Nouadhibou-Casablanca (II)

Dans le cadre de nos recherches doctorales, nous avons effectué un séjour ethnographique qui nous a amené à sillonner le tronçon routier allant de Nouadhibou à Casablanca en passant par Dakhla, Layoune, Bouzedour, Blaya, Tarfaya, Guelmime et Agadir. Nous avons ainsi parcouru près de 4000 km aller et retour du 10 Juillet au 12 Aout 2022.


Mobilités et circulations marchandes le long de la
« route du désert ».

Principaux enseignements de mon deuxième séjour ethnographique
sur l’axe Nouadhibou-Casablanca
juillet et aout 2022

par Baye Masse MBAYE,
doctorant en sociologie, Université Gaston Berger de Saint-Louis, Sénégal


Notre démarche repose sur l’observation participante et une ethnographie fine des lieux, des acteurs et des interactions tout au long de cette « route du désert », réputée à certains endroits pour ses dures conditions de traversée, la multiplicité des lieux de contrôle et l’habilité des acteurs à les contourner ou les transformer en « opportunités économiques ».


Nous avons effectué un séjour dans des conditions périlleuses à certaines occasions mais les efforts fournis nous ont réellement permis de pouvoir dresser un portrait des mobilités et des circulations marchandes entre le Sénégal, la Mauritanie et le Maroc, d’observer les multiples dynamiques qui s’organisent sur cet itinéraire, où l’on peut retrouver autant de lieux névralgiques d’une « mondialisation de par le bas ». Cependant, les contraintes post-COVID ont durci les conditions de circulations sur cet axe et ont accru la surveillance autant du côté de la Mauritanie que du Maroc.

Agence de voyage marocaine en Mauritanie : trajet Nouakchott-Nouadhibou-Casablanca. Source : Mbaye, 2022.


Kyrielle d’acteurs, diversité des mobilités et des circulations marchandes

Aux côtés des figures de « l’aventurier », du « rabatteur » et du « passeur », plusieurs autres acteurs se déploient tout au long de la route. On peut mentionner, entre autres nouvelles figures les loumas1, les marchands transnationaux, les « lézards du désert »2, les passeurs de pièces3, d’ex-pécheurs reconvertis dans l’intermédiation, les « alliés de route »4, les « retailleurs de friperies étrangères », les jeunes étudiants actifs, les ouvriers et tatoueurs traditionnels ; majoritairement originaires des régions du Sénégal (Vélingara, Touba, Saint-Louis) et de celles de la Guinée Conakry (Labé, Pita, Kindia). Âgés entre 20 et 40 ans. La majorité de ces acteurs disent pratiquer une « migration d’opportunité occasionnelle » perçue comme une quête de succès financier qu’offrirait l’installation de nouveaux marché et usine. « Migrer suppose un investissement de sa jeunesse et de sa force au rendement incertain et chronophage. Ainsi, nous nous définissons plus comme des êtres humains qui cherchent à réussir simplement que des migrants. Et si demain, la richesse allait vers le Mali, on irait tous au Mali. » (M. Gningue, 30 ans, ex-pécheur à Dakhla).

Ces différents acteurs coordonnent leurs activités à travers un réseau dynamique qui se déploie à chaque point nodal de la route (poste de contrôle, frontière, marché, point de rupture de charge, etc.). Ce réseau repose sur des relations de confiance par la « preuve et l’épreuve », nouées sur la base d’un savoir-circuler, d’une habilité marchande par l’art de la négociation et d’un code linguistique spécifique pour entrer en transaction. L’appropriation de lieux symboliques tels que le « marché sénégalais » à Casablanca est un marqueur des efforts d’intégration socio-économique et d’inscription territoriale. Ainsi, les acteurs qui sont en circulation œuvrent comme des fourmis en drainant marchandises et capitaux dans des territoires marginaux pour assurer une redistribution aux boutiquiers, marchands ambulants, aux tabliers et autres acteurs de micro-business local, soucieux de produits nouveaux et à bas coût. Mais cet élargissement catégoriel crée des rapports heurtés entre les émigrés africains eux- mêmes. En fait, « le marché sénégalais » porte un paradoxe qui tient au fait que « ce sont de moins en moins des Sénégalais qui y travaillent. Les « gnaks »5s’accaparent des cantines de vente et s’activent dans tous les domaines même dans les métiers féminins : la coiffure, les soins de beauté.» (I. Baldé, marchand ambulant sénégalais à Casablanca).

Décharge d’un camion frigorifique marocaine à Agadir. Source : Mbaye, 2022.

