Retour de terrain : Le passage de Rosso, fenêtre sur une Afrique mondialisée

Mareï N., Dimé M., 2018. Retour de « Terrains partagés »

Duo de chercheurs concernés 
Nora Mareï (Géographe, CNRS-Prodig, Paris) – Mamadou Dimé (Sociologue, Université Gaston Berger, Saint-Louis), dans le cadre de l’axe 2 du LMI Movida – Recompositions territoriales.
Pour Nora Mareï, il s’agit d’appréhender un nouveau terrain de type « frontière terraquée » (lié à une coupure d’eau) comme l’était le détroit de Gibraltar (terrain de thèse) ; pour Mamadou Dimé, il s’agit d’aborder un terrain déjà connu mais par une approche différente : celle des modalités du passage et des flux commerciaux (hommes et marchandises) comme indicateurs des relations Maroc-Mauritanie-Sénégal. Le travail en commun permettra d’articuler les échelles de fonctionnement de ce seuil arabo-africain.

Sur le long corridor littoral Tanger-Nouakchott-Dakar, le passage de Rosso est à la fois une frontière et une rupture de charge. Chaînon manquant de l’interconnexion continue des réseaux routiers entre le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal, il est un passage très particulier, un point nodal pour les mobilités et les circulations entre les trois voisins. Frontière politique et frontière physique, zone d’attente et de tracasseries, zone de projets et de liens, son appréhension par un regard croisé entre géographie et sociologie vise à comprendre la trajectoire du territoire-frontière de Rosso dans un environnement globalisé. Dans cet objectif, notre mission de terrain réalisée du 25 octobre au 2 novembre 2017 a été un moment de recherche efficace et riche car elle nous a permis de mener une série d’observations et d’entretiens avec les responsables et les acteurs locaux. Nous étions de plus accompagnées par Anne Bouhali (postdoctorante au LabeX Dynamite et l’UMR Prodig) et nous formions ainsi une petite équipe de chercheurs et multiplions les regards sur la zone douanière de Rosso.

Cette expérience de terrain partagé nous a aidé à mieux comprendre Rosso et les multiples dynamiques autour de ce lieu de passage envisagé comme une frontière internationale au moyen d’observations dans divers lieux – embarcadère / débarcadère, marchés, route principale, gare routière, poste des douanes, poste de police – et d’entretiens avec divers acteurs autour de la frontière – chefs des douanes et de la police, passagers, transporteurs, voyageurs en provenance d’Europe, transporteurs de marchandises venant de Maroc, d’Espagne, de France, résidents locaux, commerçants-.
Deux axes de recherche ressortent de ces entretiens : la pression des contrôles et le temps comme la patience qu’il faut pour traverser Rosso en particulier pour les petits transporteurs qui voyagent les coffres de voitures pleins de marchandises en tous genres ; et la place principale du commerce et de la transaction dans les activités de Rosso.

1- Passages et contrôles de la zone douanière de Rosso
Rosso est une étape sur un long trajet, le long de la « route du désert » empruntée par des « migrants », voyageurs, étudiants, entrepreneurs sénégalais, gambiens pour revenir au pays par la voie terrestre dans des voitures chargées d’objets hétéroclites (denrées alimentaires, mobiliers, pièces détachées, etc.). Marocains, Mauritaniens, touristes européens (dans une moindre mesure mais nous en avons croisé un par jour) passent aussi par Rosso.
Rosso est une frontière politique et une frontière physique, une zone d’attente et de tracasseries, une zone de projets et de liens. Rosso est tout cela à la fois, tout en étant confrontée à de nombreuses contraintes de développement : aménagements déficients, absence d’infrastructures, insalubrité, précarité des conditions d’existence pour la majorité de la population…
Comme lieu de matérialité de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie -imposée ici par le fleuve Sénégal- les deux Rosso sont des zones de circulations et d’intenses activités polarisées autour du commerce transfrontalier et rythmées par le va-et-vient du bac de Rosso. Rosso se singularise par l’omniprésence des contrôles effectuées par les trois corps étatiques en charge de la surveillance des frontières : police des frontières, brigade des douanes, brigade des services d’hygiène. Ces dispositifs visant à filtrer, à encadrer et à administrer les flux de personnes et de marchandises sont décriés par les passagers, surtout par les transporteurs et les « migrants » pour leur lenteur, la longueur et la complexité des procédures en particulier les opérations douanières. Ils n’ont néanmoins pas empêché le développement d’une « économie de la traversée » structurée autour du commerce et du transit et où on retrouve une multitude d’activités et d’acteurs allant du laveur de voiture au transitaire, en passant par le gérant de points d’envoi rapide d’argent ou le réparateur de pirogues.

