InfoMigrants : Ces migrants africains qui ne veulent pas venir en Europe

Ces migrants africains qui ne veulent pas venir en Europe

Par Charlotte Boitiaux pour InfoMigrants

Contrairement à une idée reçue, les migrants africains ne prennent pas massivement la route de l’Europe. La très grande majorité d’entre eux se déplacent à l’intérieur du continent vers des pays plus prospères.

Des travailleurs africains transportant du bois depuis la République centrafricaine jusqu’au Soudan. Crédit : Reuters

Le drame migratoire en Méditerranée, l’afflux d’immigrés africains sur les côtes italiennes et grecques, combinés à la multiplication de campements de fortune en Europe (jungle de Calais…) ont persuadé un grand nombre d’Européens que la plupart des migrants du continent rêvent de l’Europe. Et pourtant. Si cette réalité existe, elle est en partie faussée : l’écrasante majorité de la migration africaine est interne au continent.

Et ce, « depuis longtemps », précise Sylvie Bredeloup, spécialiste des migrations africaines et directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), contactée par InfoMigrants. « Les migrations africaines demeurent majoritairement intra-africaines même si ces dernières années la part des migrations vers l’Europe s’est accrue », ajoute-t-elle, en dénonçant le « mythe de l’invasion » distillé par les autorités politiques européennes et « relayé par les médias ».

Comment fonctionne cette immigration intra-africaine ?

Les Africains profitent de la libre circulation dans l’espace économique ouest-africain (Cédéao) pour se déplacer. « Aujourd’hui, plus de 70 % des migrations africaines s’opèrent à l’intérieur du continent« , explique Sylvie Bredeloup.

C’est l’Afrique de l’Ouest qui enregistre les plus importants mouvements de populations. Selon la spécialiste, 8,7 millions de migrants ouest-africains se trouvent en dehors de leur pays d’origine et près de 67 % d’entre eux, soit 5,8 millions de personnes, « circulent à l’intérieur de cet espace régional ».

« Ils ne sont que 18,6 % à rejoindre l’Europe et 8,2% l’Amérique du Nord, selon les chiffres des Nations Unies en 2015 », ajoute-t-elle. Autrement dit, moins de 2 migrants sur 7 se tournent vers l’Europe.

Quel est le profil du migrant ?

Généralement, ce sont des « personnes effectuant une migration saisonnière, le plus souvent frontalière, vers des plantations ou des gisements miniers, pétroliers » pour y travailler, explique la spécialiste des migrations africaines.

Il existe également – et ponctuellement – d’ importants déplacements de populations liés aux violences (politiques, terroristes…) de certains pays. Au Soudan du Sud, par exemple, ou dans la région du Kasaï en République démocratique du Congo, des milliers de personnes sont forcées de fuir vers les États voisins.

Des migrations liées aux catastrophes climatiques (sécheresse, famine…) sont aussi observées en Ethiopie ou encore en Somalie.

Quelles sont les pays les plus attrayants ?

Les destinations changent en fonction des époques et de la nature des activités des migrants. « Avant-hier, c’était le Gabon et la Côte d’Ivoire, hier, l’Afrique du sud et la Libye. Aujourd’hui, c’est le Gabon et la Guinée équatoriale », développe Sylvie Bredeloup.

On évoque généralement trois grands pôles d’attraction :

–         La Côte d’Ivoire qui a besoin de main d’œuvre pour ses richesses agricoles

–         Le Nigéria, le Gabon, la Guinée Equatoriale qui attirent les populations en raison de leur richesse pétrolière. Ces pays producteurs d’or noir, faiblement peuplés (à l’image du Gabon), attirent chaque année une main d’oeuvre étrangère (Burkinabés, Maliens, Béninois…) qui prend d’énormes risques – comme la traversée du golfe de Guinée – pour les atteindre.

–        L’Afrique du Sud pour ses mines d’or et de diamant

Il existe aussi une multitude de migrations à plus petite échelle. Le Niger, la Guinée-Bissau, la Guinée-Conakry, par exemple, attirent les populations frontalières en raison de leurs mines d’or.

A quels dangers font face les migrants ?

Comme partout dans le monde, les migrations ne sont pas exemptes de risques. La méconnaissance de l’autre est source de violence, explique encore Sylvie Bredeloup. « Des rumeurs peuvent être colportées sur telle ou telle nationalité conduisant à la construction d’idées reçues du type : ‘Les Nigérians sont dangereux, ce sont des guerriers qui vont te détrousser’… « , qui peuvent mener à des agressions.

De plus, les trafics d’êtres humains, la corruption et le racisme sévissent sur le continent. « Les ressortissants de l’Afrique francophone, par exemple, craignent le passage par le Nigéria », précise Sylvie Bredeloup. « Déjà dans les années 1990, ils savaient que la corruption était forte aux postes-frontières. Leur maîtrise insuffisante de la langue anglaise les desservait. Beaucoup étaient démunis pour mettre des stratégies de contournement adaptées. »

Article initialement publié sur : http://www.infomigrants.net/fr/post/3644/ces-migrants-africains-qui-ne-veulent-pas-venir-en-europe et partagé sur ce carnet Hypothèses, avec l’aimable autorisation d’InfoMigrants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *