Accueil

Pour un changement de regard sur les migrations africaines et l’élaboration d’une expertise Sud-Sud

Placée ces dernières années sur le devant de la scène, la thématique articulant migration et sécurité a conduit à criminaliser les migrants africains (maghrébins, sahariens, sahéliens et plus largement ouest-africains) et à en faire des victimes. Ce double processus de délégitimation a ainsi occulté à la fois des réalités statistiques (la majorité des migrations ouest-africaines demeurent intracontinentales et les migrations en Afrique méditerranéenne sont de plus en plus importantes et concernent des millions de personnes), et des comportements migratoires qu’il importe de resituer dans la longue durée.
Plus que l’augmentation des volumes, la diversification des courants migratoires et la multiplication des figures de migrants constituent les mutations les plus remarquables. Ces changements dans les régimes de mobilité doivent être interrogés à l’aune de processus aux effets potentiellement contradictoires : durcissement des politiques migratoires, modernisation des transports et processus d’individualisation dans un contexte de globalisation économique et culturelle accéléré.
Le projet MOVIDA se structure autour d’une prise de position épistémologique appelant à dépasser les approches classiques par aire culturelle et d’une question scientifique centrale : d’abord, dans un mondes en mouvement nous ne pouvons plus séparer aussi catégoriquement l’Afrique subsaharienne de l’Afrique méditerranéenne et ne pouvons nous limiter au seul miroir déformant de l’Europe pour comprendre les phénomènes liées aux migrations internationales.
Ensuite, le projet MOVIDA a pour objectif de comprendre dans quelle mesure les formes de mobilités contemporaines (migrations économiques, politiques, voyages initiatiques, touristiques ou d’affaires, navettes, circulations transfrontalières et marchandes exils, nomadismes, transits, pèlerinages,, retours volontaires ou forcés…) participent à la redéfinition des appartenances et hiérarchies sociales, à la recomposition des territoires et à la transformation des gouvernances politiques.
Réciproquement, une seconde question se pose : à quelles conditions, ces configurations sociales, spatiales et politiques façonnent-elles les mobilités et migrations en Afrique ? Combinés à un axe transversal méthodologique qui porte sur l’agencement des formes migratoires et la production de catégories de la mobilité (migrant, expatrié, retraité, rapatrié, aventurier, réfugié…), trois axes thématiques structurent la réflexion:
  1. Redéfinition des appartenances et hiérarchies sociales (transformations générationnelles, recompositions familiales, religieuses, identitaires)
  2. Recompositions territoriales (inégalités d’accès, polarités, centralités, conflits fonciers, miniers, rural/urbain, frontières, systèmes de transport)
  3. Transformation des gouvernances politiques (politiques migratoires et citoyennetés, construction du droit, cosmopolitisme)
Le Laboratoire Mixte International de recherche MOVIDA (Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne) entend contribuer au changement de regard à porter sur les migrations africaines et les migrants africains. Ce réseau de chercheurs ambitionne de s’organiser en plateforme de connaissances et de débats afin de réfléchir collectivement à la manière de revenir sur les idées reçues, tout en renforçant les capacités d’analyse et aiguisant l’esprit critique des ONG, des politiques, des migrants eux-mêmes. Bref, construire ensemble une expertise Sud-Sud!
Ce carnet permettra d’accéder aux ressources et informations du projet MOVIDA et d’interagir avec les différents acteurs de ce projet.