2- Circulations, commerces et transactions de la zone frontalière de Rosso
Zone de passage obligé, Rosso est un observatoire des circulations marchandes et de mobilités locales et internationales. Les chiffres fournis par le colonel du bureau de douane de Rosso font état d’un chiffre d’affaires de 5 milliards de CFA en 2016. Rosso représente le deuxième poste d’entrée au Sénégal après l’aéroport international de Dakar. Les marchandises les plus importantes, tant en termes de volumes que de valeur, sont les fruits et légumes en provenance du Maroc, parfois d’Espagne, qui arrivent par camions frigorifiques. D’autres produits en provenance du Maroc traversent également Rosso. Ce sont le matériel industriel et de construction, les vêtements, les chaussures, les meubles, l’huile d’argan, etc. Depuis plusieurs années, Rosso s’est positionné comme une porte d’entrée majeure des véhicules de particuliers conduits par des Sénégalais, commerçants occasionnels ou professionnels. Ces véhicules souvent lourdement chargés d’objets disparates sont destinés à la vente sur le territoire sénégalais lorsqu’ils sont âgés de moins de huit ans ou destinés aux marchés gambien, malien ou guinéen lorsqu’ils dépassent cet âge.
Rosso est ainsi un espace de circulations marchandes. Il est un lieu d’articulation entre commerce local, commerce régional et commerce global. À l’heure où le Maroc a réintégré l’Union africaine et cherche à entrer dans la CEDEAO, son importance comme espace-frontière et lieu de rupture de charge devrait se renforcer. Le projet de construction d’un pont pour relier Rosso-Sénégal et Rosso-Mauritanie est ainsi porteur de transformations majeures pour les territoires riverains et au-delà.

Conclusion
Rosso est ainsi un point d’observation de relations multi-scalaires depuis le fonctionnement institutionnel (local et national) d’une frontière internationale jusqu’aux dynamiques d’intégration régionale « par le bas » portées par les acteurs privés (migrants, commerçants, entrepreneurs…). La densité et la diversité des flux, même s’il existe une saisonnalité forte en lien avec l’importance de la filière des fruits et légumes en provenance du Maroc ou encore le va-et-vient lié à des fêtes religieuses (Magal de Touba par exemple), signalent des liens qui ont vocation à se pérenniser entre les deux Rosso, entre la Mauritanie et le Sénégal et jusqu’au Maroc. Dans une perspective de prolongement de notre terrain partagé, nous envisageons de remonter plus en amont cette « route du désert » pour mieux comprendre les éléments marquants de la traversée pour les hommes et les marchandises en termes de circulations, de négociations, de contraintes, de contrôles, etc. Les échelles d’articulation nationale, sous-régionale et internationale pourront ainsi être approfondies comme les effets des dispositifs institutionnels propres à chaque pays dans le blocage ou le renforcement des liens d’intégration socioéconomique entre les trois pays. Nous pourrons ainsi mieux saisir les continuités et discontinuités dans la consolidation d’un espace de circulation, de transit et de commerce qui irait jusqu’aux pays européens d’installation d’une majorité de Sénégalais installés à l’étranger.

Sélection de références bibliographiques des chercheurs du terrain partagé
DIME M. 2016. « Au confluent de « l’arabité » et de « l’afriquité » ? La zone-frontière de Rosso comme espace de déploiement de dynamiques ambivalentes d’intégration transnationale entre le Sénégal et la Mauritanie », In Diouf Mamadou et Souleymane Bachir Diagne (eds.), Les sciences sociales au Sénégal : mise à l’épreuve et nouvelles perspectives, Dakar, CODESRIA, 284 p. p. 97-117.
MAREÏ N., 2017. Regard géographique sur l’intégration régionale entre Maghreb et Afrique de l’ouest. Interventions économiques, n° spécial l’Afrique est-elle partie ? À paraître.
Chauvin E., MAREÏ N., Lombard J., 2017. Les circulations mondialisées en Afrique : promotion, adaptation et contournement, Géocarrefour, 91/3.

Sélection de photos du terrain partagé

Arrivée du bac à Rosso Sénégal

Véhicules en provenance du Maroc, parking des douanes, Rosso Sénégal

Contrôle d’un véhicule par la douane, Rosso Sénégal

Marchandises acheminées par pirogues à Rosso Sénégal


Véhicules en attente à Rosso Sénégal

Zone douanière Rosso Mauritanie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *