l’IRD et membre de l’UMR Développement et Société. Elle est représentante de l’IRD en Egypte depuis septembre 2014. Ses travaux de recherche portent sur les recompositions politiques en Egypte, les processus électoraux, les mouvements sociaux et les acteurs de la société civile. Elle a dernièrement co-dirigé avec Alyaa  Saraya le numéro « Variations sur l’Egypte » de  la Revue Tiers Monde, nº222, avril-juin 2015. Parmi ses dernières publications : La production du « vrai musulman » par l’organisation des Frères Musulmans égyptiens : fidélité et dissidences, Revue internationale des études du développement, n°229, 2017-1 (sous presse) ;  Les mouvements protestataires et la scène politique égyptienne après le 3 juillet 2013,   Recherches internationales,  n° 104–2015 ; Globalized Modernity, Contestations and  Revolutions :The Cases of Egypt and Tunisia in Breno Bringel and José Mauricio Domingues (ed) Global Modernity and social contestationSAGE Studies in International Sociology, 2015.

Nathalie Bernard-Maugiron (CEPED)

Juriste, Nathalie Bernard-Maugiron est directrice de recherche à l’IRD et chercheur associée à la Faculté de droit de l’Université Paris Descartes. Elle est co-responsable de la collection Terres et gens d’Islam, Karthala. Elle a séjourné plusieurs années en Égypte, où elle a mené divers programmes de recherche portant sur le droit égyptien et a enseigné à la Faculté de sciences politiques de l’Université américaine du Caire et à la filière de droit français de l’Université du Caire.  Elle a co-dirigé l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman à l’EHESS (2010-2014) et publié en 2015 un ouvrage portant sur la charia (Dalloz, collection « A savoir », avec Jean-Philippe Bras).

Ses travaux de recherche actuels portent sur les réformes constitutionnelles en cours après les « printemps arabes » et sur le droit de la famille en Égypte et dans le monde arabe

Alia Gana (CNRS)

Alia GANA, PhD en sociologie de l’Université de Cornell (USA) est directrice de recherche au CNRS, actuellement en affectation à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC).  Ses recherches en cours s’articulent autour de deux axes principaux: (i) Les inégalités socio-spatiales et les mobilisations autour de l’accès aux ressources et au cadre de vie au Maghreb (ii) Les changements sociopolitiques et institutionnels et les processus électoraux en Afrique du Nord. Elle est lauréate du programme 2015 « Advanced Grants » du Conseil européen de la recherche (Projet TARICA).

Rafaâ TABIB

Rafaâ TABIB est Maître de Conférences à l’Université de La Manouba, chercheur associé au laboratoire CITERES  et membre de l’Observatoire des Transformations dans le Monde Arabe.

Depuis plus de 18 ans, il mène des recherches sur le terrain en Tunisie et en Libye. Ses centres d’intérêt couvrent des disciplines comme l’anthropologie politique, la géographie humaine, l’aménagement du territoire, et la sémiologie de l’espace.

Il est l’auteur de « La chamelle d’Allah, aux sources du chaos libyen » aux éditions du Parchemin bleu en 2016, un livre qui traite des nouvelles réalités post-insurrectionnelles en Libye et principalement des recompositions territoriales, des dynamiques des réseaux de contrebande d’armes, de la mobilisation-alliance entre les factions tribales, leur ruée violente vers l’occupation armée des zones disputées et la réinvention-réactivation des représentations symboliques pour l’accaparation exclusive des espaces-ressources ainsi que des modes de négociation et de régulation des conflits tribaux grâce aux lois coutumières actualisées dans un contexte de généralisation des affrontements armés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search