Journée thématique : Migration, Gouvernance et Développement

ENJEUX, OPPORTUNITÉS et DÉFIS DES MIGRATIONS POUR DES ECONOMIES PLUS RÉSILIENTES AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Dakar, le 30 Mars 2017

Grande Salle ONOMO TWO
HOTEL ONOMO (Route de l’Aéroport).

Participation des chercheurs de MOVIDA : Mamadou Dimé (GERM/UGB) parmi les panélistes ; Cheikh Oumar Ba (directeur de l’IPAR) et Serigne Mansour Tall (expert à ONU Habitat) parmi les modérateurs ; Cheikh Gueye (expert à Enda Tiers-Monde) Sylvie Bredeloup (LPED/IRD) parmi le public.

Contexte du projet PRESA au Sénégal

Les changements climatiques ont une incidence considérable sur le développement socioéconomique des pays en développement. En zones semi-arides, les différents scénarii et rapports sur les changements climatiques ont démontré que la fréquence, l’ampleur et la durée des conditions climatiques néfastes sont en train d’évoluer. Cette situation va obliger les acteurs à développer et/ou renforcer  les stratégies d’adaptation pour un développement économique et social plus résilient à plus long terme.

Initié sur un financement conjoint du Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI) et du Department for International Development (DFID), le projet Promouvoir la Résilience des Économies en zones Semi-Arides (PRESA) s’inscrit dans cette vision et vise à produire de nouvelles connaissances et conseils concrets aux décideurs politiques, acteurs du secteur privé, aux organisations de la société civile et acteurs locaux, sur les liens entre changement climatique et développement en zones semi-arides dans une perspective de renforcement des capacités de résilience de ces différents acteurs.

Le programme de recherche du PRESA au Sénégal, élaboré et mis en œuvre selon une démarche participative qui a impliqué pleinement les parties prenantes dans le choix des thématiques de recherche et des sites d’étude, s’articule autour de quatre (04) projets de recherche portant sur les thèmes suivants :

  • Migrations, transfert de fonds et résilience ;
  • Impacts des changements climatiques, adaptation et opportunités pour les entreprises et le secteur de l’élevage ;
  • Promotion d’un environnement favorable à l’engagement du secteur privé dans l’adaptation et le développement résilient au changement climatique ;
  • Gouvernance multi-échelle des zones semi-arides : implications pour la résilience climatique et le développement économique.

Ces projets font partie intégrante d’un programme de recherche d’une durée de trois ans. Il a pour ambition de permettre au PRESA de contribuer à une meilleure compréhension de la façon dont le changement climatique présente aussi bien des menaces que des opportunités pour les économies des zones semi-arides du Sénégal. Il permet également de voir comment les interventions et politiques d’investissements ainsi qu’un partenariat multi-acteurs peuvent créer un développement économique plus équitable et résilient.

MIGRATIONS, TRANSFERTS, GOUVERNANCE et DÉVELOPPEMENT 

Avec une diaspora estimée à plus de 2 millions de personnes, le Sénégal profite largement de l’argent de la migration selon…. En effet, la part de ces transferts dans le PIB est passée de 6% en 2001 à 8,6 % en 2007 (Ndoye et Grégoire, 2008), et à 13,75% en 2015, ce qui correspond en 2015 à un peu plus de cinq fois le montant des Investissements Directs Etrangers (IDE)[1].Les transferts de fonds des migrants constituent ainsi une manne financière considérable. Les études  montrent que dans de nombreux cas, les transferts des migrants sont habituellement utilisés pour satisfaire les besoins des ménages, l’achat de produits de première nécessité (nourriture, vêtements), l’éducation des enfants et la santé. Une partie de l’argent mobilisé par les migrants est également investie dans les activités génératrices de revenus notamment les microentreprises, les commerces, les fermes agricoles, etc.

D’un autre côté, dans les zones arides et semi-arides du Sénégal, caractérisées par une faible pluviométrie (Dacosta et al., 2002, Wade, 2008) et une forte dépendance à l’agriculture et à l’élevage, l’argent des transferts joue un rôle crucial dans la restauration des moyens de subsistance à la suite d’un choc climatique ou d’une catastrophe naturelle. Il est ainsi prévisible que lors des chocs climatiques, les transferts des migrants vont augmenter et les ménages utiliseront davantage cette ressource pour financer leur stratégie d’adaptation à court terme.

Ainsi, on peut dire que les dynamiques migratoires, aussi bien à l’intérieur des frontières sénégalaises qu’à l’international peuvent représenter une opportunité considérable pour le développement économique et social du pays. L’évolution du phénomène est telle que l’on constate de plus en plus d’’importantes répercussions sur le genre (les femmes et les jeunes).Fort de ce constat, le Gouvernement du Sénégal a formulé une politique nationale de migration à l’intention des acteurs du domaine en vue de favoriser la prise en compte de la variable migratoire dans les priorités de développement du pays. Il s’agit de faire de la migration un levier important de croissance soutenue, de capture du dividende démographique et de développement durable au Sénégal. Cette politique constituera le cadre de référence en matière d’orientations stratégique et opérationnelle pour concrétiser la vision du Sénégal dans le domaine de la migration. Cette vision consiste à « assurer une gouvernance efficace des questions migratoires et maximiser les bénéfices de la migration pour un développement durable ». Cette conception positive des interactions entre migration, gouvernance et développement renvoie à une responsabilité collective de tous les acteurs concernés par la migration qui, dans l’exercice de leurs missions différenciées, coordonnent leurs interventions en vue d’une cohérence globale, en s’appuyant sur les principes de transparence, de responsabilité, d’efficacité, d’efficience, d’équité et de primauté du droit. Pour traduire cette vision en actions, la Politique Nationale de Migration du Sénégal se fixe comme objectif de prendre en charge, de manière cohérente et durable, l’ensemble des questions liées à la migration, afin qu’elle puisse contribuer de manière optimale au développement économique et social du Sénégal.

En effet, depuis plusieurs années, le gouvernement du Sénégal essaye de mettre en place des mécanismes et structures afin de renforcer le lien entre migration et développement, dans le souci de mieux orienter les transferts de fonds et de compétences des émigrés à la réduction de la pauvreté des sénégalais.

Aujourd’hui, les migrations constituent un enjeu majeur dans les politiques et programmes de promotion du développement socioéconomique, notamment dans le contexte des Objectifs de développement durable (ODD). Cependant, l’absence d’actions significatives de la part des Etats africains est de nature à remettre en cause la réalisation de ces Objectifs et la concrétisation de la vision Afrique 2063. C’est dans ce contexte que la Coalition pour le dialogue en Afrique – CoDA, en partenariat avec l’Institut africain de la gouvernance – IAG -, de l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique – ARGA ont initié une réflexion de haut niveau et un dialogue inclusif sur les défis posés par les migrations. Il s’agissait dans cet esprit de soutenir les dirigeants et les décideurs dans la poursuite de la transformation structurelle de l’Afrique. C’est dans ce cadre qu’il faut situer la grande conférence de haut niveau sur les migrations organisée en Octobre 2016 par IAG et ses partenaires dont IED Afrique.

Cette conférence internationale a relevé et confirmé que les migrations constituent aujourd’hui plus que jamais un thème fondamental pour la recherche et la réflexion sur les enjeux critiques de l’Afrique. En reliant les problématiques de développement et de gouvernance, les échelles et les sociétés humaines, les migrations mettent également en relation une diversité d’acteurs interdépendants mais dont la vision, les aspirations et les projets peuvent reposer sur des malentendus, et finalement entrer en conflit.

C’est pourquoi, dans leurs effets actuels comme dans leurs développements futurs, les migrations sont par excellence une thématique qui appelle un dialogue multi-acteurs. A cet effet, la conférence de Dakar a insisté sur la nécessité de mise en place de plateformes d’échanges, de co-initiatives et de de co-construction de politiques et de pratiques migratoires porteuses de transformations décisives à toutes les échelles.

C’est donc dans un souci d’informer les parties prenantes du projet PRESA et des recommandations de la conférence aux fins  de poursuivre la  réflexion et de bâtir les cohérences  que IED Afrique, en partenariat avec l’Institut Africain de la Gouvernance (IAG) organise un panel multi-acteurs sur le thème « Enjeux, opportunités et défis des migrations pour des économies plus résilientes au changement climatique».

  1. Objectifs du panel

La rencontre sera une opportunité de présenter les premiers résultats de la recherche menée par le groupe pluridisciplinaires sur la thématique « migrants, transferts et résilience au Sénégal » et des différentes initiatives sur les migrations au Sénégal, ainsi que les grandes conclusions de la conférence internationale de Dakar sur les migrations.

Elle permettra aussi de brainstormer et de profiler  un cadre de dialogue entre différents acteurs sur les enjeux, défis et opportunités autour de la question des migrations et leurs transferts comme levier de développement économiques  au Sénégal.

De façon spécifique, la rencontre permettra d’aborder deux sous-thématiques :

  • « Contribution des migrants au développement économique, social et environnemental du Sénégal : enjeux, défis et opportunités pour un développement inclusif et résilient »
  • « Vers une politique nationale sur les migrations : état des lieux de la gouvernance et perspectives pour une gouvernance participative des migrations »
  1. Public concerné

La rencontre se voudra un espace ouvert de partage et de réflexion multi-acteurs et multi-échelles, réunissant plusieurs catégories d’acteurs du secteur de la migration, parmi lesquels des représentants des institutions de recherche, des organisations de la société civile, du gouvernement et services d’appui aux migrants, des collectivités locales, des partenaires techniques et financiers, des organisations internationales, des associations de migrants et de la diaspora, des associations de jeunes et de femmes etc.

  1. Date et Lieu

La rencontre d’une demi-journée se tiendra le 30 Mars2017 à l’Hôtel ONOMO (Route de l’Aéroport) suivant le programme ci-dessous.

  1. Programme
Horaire Activité(s) Intervenant(s)
08h 30 – 09h 00 Accueil des participants
09h 00 – 09h 30 Ouverture et mot de bienvenue IED Afrique / IAG
09h 30 –10h 30 Introduction du panel 1

 

Thème :

« Contribution des migrants au développement économique et social du Sénégal : enjeux, défis et opportunités pour un développement résilient »

Modérateur

·         Cheikh Omar Ba

Panéliste

·         Mansour Ndiaye, Expert en microfinance : « La valorisation des remises des migrants par la microfinance, une approche de résilience des familles »

·         Mamadou Dime, PRESA : « Migrations, transferts et résilience en zones semi-arides : l’exemple des femmes du village de Wendu Bosséabé »

·         Mamadou Fade : « Quels apports des migrants dans le développement local du département de Bakel »

·         Honorable Député Aliou KEBE : Témoignage

 

10h 30 –11h 30 Discussion
11h 30 – 11h 45 Pause-café
11h45 – 12h30 Introduction du panel 2

 

Thème :

« Vers une politique nationale sur les migrations : état des lieux de la gouvernance et perspectives pour une gouvernance participative des migrations »

Modérateur

·         Falilou Cisse

Panéliste

·         Madame le Ministre Ngone NDOYE, Témoignage

·         Lanfia Diane, Retour sur la politique nationale des migrations

·         Maty Ndiaye Cisse : «  Retour sur les recommandations de la grande conférence sur les migrations)

 

 

12h30 – 13h30 Discussion
13h 30 – 14h 00 Synthèse IED Afrique
14h 00 – 15h 00 Clôture du panel et déjeuner

[1]Calculs des auteurs du document projet de politique des migrations au Sénégal (2016) à partir des données officielles de l’ANSD et de la Banque mondiale de 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search