Laâyoune, l’escale précaire des migrants, par Salaheddine Lemaizi

Écrit par NES à Laâyoune, Salaheddine Lemaizi Publication : 5 janvier 2018

Initialement publié sur LesEco.ma

[EXTRAITS]

« Malgré un marché de l’emploi au Sahara où la demande en main d’œuvre est présente, ces migrants se trouvent relégués dans le secteur informel. «À Foum el Oued, à la périphérie de Laâyoune, les migrants sont actifs dans le secteur de la pêche où ils travaillent dans le débarquement sur les bateaux», affirme Ndaiye. À Laâyoune, ces travailleurs sont aussi présents sur les chantiers de construction et dans les commerces. Un troisième profil est celui des commerçants sur la route entre Casablanca et Dakar, en passant par Laâyoune. Une profession ancestrale dans le pays de la Teranga pratiquée par les femmes autant que par les hommes. Des échanges commerciaux qui ne datent pas d’aujourd’hui comme le rappelle une étude de deux chercheurs marocains intitulée : «Les Sénégalais dans la société marocaine : Parcours, motivations et insertion sociale». «À partir des années 70, à la base des échanges commerciaux entre le Maroc et le Sénégal. Ces commerçantes pionnières déclarent avoir été «autorisées» par leurs maris à commercer entre le Sénégal et le Maroc du fait que ce dernier est un pays musulman et abrite la confrérie tijania», analysent Fatima Ait Benlmadani et Zoubir Chattou, deux universitaires, membres de l’Association marocaine d’études et de recherches sur les migrations (AMERM). Ce commerce est aujourd’hui florissant, surtout en partance de Fès et Casablanca, vers Dakar. Laâyoune est un passage obligé sur cette route migratoire qui résiste aux frontières périlleuses. »

Lire la totalité de l’article sur : http://www.leseco.ma/maroc/62626-laayoune-l-escale-precaire-des-migrants.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *