Soutenance de Ndèye Coumba Diouf


“Chercher le fil de l’or:
Mobilités des orpailleurs, circulation des savoir-faire au Sud-Est du Sénégal”

par Ndèye Coumba Diouf

La soutenance aura lieu mercredi 19 juillet 2023 à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal.


Le jury

  • Président : M. Cheikh Samba WADE, Professeur Titulaire, Université Gaston Berger de Saint-Louis. Sénégal
  • Directeur : M. Aly TANDIAN, Professeur Titulaire, Université́ Gaston Berger de Saint-Louis. Sénégal
  • Rapporteur : M. Géraud MAGRIN. Professeur Titulaire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. France
  • Rapporteur : M. Papa SAKHO, Maître de conférences Titulaire, Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Sénégal
  • Examinateur : Dr. Cheikh Oumar BA, Sociologue. Directeur exécutif. IPAR. Sénégal


Résumé

À partir de l’analyse du boom minier des années 2000 en Afrique de l’Ouest, cette recherche s’attache à comprendre comment les mobilités des orpailleurs et la circulation de leurs savoir-faire entraînent des changements sociaux. Ces derniers peuvent être observés du point de vue de la recomposition des rapports au travail et des rapports à l’étranger dans le milieu aurifère au Sud-Est du Sénégal.

À partir d’une sociologie des mobilités d’orpaillage dans la région de Kédougou, ce travail ambitionne plus largement de comprendre comment des évènements divers (évolution des techniques d’orpaillage et prise de mesures politiques par l’État) peuvent participer à la création de nouvelles hiérarchies, participant à l’évincement des étrangers proches et lointains et à l’apparition d’acteurs intermédiaires qui profitent davantage de la ressource. S’inscrivant à la croisée de la sociologie des migrations, des organisations et de l’anthropologie des techniques, ce travail interroge les enjeux autour de la détention de savoirs et de la détention de pouvoirs. La recherche de type ethnographique, ayant nécessité des séjours prolongés et répétitifs sur les sites aurifères de Kharakhena et de Bantaco, inscrit ce travail dans la lignée des travaux sur les migrations intra-africaines et plus précisément sur leurs dimensions circulatoires.


Mots clés : migrations-intra africaines, exploitation aurifère, circulation de savoir-faire, rapports de pouvoir, altérité


 



Citer ce billet
La rédaction (2023, 16 juillet). Soutenance de Ndèye Coumba Diouf. MOVIDA. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnki

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search