Néanmoins, ce réseau joue un rôle de tête de pont dans la circulation des marchandises venant d’Espagne, d’Italie et de France (blousons, jeans, téléphone, montres…) qui « co-circulent » avec les produits marocains, se déferlant vers les ports, dépôts, entrepôts, usines de traitement et multiples marchés juxtaposés tout le long de la transsaharienne. Ainsi, les produits de Meknès (concombres, oignons, mandarines), de Fès (olives et blé) et d’Ifrane (pommes) se retrouvent en abondance dans les marchés des avenues de Casablanca (Derb soultan et Derb Omar). Et continuellement, ces circulations marchandes atteignent les marchés d’Agadir : al-Houria (Jellabas, sandales en cuir, miel), Souk-Lahate (légumes et accessoires électroniques), Izgane (fer, matériels de quincaillerie d’occasion), Taroudane (ustensiles de cuisines et friperies étrangères), Tarfaya (sardines rouges surtout) et Saraboukra à Layoune (poissons, viande de mouton, de bœuf). C’est au tour des loumas, parallèlement aux camions frigorifiques, d’assurer la continuité de ces multiples marchandises vers les marchés de Nouadhibou, de Nouakchott et du Sénégal.

Photo 3 : Une exposition de produits sénégalais à Casablanca. Source : Mbaye, 2022.

Dans le sens opposé, des produits sénégalais inondent le marché « sénégalais » de Casablanca : poissons, huile de palme, textiles (wax, pagne manjak), céréales locales (mil, riz), légumes et fruits (pastèques, pamplemousses, mangues, papayes, corossols, pain de singe, jujube), boissons locales (jus de bissap, jus de tamarin), épices et condiments (poudre de gingembre, feuille de laurier, clou de girofle). Par conséquent, un triptyque de marchés transsahariens émerge : marché-foyer (source marchande pour les grands commerçants transnationaux, marqué par l’afflux des marchandises et la production de gammes de secondaire qualité), marché-passerelle (espace de ravitaillement des loumas et autres revendeurs pour une finalité de remise en vente en détails, et le marché de consommation directe (marqué par la mise en détails des produits et leur accessibilité pour les populations aux faibles revenus).


Des mobilités horizontales à la remorque des contraintes post-Covid

Le Maroc est considéré comme une destination sud attractive mais institutionnellement encadrée. En effet, depuis Guerguérate, les mobilités sont scandées par 13 postes de contrôle qui passent au peigne fin voyageurs, transporteurs et marchandises en réclamant : passeport, fiche de vaccination anti-covid, réservation d’hôtel et une « bourse de voyage » qui est passée de 100 à 1000 euros depuis la réouverture des frontières marocaines en juillet 2022.

Cette hausse, considérée comme un filtre migratoire, trouve ses raisons dans l’éradication de la mendicité des émigrés au Maroc. Au final, ces formalités seront sanctionnées par le fameux cachet d’entrée, valide pour trois mois et exclu aux mineurs non accompagnés.

Cachet d’entrée au Maroc. Source : Mbaye, 2022

**********

Les dynamiques migratoires et marchandes à l’œuvre sur l’axe allant de Nouadhibou à Casablanca illustrent une mondialisation « par le bas » qui se dessine à travers une appropriation discrète de lieux marchands ainsi qu’une réinvention des sociabilités et réseaux qui œuvrent en marge des États. La situation post-Covid, les opportunités économiques et les dispositifs de contrôle des migrations débouchent sur une recomposition des acteurs, une connexion entre acteurs locaux et commerçants transnationaux. Ceci conduit à une reconfiguration des hiérarchies commerciales préexistantes ainsi qu’à l’éclosion de nouvelles opportunités et compétences « discrètes » que dominent notamment les loumas.


1 Marchand qui achète des produits à revendre en détails habituellement pendant les week-ends.
2 Transporteurs expérimentés qui contournent les postes de contrôle par des raccourcis dans le désert.
3 Facilitateur dans les formalités pour l’enregistrement des voyageurs et le dédouanement des marchandises
4 Détenteur d’informations sur les nouveaux détours, brèches de passage, les marchés en installation, les produits à faible coût, les personnalités influentes (marabouts, chefs douaniers et autres notables très respectés)
5 Émigrés africains autres que sénégalais (Camerounais, Ivoiriens, Nigériens et autres)



Citer ce billet
La rédaction (2023, 18 août). Nouadhibou-Casablanca (II). MOVIDA. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnkm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search